Des soldats de l'infanterie canadienne débarquent sur la plage de Juno Beach et marchent en direction de Bernières-sur-Mer. Photo : Conseil régional de Basse-Normandie/Archives nationales du Canada

Des soldats de l'infanterie canadienne débarquent sur la plage de Juno Beach et marchent en direction de Bernières-sur-Mer. Photo : Conseil régional de Basse-Normandie/Archives nationales du Canada

Plages du Débarquement en Normandie candidates à l’UNESCO : hommage aux soldats canadiens

Share

À l’aube du 6 juin 1944, 132 700 soldats des forces alliées, dont 18 000 Canadiens, prenant place dans 6939 navires, débarquent sur les plages de Normandie avec pour objectif d’établir une présence militaire alliée en sol français dans le but de libérer l’Europe de l’emprise de l’Allemagne nazie.

Les premiers soldats allemands capturés par des Canadiens à la suite du débarquement en Normandie. Bibliothèque et Archives Canada/Frank L. Dubervill © PC

Les premiers soldats allemands capturés par des Canadiens à la suite du débarquement en Normandie. Bibliothèque et Archives Canada/Frank L. Dubervill © PC

Il s’agit du fameux jour J qui marque le déclenchement de l’opération Overlord. Le débarquement est considéré comme l’événement le plus marquant de la Seconde Guerre mondiale. Cette journée fauchera des milliers de vies.

Si quelque 18 000 Canadiens ont participé aux combats, 5000 d’entre eux sont morts au cours des deux mois et demi qu’a duré la campagne de Normandie. Plusieurs d’entre eux sont morts dans les premières minutes suivant leur premier pas en sol européen, en courant pour franchir les 180 mètres qui séparaient leur péniche du mur allemand.

VISITE VIRTUELLE DE LA PLAGE OÙ SONT TOMBÉS CES CANADIENS (Cliquez)

Voilà donc, vu du Canada, tout un sacrifice historique qui milite en faveur d’une candidature des plages de la Normandie comme site mondial du patrimoine de l’UNESCO.

Inscrire les plages du Débarquement sur la liste du patrimoine mondial

La France vient donc de demander officiellement à l’UNESCO de classer les plages du débarquement de 1944 en Normandie sur la liste de son patrimoine mondial, dans la catégorie des biens culturels.

La candidature qui est était en fait en préparation depuis au moins quatre ans sera examinée à présent par le comité du patrimoine mondial de l’UNESCO lors de sa réunion de juillet 2019.

Le lieu patrimonial proposé comprendrait l’ensemble du rivage sur lequel ont eu lieu les opérations de débarquement soit une bande littorale continue d’environ 80 kilomètres.

Pour la Normandie, cela représenterait des retombées économiques très significatives

Plusieurs des sites mondiaux de l’UNESCO au Canada sont des aimants pour les touristes et les plages de Normandie pourraient bénéficier elles aussi d’une augmentation de la présence des touristes advenant une décision favorable de l’UNESCO.

Près de deux millions de touristes visitent déjà chaque année les plages du Débarquement: Utah, Omaha, Gold, Sword et Juno Beach.

Une fois ajouté à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, un site bénéficie aussi de l’engagement de la communauté internationale à le préserver pour les générations futures, parfois par l’entremise d’aides financières ou encore de conseils d’experts.

La rédaction recommande
L’île d’Anticosti cherche sa bouée de sauvetage dans l’UNESCO, mais hésite entre tourisme et pétrole 

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Luc Tremblay, Louis Blouin, Michel Marsolais et Alexandra Szacka  de Radio-Canada

En complément

Île d’Anticosti ou pont de Québec : lequel mérite le plus d’être la prochaine merveille du patrimoine mondial? – RCI 

Pour que le lieu historique de Signal Hill à Terre-Neuve soit inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO – RCI 

Les Canadiens invités à proposer de nouveaux sites mondiaux à l’UNESCO – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans : International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Plages du Débarquement en Normandie candidates à l’UNESCO : hommage aux soldats canadiens
  1. Micheline mMoisan dit :

    Il serait intéressant que les plages de Normandie soient reconnues et inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco. C’est un devoir de mémoire. Les jeunes générations actuelles pourraient ainsi se recueillir sur le sacrifice des jeunes générations d’hier et leur rendre hommage.

  2. Micheline mMoisan dit :

    Je souhaite sincèrement que l’UNESCO choisisse le tourisme pour Anticosti. À long terme, c’est beaucoup plus durable que le pétrole qui lui, sera remplacé, fort heureusement, par l’électricité. Qui sont les décideurs? Les compagnies d’exploitation du pétrole doivent être représentées en force mais qui sont ceux qui les contrent?