Des millions de méduses étudiées grâce à des drones : des chercheurs de la Colombie-Britannique émerveillés

Des millions de méduses étudiées grâce à des drones. (Keith Holmes/Hakai Institute)

Des millions de méduses étudiées grâce à des drones : des chercheurs de la Colombie-Britannique émerveillés

Share

C’est grâce à la technologie des drones, ces petits appareils volants téléguidés, que des chercheurs de la Colombie-Britannique peuvent aujourd’hui étudier de grands bancs de méduses et l’impact qu’ils ont sur la vie marine d’une toute nouvelle façon.

Brian Hunt, professeur d’océanographie à l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) et la doctorante Jessica Schaub se servent de drones afin d’avoir des données plus précises sur l’étendue – diamètre et profondeur – de la colonie de méduses bleues, aussi appelées aurélies ou encore méduses lune, au large de la côte centrale de la province.

Les images aériennes provenant des caméras embarquées sur les drones sont nettement plus précises que celles obtenues de la surface de l’eau.

Brian Hunt (UBC)

« One of the challenges we had with using boats is that, because you’re so low to the water, you don’t really get a good impression of the horizontal spatial expanse of a jellyfish bloom. »

(Trad. : Un des défis auxquels nous devons faire face quand nous utilisons des embarcations vient du fait que nous sommes directement à la surface. Nous perdons ainsi l’impression réelle de l’étendue de la colonie.)

Brian Hunt, professeur d’océanographie à l’Université de la Colombie-Britannique

Les photos aériennes révèlent de grandes étendues de rangées régulières – dans andains – de ces créatures gélatineuses mouchetant l’océan créant des formations qui rappellent les nuages.

En combinant les données recueillies par les images aériennes des drones avec celles des filets et des images sous-marines, Brian Hunt et Jessica ont pu quantifier l’importance de la masse totale de cette colonie, passant de 60 à 120 tonnes selon le nombre d’individus regroupés à divers moments.

Une population très impressionnante   

(Keith Holmes/Hakai Institute)

Les deux océanographes ont vu leur prédiction du nombre d’individus être totalement dépassée. Cela dit, il est impossible de prévoir pour le moment si cette population est en croissance ou non, car c’est en fait la toute première fois qu’une étude aussi exhaustive sur cette colonie d’aurélies a pu être réalisée.

Augmentation des colonies de méduses dans les océans  

À l’échelle planétaire, une tendance lourde s’installe peu à peu où l’on rapporte une augmentation graduelle et constante de ces colonies de méduses, une tendance qui se vérifie aussi sur la côte ouest du Canada.

Les méduses se nourrissent principalement de plancton et d’alevins. Leur voracité en fait des compétiteurs et même des prédateurs de plusieurs espèces de poissons côtiers, notamment du saumon et du hareng.

À propos de l’institut Hakai

L’institut Hakai est une institution de recherche scientifique qui mène des recherches en profondeur et sur le long terme dans des endroits retirés et difficiles d’accès le long de la côte de la Colombie-Britannique.

Son nom vient du projet Hakai Lúxvbálís Conservancy, la plus grande zone de protection marine de la côte ouest, à 400 kilomètres au nord de Vancouver.

Hakai.org

Plus:

La capacité d’adaptation des méduses pourrait mettre en danger d’autres espèces (Radio-Canada)

Les méduses à la conquête des océans (Géopolis)

Les méduses envahissent les mers en raison de la surpêche (Reporterre)

RCI, CP, CBC, Institut Hakai

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Environnement, Internet et technologies

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*