Egyptair

Egyptair

Partenariat Airbus-Bombardier : vente de 12 avions CS300 à Egyptair

Share

Si le partenariat annoncé le mois dernier entre Airbus et Bombardier n’a pas officiellement généré des négociations avec d’éventuels nouveaux acheteurs des avions canadiens de la C Series, il fait débloquer ou progresser plusieurs dossiers déjà en cours.

216/5000Fred Cromer, président de Bombardier Avions commerciaux (à droite) et Safwat Musallam, président du conseil et chef de la direction de EgyptAir Holding Company, signent la lettre d’intention au Dubai Airshow. Bombardier Photo
216/5000Fred Cromer, président de Bombardier Avions commerciaux (à droite) et Safwat Musallam, président du conseil et chef de la direction de EgyptAir Holding Company, signent la lettre d’intention au Dubai Airshow. Bombardier Photo

Egyptair vient d’annoncer, aux termes d’une longue négociation, son intention de se procurer 12 appareils CS300, le plus gros des deux modèles de la C Series. La compagnie nationale égyptienne réserve aussi une option sur 12 appareils supplémentaires. En bout de piste, le plus important transporteur aérien de l’Afrique pourrait se procurer jusqu’à 24 avions.

L’annonce a été faite mardi au Salon de l’aéronautique de Dubaï. La portion ferme du contrat est évaluée à environ 1,1 milliard de dollars en devise américaine, un montant qui pourrait doubler advenant que le transporteur africain décide d’exercer toutes les options.

Le président et chef de la direction d’Egyptair, Safwat Musallam, explique sa décision : « Nous avons sélectionné la C Series en raison de son excellente autonomie, parfaitement adaptée pour desservir aux niveaux national et régional les villes arabes voisines, le Moyen-Orient et plusieurs destinations européennes. »

Aide-mémoire…
– Écrasé par une taxe punitive américaine de 219 %, l’avionneur canadien a cédé le mois dernier une partie du contrôle de sa division C Series au géant européen Airbus afin de pouvoir percer le marché protectionniste américain.
-L’arrivée d’Airbus entraînera l’avantage stratégique d’une production additionnelle d’avions C Series en sol américain, destinée directement au marché américain, dans une usine d’Airbus à Mobile en Alabama.
– Selon les termes de l’entente, Airbus détient 50,01 % des parts dans la fabrication des avions de la C Series, Bombardier 31 % et Investissement Québec (la population québécoise indirectement) 19 %.
-Les décisions sur la C Series se prennent à Amsterdam, mais le siège social de Bombardier et la chaîne de fabrication des avions, pouvant transporter de 100 à 150 passagers, s’effectue toujours dans les installations de la multinationale québécoise, à Mirabel, dans les Laurentides.

Les turbulences au-devant de Bombardier se sont dissipées

Le président de Bombardier avions commerciaux, Fred Cromer
Le président de Bombardier avions commerciaux, Fred Cromer © Reuters

Le transporteur national d’Égypte envisageait déjà d’acheter des avions de la C Series depuis un certain temps, révèle le président de Bombardier Avions commerciaux, Fred Cromer, ajoutant que l’implication d’Airbus a consolidé la confiance de l’entreprise à l’égard du programme.

« La confiance de certains clients a augmenté tout comme la vigueur de certaines discussions », explique le vice-président principal aux ventes pour Bombardier Avions commerciaux, Colin Bole, en conférence téléphonique depuis Dubaï.

Selon M. Bole, l’arrivée d’Egyptair sur la liste des clients de Bombardier permettra à la famille d’avions de la C Series de consolider sa présence dans cette région du globe.

« Il serait difficile de miser sur un meilleur transporteur pour établir notre présence dans cette région, explique-t-il. C’est une décision qui sera extrêmement suivie par les autres compagnies de la région .»

Un Airbus A350 présenté au salon aéronautique international Dubai Airshow 2017 le 12 novembre
Un Airbus A350 présenté au salon aéronautique international Dubai Airshow 2017 le 12 novembre © AFP

L’inquiétude de l’avion-orphelin serait levée

L’analyste Richard Aboulafia, de la firme américaine Teal Group, estime qu’il est de bon augure qu’une compagnie comme Egyptair s’affiche publiquement comme client éventuel de la C Series. « Auparavant, plusieurs compagnies craignaient d’acheter un avion-orphelin dont la production pourrait cesser. Ces craintes risquent de disparaître en raison de l’implication d’Airbus. »

L’annonce d’Egyptair est la seconde bonne nouvelle pour Bombardier ce mois-ci. Une commande ferme de 31 appareils annoncée le 2 novembre dernier par un client non identifié devrait être finalisée d’ici la fin de l’année.

Cela devrait permettre à Bombardier de compter plus de 400 commandes fermes pour la C Series. La famille d’avions C Series compte déjà Delta Air Lines, Iraqi Airways, Saudi Gulf et Gulf Air parmi ses clients.

Aide-mémoire…
– Le 26 septembre dernier, la relation de bonne entente économique entre le Canada et les États-Unis a été ébranlée et la multinationale canadienne Bombardier était en état de choc.
– Washington lui imposait des droits compensatoires de 219,63 %, soit presque trois fois plus que les 79,82 % demandés par Boeing.
– En clair, pour se conformer aux nouveaux droits imposés par les États-Unis, Bombardier aurait dû vendre ses avions trois fois leur prix réel. En pratique, cela lui fermait les portes aux États-Unis.
– L’alliance Bombardier-Airbus vient de renverser la donne.

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Airbus prend le contrôle de la C Series – Radio-Canada 

Guerre commerciale contre Bombardier : Londres en furie menace Boeing de représailles – RCI 

Bombardier écrasée par une taxe punitive américaine de 219 % – RCI 

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Économie, International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Partenariat Airbus-Bombardier : vente de 12 avions CS300 à Egyptair»
  1. Serge dit :

    On espère que Boeing paiera pour les problèmes qu’il créé en ayant des déficits records.