Emmanuel Macron et Justin Trudeau - Photo : Reuters

Le président français Emmanuel Macron est non seulement solidaire avec Justin Trudeau, mais également il fustige une diplomatie menée à coup de colères et de petits mots. Photo : Reuters

Trudeau et Macron, comme deux larrons en foire, préparent le G7

Share

La visite éclair cette semaine de Justin Trudeau en France liait l’utile à l’agréable. Dans le président français, le premier ministre canadien trouve quelqu’un sensiblement de la même génération et son meilleur allié au sein des leaders des pays développés. Il venait renforcer les bases du Sommet du G7, où les deux chefs d’États espèrent isoler Donald Trump.

Le président français a fait savoir cette semaine que son pays appuiera les initiatives canadiennes. « Nous avons une convergence de vues très forte avec le Canada », a-t-il dit.

Vu d’Ottawa, ce sommet, dans le meilleur des scénarios, ferait renaître la prédominance du libre-échange comme objet de négociation entre les nations.

Donald Trump a déjà jeudi dernier surpris ses propres conseillers en annonçant un retour possible des États-Unis, à de meilleures conditions, dans l’accord de Partenariat transpacifique.

Devant les élus français, Justin Trudeau prépare son G7 - 4:35

Ils s’accordent bien quand il s’agit de vendre le libre-échange

Sur ce plan, la France et le Canada s’entendent très bien, avec leur plaidoyer en faveur de l’Accord économique et commercial global (AECG), entré en vigueur de manière provisoire en septembre dernier, qui procure d’ores et déjà des avantages des deux côtés de l’Atlantique.

Les importations françaises au Canada ont augmenté de 4 % en 2017, tandis que les investissements canadiens en France ont crû de 23 %, a souligné le premier ministre. « On voit déjà les résultats et on continue d’en voir chaque semaine, partout en France, partout au Canada, partout à travers l’Europe », a fait valoir Justin Trudeau en France.

Le président Macron a souligné pour sa part que les échanges commerciaux entre le Canada et la France ont progressé de 6 % depuis septembre dernier, et qu’ils atteignent maintenant 10 milliards d’euros par année.

Le but de cette visite éclair en France et au Royaume-Uni était aussi de faire oublier le désastreux voyage de Justin Trudeau, il y a quelques semaines en inde, autant dans sa forme que dans son fond.

Le premier ministre Trudeau devant les élus français Photo : Reuters/Benoit Tessier

Le premier ministre Trudeau devant les élus français Photo : Reuters/Benoit Tessier

Crédibilité déclinante de Justin Trudeau sur les questions d’environnement

Sur la question du réchauffement climatique et de l’Accord de Paris, le président Macron ne trouve pas tout à fait dans Justin Trudeau l’homme de la situation, c’est-à-dire, un allié solide en prévision du Sommet du G7, où l’on aimerait ramener un Donald Trump vers la voie de la raison.

Plusieurs se demandent en ce moment si Justin Trudeau est vraiment cohérent en matière environnementale. De passage en France, le premier ministre canadien a réitéré l’importance de l’Accord de Paris sur le climat, alors qu’il promettait 24 heures plus tôt lors d’une déclaration à Ottawa de construire l’oléoduc Trans Mountain coûte que coûte.

Cette histoire de pipeline a fait la manchette en France mardi et aussi au Royaume-Uni mercredi, au moment où Justin Trudeau s’apprêtait à rencontrer Theresa May en prévision toujours du Sommet du G7.

L’attention des médias a été détournée par Greenpeace qui avait installé, devant le Haut-Commissariat du Canada à Londres pendant quelques heures mercredi matin, un gros oléoduc en carton sur lequel on pouvait lire : « Trudeau pétrole (Trudeau oil) ».

Au Canada, le premier ministre est vivement critiqué pour ses prises de position pro-pipeline et sa gestion de la crise dans l’ouest du Canada autour de l’expansion de ce pipeline et qui s’est s’accentuée avec le dépôt lundi, par le gouvernement de la province pétrolière de l’Alberta, d’un projet de loi qui lui permettrait de limiter l’exportation d’essence et d’hydrocarbures vers la province voisine et côtière de la Colombie-Britannique. LISEZ LA SUITE…

Justin Trudeau devant le pipeline en carton de Greenpeace - Photo : Radio-Canada

L’effigie de Justin Trudeau devant un pipeline en carton installé par Greenpeace – Photo : Radio-Canada

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de François Messier  et Philippe-Vincent Foisy de Radio-Canada

En complément

Trudeau parti parler de climat au Royaume-Uni est rattrapé par la crise de l’oléoduc Trans Mountain – RCI 

Devant les élus français, Trudeau défend les principes de son gouvernement et le traité de libre-échange avec l’UE – RCI 

L’Alberta prête à couper le pétrole à la Colombie-Britannique – RCI 

Share
Catégories : Économie, Environnement, International, Politique
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*