Le parlement fédéral à Ottawa. Archives, #ONfr

Plan d’action sur les langues : la FCFA lance un ultimatum au gouvernement

Share

Jean Johnson (Radio-Canada)

Voilà maintenant presque 27 mois que ce gouvernement est arrivé au pouvoir. Les paroles ne suffisent plus, les francophones n’attendront plus. Nous donnons au gouvernement deux mois pour poser des gestes significatifs dans le dossier des langues officielles. »

Jean Johnson, président de la Fédération des communautés francophones et acadienne

Tels sont les propos tenus par M. Johnson ce matin, lors d’une conférence de presse sur la colline du Parlement à Ottawa, à l’occasion de la rentrée parlementaire.

Proportion de la population ayant le français comme langue maternelle, principale langue d’usage à la maison ou première langue officielle parlée, ou ayant déclaré pouvoir soutenir une conversation en français. Canada, de 1981 à 2011 (Statistique Canada)

Des rumeurs qui inquiètent

Des rumeurs qui inquiètent et qui rendent compte de la tiédeur des sommes prévues par le gouvernement canadien dans sa lutte pour freiner l’érosion du fait français au pays.

Jean Johnson a réclamé, au nom de l’organisme qu’il préside, que le gouvernement libéral injecte 575 millions de dollars au cours des cinq prochaines années pour freiner le lent déclin du français au Canada.

« Cette somme est nécessaire pour réparer les torts causés sous le précédent gouvernement conservateur, lequel a impunément ignoré ses obligations linguistiques, affamant les organismes qui œuvrent dans les communautés linguistiques en situation minoritaire. »

Jean Johnson, président de la Fédération des communautés francophones et acadienne

Rumeurs, rumeurs

Bien qu’il dise ne pas être porté à écouter les rumeurs, surtout quand elles sont pour le moins décourageantes, a-t-il ajouté, il y a un ciel gris qui plane au-dessus du fait français au Canada.

Ultimatum lancé au premier ministre Trudeau  

« Que M. Trudeau déclare qu’il croit au bilinguisme, ce n’est plus suffisant. Les francophones, les Acadiennes et les Acadiens n’attendront plus. »

Jean Johnson

M. Johnson a tout de même salué l’écoute de la ministre responsable du dossier des langues officielles, Mélanie Joly, tout en jugeant que la gestion du plan d’action devrait être confiée au Bureau du Conseil privé, le ministère du premier ministre.

Beaucoup de consultations, pas de précisions financières

La ministre de Patrimoine Canada, Mélanie Joly (PC/Adrian Wyld)

La ministre Joly a mené de nombreuses consultations afin d’orienter l’élaboration du plan qui doit entrer en vigueur en 2018. Rappelons que ces consultations ont pris fin en décembre 2016 et que ni lors ni depuis la ministre Joly n’a voulu préciser si le plan serait accompagné d’une enveloppe plus généreuse qu’elle ne l’était sous l’ancien gouvernement conservateur.

Créée en 1975 sous le nom de Fédération des francophones hors Québec, devenue en 1991 la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, la FCFA est le porte-parole principal des 2,6 millions de francophones vivant dans neuf provinces et trois territoires.

La FCFA regroupe 18 membres, soit 12 associations francophones porte-parole provinciales et territoriales et 6 organismes nationaux représentant divers secteurs d’activités et clientèles (culture, justice, aînés, jeunesse, femmes, petite enfance). Elle agit également comme chef de file du réseau de concertation des organismes et des institutions de la francophonie. Elle coordonne le Forum des leaders, un regroupement de 42 organismes travaillant ensemble à concrétiser, à travers le Plan stratégique communautaire, la vision d’avenir adoptée lors du Sommet des communautés francophones et acadiennes en 2007.

www.fcfa.ca/

Plus :

Le français et la francophonie au Canada (Statistique Canada)

Les ambitions de Jean Johnson pour les communautés francophones et acadienne du pays (Radio Canada International)

RCI, PC, fcfa.ca, Gouvernement du Canada

Share
Mots-clés : ,
Publié dans : Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*