Le Québec réclame plus de transparence de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) Photo : AFP

Le Québec réclame plus de transparence de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) Photo : AFP

Le premier ministre du Québec fustige à l’Élysée l’attitude dépensière de Michaëlle Jean de l’OIF

Share

Lundi, au coeur de sa visite officielle de cinq jours en France, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a réclamé plus de transparence et de rigueur de la part de Michaëlle Jean et de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Philippe Couillard a réclamé lundi devant le président français Emmanuel Macron plus de transparence et de rigueur dans l'administration de Michaëlle Jean, à la tête de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Photo AFP

Philippe Couillard a réclamé lundi devant le président français Emmanuel Macron plus de transparence et de rigueur dans l’administration de Michaëlle Jean, à la tête de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Photo AFP

Le premier ministre a jeté cette pierre au beau milieu d’une conférence de presse en compagnie du président français Emmanuel Macron, au palais de l’Élysée.

Philippe Couillard, devant son hôte, a appelé à la fin de la récréation. Il a rappelé sa fierté de voir une Québécoise à la tête de l’OIF et il a dit vouloir que son mandat soit un succès, mais il exige désormais une meilleure reddition de comptes.

«Je réitère notre désir de voir davantage de rigueur et de transparence dans l’administration interne», a-t-il laissé savoir.

Selon certaines sources, lors d’une réunion des pays et gouvernements membres de l’OIF, le 21 février à Paris, des représentants du Canada et du Québec auraient exigé l’adoption de mécanismes concrets pour augmenter le niveau de transparence de l’institution, ce qui aurait été accueilli avec froideur par l’administrateur de l’OIF Adama Ouane.

L’ex-gouverneure générale du Canada critiquée pour ses dépenses somptuaires

 Discours de Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie à Paris le 3 mars 2015 - Photo OIJQ


Discours de Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie à Paris le 3 mars 2015 – Photo OIJQ

Des journaux du Québec ont d’abord révélé l’été dernier que Mme Jean avait fait rénover au coût de 500 000 $ de fonds publics la résidence officielle qu’elle loue à Paris, près de la Tour Eiffel, en plus de se procurer un piano de 20 000 $.

Un ancien occupant de la maison de trois chambres semblait surpris l’an dernier de l’ampleur des travaux. Jean Pierre Blackburn qui y a vécu quand il était ambassadeur du Canada à l’UNESCO affirmait que les systèmes de climatisation et d’eau chaude avaient besoin de réparations quand il est parti, mais insinuer que la résidence était en mauvais était une exagération.

Un séjour de 50 000 $ de Mme Jean au luxueux hôtel Waldorf Astoria à New York a aussi fait beaucoup sourciller ses détracteurs. Plus récemment, on apprenait qu’un projet de croisière pour de jeunes francophones à bord d’un grand voilier doit être renfloué et qu’il coûterait des centaines de milliers de dollars à même les budgets de l’OIF, faute de commanditaires privés.

Bien que l’OIF est financé par 84 états, et qu’elle reçoit des contributions obligatoires de 15M$ du Canada et 1,5M$ du Québec chaque année, l’organisme ne publie pas les dépenses de sa dirigeante. Des modifications dans la structure de l’organisation pourraient-elles éviter ce genre d’aveuglements financiers à l’avenir?

Écoutez
La secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Michaëlle Jean, a dépensé un demi-million de dollars de fonds publics pour aménager la résidence officielle louée pour elle à Paris. Photo : Getty Images / AFP / Patrick Kovarik

La secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Michaëlle Jean, a dépensé un demi-million de dollars de fonds publics pour aménager la résidence officielle louée pour elle à Paris. Photo : Getty Images / AFP / Patrick Kovarik

Philippe Couillard se rend à la rencontre de Michaëlle Jean à Paris

Michaëlle Jean et Philippe Couillard Photo : La Presse canadienne/Jacques Boissinot

Michaëlle Jean et Philippe Couillard Photo : La Presse canadienne/Jacques Boissinot

Après l’avoir critiqué en matinée lundi, Philippe Couillard a rendu visite en après-midi à Michaëlle Jean au siège de l’OIF à Paris. Le premier ministre a également rencontré brièvement le personnel de l’organisation.

Les journalistes ont demandé à s’entretenir avec Mme Jean, mais son attaché de presse a indiqué qu’elle avait un horaire trop chargé.

Le premier ministre québécois a confirmé savoir que Michaëlle Jean allait être reconduite dans ses fonctions au prochain sommet de la Francophonie, à Erevan (Arménie), l’automne prochain, puisqu’il n’y a pas d’autre candidat.

Aide-mémoire…
– Michaëlle Jean, première femme et première personne non africaine nommée à la tête de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a officiellement pris ses fonctions de secrétaire générale en janvier 2015.
– Née à Port-au-Prince, en Haïti, Michaëlle Jean a immigré au Canada à l’âge de 11 ans avec sa famille qui fuyait le régime dictatorial de François Duvalier.
– Après une expérience comme enseignante à la Faculté d’études italiennes à l’Université de Montréal, elle devient journaliste pour Radio-Canada en 1988.
– En 2005, elle est nommée gouverneure générale du Canada. C’est elle qui représente alors au pays Élisabeth II, reine du Royaume-Uni, mais aussi reine du Canada.
– À la fin de son mandat, en 2010, Michaëlle Jean devenait l’envoyée spéciale de l’UNESCO pour Haïti.

Michaëlle Jean élue présidente de l'OIF en décembre 2014. Photo : AFP

Michaëlle Jean élue présidente de l’OIF en décembre 2014. Photo : AFP

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Joël Le Bigot et Catherine Perrin de Radio-Canada

En complément

Philippe Couillard exige plus de rigueur à Michaëlle Jean à la Francophonie – Radio-Canada 

Michaëlle Jean s’inquiète d’un possible repli sur soi de la France – Radio-Canada 

Francophonie : Québec a dépensé 13 000 $ pour soutenir Michaëlle Jean – Radio-Canada 

.

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*