Michaëlle Jean, sécrétaire générale de la Francophonie

Michaëlle Jean, la Secrétaire générale sortante de la Francophonie défend son bilan et souhaite poursuivre sa mission à la tête de l'organisation.
Photo Credit: Organisation internationale de la francophonie

OIF : Michaëlle Jean fait valoir ses atouts

Share

Les jours de Michaëlle Jean à la tête de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) sont-ils comptés? Beaucoup l’affirment depuis que la France a formellement appuyé la candidature de la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo. La Québécoise, qui est candidate à sa propre succession, estime pourtant que son bilan milite en sa faveur. 

Dans un entretien accordé à l’Agence France-Presse, Michaëlle Jean dit avoir accompli beaucoup de choses. D’abord, dans le sillage de ses prédécesseurs, elle affirme qu’elle a positionné la Francophonie sur l’échiquier multilatéral en renforçant ses accords de coopération avec l’ONU. L’OIF, souligne-t-elle, est présente dans des forums internationaux où des décisions importantes se prennent, qu’il s’agisse d’interlocuteurs de la Francophonie, des Nations unies, de l’Union africaine ou de l’Union européenne.

Mme Jean dit aussi que l’OIF a amélioré la capacité des pays membres à se faire entendre en français auprès des organismes comme le FMI, la Banque mondiale ou l’Organisation mondiale du commerce et à maîtriser davantage leur plaidoyer. En outre, ajoute Michaëlle Jean, l’Organisation internationale de la Francophonie a créé à Dakar un Institut de la Francophonie pour l’éducation et la formation. Un choix qui reconnaît que l’avenir de la langue française est en Afrique.

La secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) Michaelle Jean et le premier ministre Philippe Couillard
Lâchée par la France, la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) Michaelle Jean est toujours soutenue par le premier ministre du Québec, Philippe Couillard. © PC/Jacques Boissinot

En cas de reconduction à la tête de l’OIF au Sommet de la Francophonie en octobre, en Arménie, Michaëlle Jean compte poursuivre les projets qui lui tiennent à cœur, notamment le numérique. « Avec la révolution technologique qui bouscule tout, note-t-elle, il faut que la Francophonie se saisisse pleinement de ce sujet, car les multinationales qui ont le contrôle de ces technologies sont surtout dans le monde anglo-saxon. »

Un poste naturellement « africain »? 

Selon les prévisions, le nombre de francophones devrait tripler d’ici à 2050, à 750 millions, grâce à l’explosion démographique en Afrique. Pour beaucoup, la direction de la Francophonie devrait par conséquent revenir à une personne de ce continent, comme Mme Mushikiwabo. Celle-ci peut d’ores et déjà compter sur le soutien déterminant de la France, le plus gros bailleur de fonds de l’organisation. Ce à quoi Michaëlle Jean répond qu’elle est Haïtienne et Canadienne afrodescendante. Elle n’est « pas tombée des arbres, mais d’une histoire: les afrodescendants font partie aussi de cette réalité africaine ».

 rci-louise
Louise Mushikiwabo, la ministre rwandaise des Affaires étrangères bénéficie du soutien de la France comme future Secrétaire générale de l’OIF.

Mme Jean estime qu’elle a parmi ses atouts le fait d’être à la fois une femme du Sud et du Nord, avec cette double expérience et une vraie connaissance de l’Afrique. Elle rappelle aussi qu’en tant que gouverneure générale du Canada (de 2005 à 2010), elle a effectué de nombreux voyages en Afrique. Reste que jusqu’à l’arrivée de Michaëlle Jean, dont le mandat expire à la mi-octobre, les secrétaires généraux de l’OIF ont tous été Africains.

Outre la concurrence de Louise Mushikiwabo, Michaëlle Jean doit combattre une perception négative dans sa propre province : le Québec. Des médias locaux l’accusent, entre autres choses, de mener un « train de vie extravagant ». Ils en veulent pour preuve des travaux effectués par l’OIF dans la résidence officielle de la Secrétaire générale au coût de plus de 460 000  $CA pour « mise aux normes et sécurisation », selon l’OIF. Pour elle, il ne s’agit que de campagnes diffamatoires, du dénigrement, et d’un acharnement, motivés par la « partisanerie », puisqu’elle est une figure importante du fédéralisme canadien. « Une partie de la société québécoise réfute ce fédéralisme et peut s’appuyer sur un réseau extrêmement puissant qui contrôle une grande partie des médias. »

Lire aussi

Le premier ministre du Québec fustige à l’Élysée l’attitude dépensière de Michaëlle Jean de l’OIF

Philippe Couillard en France pour parler francophonie et commerce

Share
Mots-clés : ,
Publié dans : International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*