Le harcèlement sexuel en milieu de travail Photo : iStock

Harcèlement sexuel : un serpent de mer qui fait des ravages en milieu de travail

Share

Le harcèlement sexuel est une pratique bien ancrée dans les mœurs en milieu de travail au Canada, selon une enquête de l’Association des professionnels en ressources humaines.

Un mal plus profond qu’on ne le pense!

Contrairement à ce qu’ont déclaré certains patrons d’entreprise après les révélations qui ont secoué le monde de la politique, des médias et du divertissement, le harcèlement sexuel en milieu professionnel a des allures « d’épidémie » qui gangrène les entreprises du pays.

Les données d’une enquête de l’Association des professionnels en ressources humaines font mention d’un nombre toujours plus croissant de plaintes de harcèlement sexuel en milieu de travail.

Plusieurs membres de l’Association témoignent d’une « pratique sombre » qui touche de manière quasi régulière les employés. Jusqu’à 17 % de ces membres ont connu au moins un employé qui en a été victime dans son lieu de travail.

Photo : iStock

Plus de victimes au sein de la population féminine

Les victimes de harcèlement en milieu de travail sont davantage des femmes. Une tendance confirmée par le sondage qui a été mené en ligne par Navigator au mois de février.

Des 2000 Canadiens interrogés, ce sont plus du tiers des femmes qui ont affirmé avoir fait face à ce fléau.

Du côté des hommes, le phénomène ne touche qu’une infime partie des sondés, soit 12 %.

C’est à penser que la tendance à la hausse du harcèlement en milieu de travail soulignée dans un sondage pancanadien, il y a trois ans, est loin de se résorber.

Selon ce sondage pancanadien mené auprès de 1500 travailleurs, trois fois plus de femmes (43 %) que d’hommes (12 %) disent avoir été harcelées. Au total, un million de Canadiens auraient été harcelés à un moment de leur carrière.

Ces données viennent battre en brèche l’argument massif des patrons d’entreprises qui avaient estimé, quelques mois plus tôt, dans le cadre d’une autre enquête ayant suivi les multiples scandales dévoilés dans la vague du mouvement « #Moiaussi », que le harcèlement sexuel ne constituait pas un problème au sein de leurs structures. Car elles auraient des cultures corporatives qui sont plutôt hostiles à ce genre de pratique.

Bien que la situation soit loin de frôler le chaos, le rapport d’enquête souligne néanmoins sa gravité et invite les compagnies à adopter une politique de tolérance zéro pour limiter sa propagation et donner du répit aux victimes souvent muselées.

En réalité, seulement 8 % des victimes de harcèlement sexuel ont eu le courage de dénoncer leur harceleur, selon le sondage d’Angus Reid de 2015. Ce chiffre est renforcé par la nouvelle enquête de l’Association des professionnels en ressources humaines qui met en lumière le fait que plus de 80 % des victimes n’en parlent pas.

RCI avec La Presse Canadienne et Radio-Canada

Lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*