Extrait d'une publicité de la boisson alcoolisée FCKD UP Photo : Radio-Canada

Réviser les prix et resserrer les lois sur la publicité pour prévenir l’intoxication par l’alcool chez les jeunes

Share

Une jeune fille a récemment perdu la vie au Québec à la suite de la consommation d’une boisson sucrée à haute teneur en alcool. Une situation qui a incité les autorités à interdire la vente de ces boissons dans les dépanneurs et autres lieux non contrôlés, et à en restreindre la vente à la seule Société des alcools du Québec. Dans un avis que vient de publier l’Institut national de santé publique du Québec, il est fortement recommandé qu’en plus des restrictions géographiques, d’autres mesures soient prises pour prévenir d’autres cas d’intoxication.

7 cas d’intoxication par jour dans la province

Selon l’avis, les cas d’intoxication à l’alcool observés au cours des onze derniers mois dans la province concernent les jeunes. Notamment ceux de 12 à 24 ans.

Du 1er janvier au 26 novembre 2017, plus de 2300 cas ont été rapportés dans les urgences.

Cela équivaut à 214 cas par mois, 49 cas par semaine ou 7 cas par jour.

Près du cinquième d’entre eux étaient des jeunes âgés de moins de 18 ans. Une autre étude du CHU Sherbrooke révèle que les trois quarts des jeunes vus dans les services d’urgence avaient bu des boissons à forte teneur en alcool, et ils présentaient un niveau de priorité indiquant que leur vie était en danger..

C’est une situation préoccupante qui appelle des solutions supplémentaires, souligne Réal Morin, médecin-conseil à l’Institut de santé publique du Québec.

Bien qu’il ne soit pas possible d’établir clairement que les produits à haute teneur en sucre et en alcool soient la cause principale des intoxications observées, M. Morin constate une explosion des ventes de ces boissons contenant plus de 11 % d’alcool dans les épiceries et les dépanneurs, et il s’inquiète du niveau de leur popularité chez les jeunes.

Le groupe Geloso a depuis arrêté la production de la boisson sucrée à forte teneur en alcool FCKD UP

Contenants attrayants, sucre et publicité : des pièges à éviter

Selon le médecin-conseil, il faut agir sur les principaux facteurs d’attrait des jeunes pour ces boissons.

Parmi ces facteurs figurent en bonne place :

  • Les emballages voulus particulièrement incitatifs : les boissons sont en général proposées en différentes saveurs dans des cannettes aux couleurs attrayantes;
  • Le taux d’alcool masqué dans du sucre pour rendre la consommation plus facile pour les jeunes ;
  • Les prix trop bas qui rendent ces boissons facilement accessibles pour cette tranche de la population ;
  • Les stratégies de commercialisation basées sur la publicité agressive et incontrôlée, sur différents canaux, notamment Internet et ses multiples plateformes très visitées par les jeunes ;
Écoutez

Resserrement des lois

Réal Morin pense que la seule restriction géographique en ce qui concerne la distribution de ces boissons n’est pas suffisante pour prévenir les intoxications et autres problèmes de santé en lien avec la consommation.

C’est ainsi que l’Avis propose que les prix soient réexaminés afin de les arrimer aux concentrations d’alcool dans les boissons.

En clair, plus ces concentrations sont élevées, plus les boissons doivent coûter cher.

Par ailleurs, le format des canettes devrait aussi être ajusté afin qu’elles ne contiennent pas plus que l’équivalent d’un verre d’alcool standard.

Lors d’événements ou autres célébrations susceptibles d’inciter à la consommation abusive, les campagnes d’information doivent être multipliées pour marteler aux jeunes des messages sur les dangers de la surconsommation.

La publicité et autres campagnes de promotion doivent être soumises au respect scrupuleux de la réglementation.

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Réviser les prix et resserrer les lois sur la publicité pour prévenir l’intoxication par l’alcool chez les jeunes»
  1. Réal Morin dit :

    Bonjour Mme Tchandem Kamgang, j’ai lu votre article faisant suite à l’entrevue de ce matin. Petite erreur à corriger: plus de 2300 cas et non pas «plus de 23000».