JW Energy

JW Energy

Pipeline Trans Mountain : Trudeau refuse d’arbitrer le bras de fer entre deux provinces

Share

Lors d’un bref point de presse mercredi, le premier ministre canadien a rejeté l’idée de s’immiscer directement dans la tempête politique qui s’intensifie et presque sans précédent autour de l’agrandissement d’un pipeline qui relie les deux provinces les plus à l’ouest du Canada.

Il a cependant réitéré qu’il partageait l’opinion des dirigeants de l’Alberta qui tente de convaincre la Colombie-Britannique de la nécessité d’accroître la capacité de cet oléoduc pour exporter davantage de pétrole brut albertain vers les marchés asiatiques.

Justin Trudeau a répété qu’il était prêt à se battre pour que le projet se réalise, mais il n’a pas voulu préciser de quelle façon il pensait contribuer au démarrage de la construction.

Aide-mémoire…
– Le gouvernement Trudeau a donné le feu vert à ce projet énergétique en novembre 2016, en plaidant l’intérêt national.
– L’expansion de l’oléoduc Trans Mountain permettrait de tripler la capacité du conduit pétrolier, qui passerait de 300 000 à 890 000 barils par jour de pétrole lourd acheminé de l’Alberta jusqu’au terminal maritime de Vancouver.
– Des opposants au projet ont réussi à retarder la mise en chantier.

Le projet d’oléoduc Trans Mountain, long de 1.150 km, permettra de transporter du pétrole d’Edmonton, en Alberta au terminal de Burnaby, en Colombie-Britannique, d’où il sera exporté vers les marchés asiatiques. © (CBC)

Le projet d’oléoduc Trans Mountain, long de 1150 km, permettra de transporter du pétrole d’Edmonton, en Alberta au terminal de Burnaby, en Colombie-Britannique, d’où il sera exporté vers les marchés asiatiques. © (CBC)

Une diplomatie en coulisse pour faire débloquer l’impasse?

Catherine McKenna - CBC

Catherine McKenna – CBC

Catherine McKenna, ministre canadienne de l’Environnement et du Changement climatique, a précisé pour sa part lors du même point de presse que le fait que le premier ministre ne se mêle pas publiquement d’une dispute interprovinciale ne signifie pas que les choses n’avancent pas en coulisse.

Mme McKenna indique qu’il est possible de trouver une solution « sans drame ».
La semaine dernière, le nouveau gouvernement de la Colombie-Britannique , formé de la coalition du Nouveau Parti démocratique et du Parti vert, a menacé de faire dérailler l’ensemble du projet en proposant des changements à la réglementation provinciale qui entraînerait la tenue d’une série d’études sur l’efficacité des mesures d’intervention et de décontamination en cas de déversement.

La première ministre néo-démocrate de l’Alberta, Rachel Notley, a répliqué par des menaces de poursuites judiciaires. Puis, elle a annoncé, mardi, un boycottage de tous les vins de la Colombie-Britannique, un commerce annuel de 70 millions de dollars pour les viticulteurs.

La rédaction recommande :
Pipeline Trans Mountain : Rachel Notley exhorte John Horgan à mettre de l’eau dans son vin 

Rachel Notley, première ministre de l'Alberta. Photo: Radio-Canada.

Rachel Notley, première ministre de l’Alberta Photo: Radio-Canada.

Notre manque de pipelines nuirait à notre compétitivité avec les Américains

Trois grands projets de pipelines ont été rayés des planches à dessin au Canada au cours de la dernière année et cela freine la capacité de son économie de rivaliser efficacement avec la concurrence américaine, prévient un nouveau rapport de l’Institut C.D. Howe.

L’organisme de réflexion et d’analyse économique canadien affirme que l’échec des projets de l’oléoduc Énergie Est de TransCanada, du gazoduc de la vallée du Mackenzie qui serait parti de la mer de Beaufort, et du projet Northwest LNG en Colombie-Britannique accroît les difficultés pour les producteurs d’hydrocarbures du Canada

Le manque de pipelines pour rejoindre le marché a un impact énorme, selon M. Dachis. Cet engorgement retrancherait environ 5 $ aux profits générés par chaque baril de pétrole extrait d’un puits moyen dans l’ouest du Canada.

M. Dachis dit que le manque de pipelines pour acheminer les hydrocarbures jusqu’au marché demeure le pire obstacle à la compétitivité canadienne face aux États-Unis.

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Quel avenir pour le pipeline Trans Mountain? – RCI 

Le pipeline Trans Mountain et les néo-démocrates de l’ouest du Canada – RCI 

Des ONG demandent aux banques de dire « non » à l’oléoduc Trans Mountain – RCI 

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : Économie, Environnement, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Pipeline Trans Mountain : Trudeau refuse d’arbitrer le bras de fer entre deux provinces»
  1. Serge dit :

    l’intérêt national n’est pas de forcer la C.-B. à accepter tous les risques inacceptables. L’Alberta n’a aucune côte donnant sur la mer, alors elle ne souffrira pas de la hausse du niveau des mers mais les rivière atmosphériques pourraient inonder Calgary encore.
    L’attitude de l’Alberta est assez dégeulasse. Tout pour les profits. Aucun principe.