Préparation de la soirée électorale à la télévision de Radio-Canada

Préparation de la soirée électorale à la télévision de Radio-Canada
Photo Credit: Radio-Canada

Le virage internet des Canadiens confirmé au détriment de la télé

Dans un rapport rendu public mercredi, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) confirme la tendance observée depuis 3 ans.

Sans pour autant « déserter » la radio et la télévision, l’enquête de la l’agence canadienne de surveillance et de réglementation des médias montre que les Canadiens consomment leur contenu autrement.

Selon les nouvelles données : en 2016, les adultes canadiens ont écouté en moyenne 3,1 heures de télévision en ligne chaque semaine, contre 2,7 heures l’année précédente.

Cette hausse semble se faire au détriment des écrans de télévision traditionnels, par lesquels les Canadiens ont tout de même consommé 26,6 heures de contenu télévisuel chaque semaine en 2016 – ce qui représente une baisse de 36 minutes en moyenne par rapport à 2015.

Aide-mémoire…
– En 2015, une enquête de la firme The Convergence Consulting Group indiquait qu’environ 95 000 ménages canadiens avaient mis fin pour de bon à un abonnement de télévision par câble ou par satellite en 2014.
– C’était une énorme augmentation des pertes nettes d’abonnés qui n’était que de 13 000 l’année précédente.
– Les consommateurs canadiens délaissaient donc en 2014 la télévision et la radio pour la première fois de façon notable pour se rabattre de plus en plus rapidement sur les plateformes numériques.

Un ordinateur et un câble de branchement à Internet
Un ordinateur et un câble de branchement à Internet © iStockPhoto

Engouement des jeunes Canadiens pour les nouveaux services de télévision en ligne

Dans l’ensemble, 44 % des Canadiens sont abonnés à des services de vidéo en ligne comme Netflix.

Cette proportion grimpe même à 64 % chez les Canadiens âgés de 18 à 34 ans. Près du quart d’entre eux écoutent d’ailleurs la télévision exclusivement sur internet.

«Le rapport de cette année démontre à quel point les jeunes Canadiens se tournent vers les plateformes numériques pour accéder au contenu audio et vidéo qui les intéresse», explique dans un communiqué le président du CRTC, Ian Scott.

Des débranchements qui font mal aux services de télé conventionnels

Le phénomène du débranchement a eu en 2016 de lourdes conséquences pour les entreprises canadiennes du secteur des télécommunications, qui ont vu des dizaines de milliers de clients mettre fin à leur abonnement depuis deux à trois ans.

Les quatre grands de la câblodistribution au Canada, Rogers Communications, BCE, Québecor et Telus ont ainsi perdu durant le seul deuxième trimestre de l’an dernier 23 000 clients alors que chez Videotron, filiale de Québecor, l’ensemble des services de télédistribution a chuté de 39 400 abonnés. Telus, de son côté, a ajouté 13 000 clients .

Au deuxième trimestre 2016, Bell a perdu 33 154 clients satellites, ce qui a été contrebalancé par l’ajout de 35 255 nouveaux clients de télévision IP.

Les câblodistributeurs canadiens misent sur la télévision IP pour stopper l’hémorragie

Internet et la télévision : un duo gagnant?
Internet et la télévision : un duo gagnant? © iStock

Les câblodistributeurs ont peut-être une occasion d’interrompre l’hémorragie et de reconquérir les clients qui se sont débranchés au profit de diffuseurs en ligne comme Netflix en tentant de les séduire avec la télévision IP.

La plateforme IP permet une réelle expérience de visionnage interactive et personnalisée . Par exemple, le fournisseur peut ajouter un guide des programmes interactifs permettant aux utilisateurs de lancer une recherche par titre ou par acteur.

Ou encore, la fonctionnalité Picture in Picture (PiP) permettant de regarder une deuxième chaîne sur l’écran de télévision. De cette façon, les téléspectateurs peuvent consulter les statistiques des joueurs tout en regardant le match ou encore choisir l’angle de la caméra.

Ils peuvent également accéder aux musiques et photos stockées sur leurs ordinateurs directement depuis leur télévision, utiliser un téléphone mobile pour programmer l’enregistrement d’une émission, ou même régler le contrôle parental.

Découvrez :
Qu’y aura-t-il de bon demain à la télévision traditionnelle canadienne?
Aujourd’hui, une nouvelle vague technologique, celle de l’internet et des nouveaux médias, vient ébranler les géants canadiens des médias particulièrement le monde traditionnel de la télévision qui voit son modèle d’affaires renversé.

À la télévision canadienne dans quelques années, tout un programme en perspective : un monde où Donald Trump est le Président suprême de la Corée du Nord? Photo Credit: Mike Segar / Reuters

À la télévision canadienne dans quelques années, tout un programme en perspective : un monde où Donald Trump est le Président suprême de la Corée du Nord?
Photo Credit: Mike Segar / Reuters

RCI avec La Presse canadienne

En complément

Pourquoi la télé de Radio-Canada s’appelle-t-elle « Radio » Canada ? – RCI 

Téléphone, télévision et Internet augmentent au Canada trois fois plus vite que l’inflation – RCI 

Télévision ou internet : qui est roi dans les familles canadiennes? – RCI 

Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Internet, Science et technologie, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*