rci-alpa2

Accompagner les premiers pas du nouvel arrivant à Montréal

Share

Débarquer à Montréal, la plus grande ville francophone d’Amérique du Nord, lorsqu’on a passé une bonne partie de sa vie en Bolivie, au Mozambique ou au Népal peut être source d’appréhensions et de tracas. En plus de la barrière de la langue, il faut naviguer à travers un système (social, éducatif, administratif, professionnel, etc.,) qu’on découvre. Bref, les nouveaux arrivants ont besoin de soutien dans leurs démarches d’intégration à Montréal Et c’est là qu’interviennent des organismes communautaires comme ALPA (Accueil liaison pour arrivants).

Situé dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve dans l’est de Montréal, ALPA s’emploie, depuis 1984, à soutenir les immigrants dans tout leur processus d’installation, d’acclimatation et d’intégration. L’organisme les accompagne notamment dans leurs démarches administratives pour l’obtention des documents essentiels comme le numéro d’assurance sociale, la carte d’assurance maladie, le permis de conduire, le permis de travail, etc. Il les guide dans leurs procédures d’immigration (résidence permanente, parrainage, citoyenneté, programme fédéral de santé intérimaire, etc.)

Parler français et trouver un emploi

L’Accueil liaison pour arrivants renseigne également les nouveaux arrivants sur le fonctionnement des systèmes d’éducation, de santé, de banque, etc. En plus d’offrir gratuitement des cours de français, en conformité avec le programme de francisation du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI), ALPA aide aussi les nouveaux arrivants à mieux gérer la recherche d’emploi (acquisition de techniques efficaces de recherche d’emploi, rédaction du CV et de la lettre de présentation, préparation aux entrevues d’embauche, rencontre avec des employeurs, etc.)

 rci-frechette-alpa
René Fréchette, directeur général d’ALPA

Les immigrants qui veulent s’installer en région, se lancer dans du bénévolat, effectuer des sorties culturelles ou mener des activités sportives, peuvent également compter sur l’appui de l’organisme communautaire. Bénéficiaire d’un financement du MIDI, ALPA est censé prêter main-forte aux personnes qui répondent à des critères précis tels que : être résident permanent, être titulaire d’un permis de séjour temporaire, etc. De nombreuses personnes sont donc théoriquement exclues des services d’ALPA.

René Fréchette, directeur général de l’organisme, explique comment celui-ci aide les nouveaux arrivants aux origines diverses à devenir des citoyens autonomes au sein de la société québécoise.

Écoutez
 rci-alpa
L’équipe d’ALPA organise une multitude d’activités au profit des nouveaux arrivants.

Un chantier en perpétuelle construction

Les organismes communautaires se plaignent régulièrement du manque de cohérence du gouvernement du Québec qui, à la moindre occasion, souligne l’importance de l’immigration tant sur le plan socioculturel que sur le plan économique. Mais, les organismes qui sont en première ligne dans l’accueil des immigrants estiment lorsqu’il faut délier les cordons de la bourse pour le financement de leurs activités, Québec est plutôt avare. De plus, ils jugent arbitraire la décision de privilégier les nouveaux arrivants de 0 à 5 ans. Puisque même après 10 ou 15 ans de présence au Québec, certains immigrants continuent d’éprouver des difficultés en matière d’intégration socioéconomique.

Le taux de chômage chez les immigrants et les non blancs au Québec est trois fois plus élevé que dans la population majoritaire.

Diverses enquêtes ont montré que les personnes dont on peut deviner l’origine québécoise grâce au nom, ont 6 plus de chances sur 10 d’être convoquées à une entrevue pour un emploi que celles ayant un nom à consonance arabe ou africaine. Résultat : les groupes minoritaires ethnoculturels sont sous-représentés dans divers secteurs d’activité (médias, parlement, fonction publique municipale et provinciale). Ce qui fait dire à Micheline Milot du Centre d’études interethniques des universités montréalaises (CCETUM) que « Pour les nouveaux arrivants, la déception de ne pas voir leurs compétences pleinement reconnues est d’autant plus grande qu’ils ont été sélectionnés par le Québec et ont choisi de venir s’établir ici ».

Les immigrants diplômés pour régler le problème de pénurie de main-d’oeuvre
L’emploi est un facteur important de rétention des immigrants dans une région.

Dans le Rapport du Vérificateur général du Québec à l’Assemblée nationale pour l’année 2017-2018 dévoilé l’automne dernier, on pouvait lire qu’un nombre appréciable d’immigrants quittaient le Québec, faute d’intégration réussie. En janvier 2016, dit le rapport, moins des trois quarts des immigrants admis au cours des années 2005 à 2014 vivaient encore au Québec. Les autres étaient soit retournés dans leur pays d’origine soit partis vivre ailleurs. Une étude de Statistique Canada, publiée en 2016, montrait également que le taux de présence des immigrants en 2014 trois ans après leur entrée au pays était de 83% au Québec, soit 4 points en dessous de la moyenne canadienne qui est de 87%.

Lire aussi

L’échec de francisation des immigrants au Québec

450 000 immigrants par année? L’intégration est un facteur déterminant, l’appui des Canadiens aussi

Embauche des immigrants au Québec : enfin le bout du tunnel?

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Accompagner les premiers pas du nouvel arrivant à Montréal»
  1. wodde yaovi romario dit :

    j’aime