Les Canadiens de langue officielle en situation minoritaire sont-ils mal servis par les institutions fédérales?

Selon le commissaire aux langues officielles, la Loi sur langues officielles aura 50 ans en 2019 et gagnerait à être révisée afin de tenir compte de l’évolution de la société canadienne. Photo : Radio-Canada/François Pierre Dufault

Les Canadiens de langue officielle en situation minoritaire sont-ils mal servis par les institutions fédérales?

Share

Le rapport 2017-2018 du commissaire aux langues officielles interpelle les institutions fédérales sur la nécessité de se doter d’outils adéquats pour mieux apprécier leurs performances en communication avec le public au Canada. Il y va de l’intérêt de tous, surtout celui des Canadiens et communautés de langue officielle en situation minoritaire.

Les services aux personnes : un enjeu pour certaines institutions fédérales

Le gouvernement fédéral a-t-il manqué à ses responsabilités en ce qui a trait au service et à la communication conformément à la Loi sur les langues officielles?

Le rapport rappelle à Ottawa qu’il devrait en faire plus en ce sens. Après une série d’observations entre l’année dernière et cette année auprès de 10 institutions fédérales, ces deux questions demeurent un défi pour les institutions.

Le commissaire a enregistré un nombre croissant de plaintes relatives à l’article 91 de la loi qui traite de l’obligation des institutions fédérales de faire preuve d’objectivité dans la détermination des exigences linguistiques des postes lors de l’embauche.

Le commissaire aux langues officielles, Raymond Théberge, est entré en fonction le 29 janvier. (Archives) Photo : La Presse canadienne/Fred Chartrand

Les institutions fédérales n’ont pas les outils pour bien s’évaluer, notamment pour ce qui est des communications avec le public et de la prestation des services. Cela a une incidence négative directe sur les Canadiens et les communautés de langue officielle en situation minoritaire. Raymond Théberge, commissaire aux langues officielles.

La dualité linguistique du Canada de plus en plus vulnérable

Le commissaire constate que la dualité linguistique, qui constitue le fondement même du Canada, est en train de décliner et rappelle la nécessité de la remettre au goût du jour afin qu’elle conserve sa place prépondérante sur l’échiquier national.

Il invite les responsables fédéraux à observer les recommandations formulées l’an dernier par le greffier au Conseil privé dans un rapport intitulé : Enraciner une culture de dualité linguistique inclusive en milieu de travail au sein de la fonction publique fédérale.

Entre autres : rehausser à un niveau supérieur le profil linguistique des postes de superviseur dont les employés travaillent dans une région réputée bilingue, aux fins de la langue de travail. Cette recommandation peut être très pertinente pour les employés travaillant dans des régions où ils ont le droit de choisir laquelle des deux langues officielles (du français ou de l’anglais) ils doivent utiliser comme langue de communication au travail.

Le rapport montre aussi le fait que les enjeux de travail touchent davantage les francophones ailleurs au Canada, où l’anglais est majoritaire comme en Ontario. Il met toutefois en exergue le fait que les anglophones au Québec, où la langue dominante est le français, vivent aussi ce problème.

Le greffier a également suggéré que soit lancé un projet pilote qui permettrait aux gestionnaires d’embauche d’évaluer la compétence en langue seconde pour s’assurer de la transparence et de l’objectivité de système d’évaluation des compétences en langue seconde.

« Le respect des droits linguistiques liés à la langue de travail des employés fédéraux et de ceux liés aux services au public doit être au cœur des préoccupations gouvernementales. Ayant les deux, tout le monde y gagnerait à commencer par les Canadiens de partout au pays, qu’ils travaillent au sein de la fonction publique ou qu’ils en soient les bénéficiaires » Raymond Théberge.

Source Rapport annuel 2017-2018 du commissaire aux langues officielles

À lire aussi :

- Petite enfance et immigration parmi les priorités du commissaire aux langues officielles

- Le commissaire aux langues officielles « mou » sur le bilinguisme à la Cour suprême, dit une députée
Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*