Le président français Emmanuel Macron est à Ottawa à la veille du sommet du G7, pour s'entretenir avec le premier ministre canadien Justin Trudeau.
Photo Credit: Radio Canadá/ Louis Blouin

Trudeau et Macron veulent consolider l’axe Ottawa-Paris

Share

Le premier ministre canadien Justin Trudeau reçoit mercredi, à Ottawa, le président français Emmanuel Macron. Les deux hommes veulent consolider les relations canado-françaises à un moment où la cohésion au sein du G7 est mise à mal par la guerre commerciale déclenchée par l’administration américaine.

Ottawa et Paris sont des alliés de longue date. Ils ont une vision commune des relations internationales, marquée, entre autres choses, par la valorisation de la démocratie et des droits de l’homme, la promotion de la bonne gouvernance et l’attachement au multilatéralisme. Les deux pays siègent dans des organisations internationales comme l’OTAN, l’OCDE, l’OIF, l’UNESCO, l’OSCE, le G7, et j’en passe.

Les deux jeunes dirigeants multilatéralistes que sont Trudeau et Macron (46 et 40 ans) vont notamment discuter de la décision de Donald Trump d’imposer de lourdes taxes sur les importations d’acier et d’aluminium, y compris à l’Europe, au Canada et au Japon, les plus proches des États-Unis. Tous ont d’ailleurs porté plainte contre les États-Unis à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et ont annoncé des mesures de représailles, à l’instar de la Chine et de la Russie.

Canadian Prime Minister Justin Trudeau (R) and French President Emmanuel Macron talk as they attend the G7 Summit Taormina, Sicily, Italy, May 26, 2017.
Justin Trudeau et Emmanuel Macron partagent la même vision sur plusieurs enjeux internationaux. © POOL New

Les membres de l’Union européenne, le Mexique et le Canada avaient été exemptés dans un premier temps, mais ils ont finalement été ajoutés à la liste de pays dont les exportations d’acier et d’aluminium aux États-Unis sont surtaxées. Tant Trudeau que Macron ont tenté, en vain, de faire changer d’idée au président américain Donald Trump. Depuis lors, les deux quadragénaires ont durci le ton face à Washington.

La semaine dernière, le premier ministre Trudeau a accordé des interviews aux médias américains au cours desquelles il a dénoncé l’argument de la « sécurité nationale » des États-Unis invoqué pour justifier l’imposition de tarifs punitifs à l’aluminium et à l’acier canadiens. Il a même qualifié cet argument d’insulte à la mémoire des soldats canadiens qui ont combattu auprès des Américains lors d’importants conflits dans le monde. Sans compter le fait qu’Américains et Canadiens ont toujours été des voisins solidaires. Justin Trudeau a néanmoins annoncé l’imposition de taxes de 16,6 milliards de dollars canadiens sur quelques produits américains.

Trump, seul contre tous

De son côté, le président Emmanuel Macron a eu une conversation téléphonique jeudi dernier avec Donald Trump, que Washington a jugée « terrible » selon la presse américaine. Mais le président français a assuré qu’il « aura de nouveau au G7 une discussion utile et franche avec le président Trump ». Ce qui ne change rien à l’amitié entre les deux hommes et entre leurs deux pays, a précisé M. Macron.

Le président américain Donald Trump risque d’être isolé au sommet du G7 à La Malbaie. © Andrew Harrer/Bloomberg via Getty Images

Après Ottawa, le président Macron, qui est accompagné de sa femme Brigitte, se rendra par la suite à Montréal pour une rencontre avec le premier ministre québécois Philippe Couillard, avec qui il devrait notamment parler francophonie et échanges commerciaux et culturels. Il poursuivra ensuite vers La Malbaie, petite ville à 140 km à l’est de Québec surplombant le fleuve Saint-Laurent, où se déroule vendredi et samedi, dans un grand hôtel ultra-sécurisé, le sommet des sept pays les plus industrialisés (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Royaume-Uni, Italie et Japon). Le Canada, pays hôte du G7 cette année, cédera la place à la France l’an prochain.

Le sommet de La Malbaie risque de refléter non seulement le conflit commercial entre les États-Unis et leurs partenaires, mais aussi l’isolement de Washington sur plusieurs autres fronts, comme le choix du multilatéralisme et la lutte contre le réchauffement climatique.

Parlant du multilatéralisme, le Canada a réaffirmé son attachement aux négociations à trois (Mexique, Canada, États-Unis) pour le renouvellement de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), rejetant pour l’instant l’idée d’ententes séparées préconisée par Donald Trump. L’échec de la renégociation de l’ALENA freinerait fortement l’économie canadienne, selon le FMI.

(Avec L’AFP, gouvernement canadien, gouvernement français)

Lire aussi

Trudeau et Macron, comme deux larrons en foire, préparent le G7

Devant les élus français, Trudeau défend les principes de son gouvernement et le traité de libre-échange avec l’UE

G20 : Justin Trudeau est applaudi comme une vedette de rock par les manifestants à Hambourg

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*