Enfant au Nunavut

La pauvreté infantile demeure élevée au Canada, un pays pourtant riche, se désole l'ONG Campagne 2000.
Photo Credit: Radio-Canada

La pauvreté infantile est endémique dans les groupes minoritaires du Canada

Share

La pauvreté infantile, présente partout au Canada, touche plus durement les groupes minoritaires. Selon un nouveau rapport de Campagne 2000, les circonscriptions fédérales où la pauvreté des enfants et des familles est la plus élevée sont celles qui abritent une plus grande proportion de communautés autochtones, racialisées et immigrantes et des familles monoparentales dirigées par des femmes.

À la veille de la divulgation de la première stratégie canadienne de réduction de la pauvreté, l’ONG Campagne 2000 dresse un portrait de la pauvreté infantile dans les circonscriptions fédérales. Et le constat est sans appel. La pauvreté infantile existe dans toutes les circonscriptions. Mais elle est criante dans les régions rurales habitées surtout par des Autochtones et dans des zones urbaines où sont concentrés des groupes « racisés », entendez des non-caucasiens.

Selon Campagne 2000, il existe au Canada une persistance de la discrimination et des inégalités systémiques. Ainsi, dans des circonscriptions habitées majoritairement par des autochtones, le taux de chômage plus élevé, on note une faible participation au marché du travail et des locataires (et non des propriétaires) y sont plus nombreux. Ils consacrent plus de 30 % de leur revenu au logement.

Plusieurs enfants de l’Outaouais vivent dans la pauvreté.
La pauvreté infantile affecte aussi les familles monoparentales dirigées par des femmes. © IStock
Au Canada, 4 enfants en situation de pauvreté sur 10 (40,6 %) vivent dans des circonscriptions rurales. Le taux moyen de chômage y est de 11,1 % et celui de la participation au marché du travail est de 60,7 %. Dans les circonscriptions urbaines, le taux de chômage est de 9,1 % et celui de la participation au marché du travail est de 63,4 %.

Campagne 2000

Ainsi, la circonscription qui a le triste privilège d’afficher le taux de pauvreté infantile le plus élevé est celle de Churchill-Keewatinook Aski, au Manitoba, où vivent de nombreux Autochtones. Plus de six enfants sur dix (64,2 %) sont en situation de pauvreté. En plein cœur de la plus grande ville canadienne, Toronto, 4 enfants sur 10 (40 %) vivent en situation de grande précarité, alors qu’ils sont dans une circonscription urbaine qui regroupe le secteur bien nanti de la rue Bay, où se trouvent les tours de quatre des cinq principales banques canadiennes. On y trouve aussi de nombreux sièges sociaux de sociétés de courtage, de compagnies d’assurances, d’études légales et la Bourse de Toronto.

Canada’s five major banks dominate the skyline on Bay Street in Toronto. Profits are in the billions, and so are executive bonuses agin this year
Bay Street est la principale place financière du Canada. Des millions de dollars s’y brassent quotidiennement. Mais c’est aussi une circonscription où des familles immigrantes très pauvres. © Nathan Denette/Canadian Press

Pour Campagne 2000, la pauvreté infantile n’est pas une fatalité. Elle ne relève pas non plus de mauvais choix individuels. Dans un pays riche comme le Canada, insiste l’ONG, « aucun enfant ne devrait se coucher le ventre creux. Aucun parent ne devrait avoir à choisir entre payer son loyer et acheter des médicaments ou refuser de travailler ou de suivre des cours faute de services de garde de qualité et abordables. Comme la pauvreté touche toutes les circonscriptions, elles bénéficieront toutes d’une stratégie fédérale robuste ».

Un chantier collectif

Ottawa n’est pas resté les bras croisés sur la question de la pauvreté infantile. Campagne 2000 réclame depuis des décennies un plan fédéral de lutte contre la pauvreté. Ces dernières années, nous nous sommes réjouis des diverses mesures qui ont été adoptées pour soutenir les familles à faible revenu, notamment l’Allocation canadienne pour enfants, les investissements dans les services de garde et le logement et l’Allocation canadienne pour les travailleurs. Et Campagne 2000 s’en félicite.

La pauvreté touche de plus en plus de travailleurs au salaire minimum.
Campagne 2000 demande au gouvernement fédéral de prendre des mesures audacieuses pour éradiquer la pauvreté infantile au Canada. © Radio-Canada

L’organisme constate toutefois que la bataille contre la pauvreté au Canada est loin d’être gagnée. Et tout le monde devra mettre la main à la pâte selon Sid Frankel de l’Université du Manitoba. Pour que la nouvelle stratégie fédérale de réduction de la pauvreté tienne ses promesses, dit-il, les deux ordres de gouvernement, les villes et les Premières nations, ainsi que les secteurs privés et à but non lucratif, devront tous mettre l’épaule à la roue »

M. Frankel précise qu’Ottawa devra assumer un rôle de leadership spécial. Il doit fixer les objectifs, les échéanciers et les conditions pour les programmes de réduction de pauvreté fournis par les provinces et les territoires et auxquels il contribue des fonds. Il doit aussi prendre des mesures fiscales susceptibles d’inciter les provinces et les territoires à mettre en place des programmes audacieux.

L’ONG demande en outre qu’une loi sur la réduction de la pauvreté soit adoptée avant les élections de 2019. Elle voudrait également qu’Ottawa bonifie les transferts fédéraux, qu’il mette en place un système universel de services de garde et qu’il fournisse des logements pour tous, etc.

Campagne 2000 est un réseau pancanadien d’organismes nationaux, provinciaux, territoriaux et communautaires qui a vu le jour en 1991, en réaction à l’absence de progrès du gouvernement dans la lutte contre la pauvreté des enfants.

Bon à savoir
  • En 2015, près de 1,2 million d’enfants canadiens de moins de 18 ans (17 %) vivaient dans un ménage à faible revenu.
  • Les enfants dont la famille partageait un logement avec d’autres personnes étaient moins susceptibles de vivre dans un ménage à faible revenu, en particulier ceux qui vivaient dans une famille monoparentale.
  • Le plus faible taux d’enfants vivant dans un ménage à faible revenu a été observé en Alberta, où l’emploi et le revenu médian sont élevés. Par ailleurs, le Québec était la seule province où les enfants étaient moins susceptibles de vivre dans un ménage à faible revenu que les adultes, en raison de prestations gouvernementales élevées pour les familles comptant des enfants.
  • Parmi les grands centres urbains, Windsor, en Ontario, a inscrit le taux d’enfants vivant dans un ménage à faible revenu le plus élevé.
  • Le taux de faible revenu observé chez les enfants vivant dans une famille biparentale ne comptant aucun autre enfant de moins de 18 ans était de 9 % en 2015. Ce taux augmentait considérablement chez les enfants vivant dans une famille biparentale comptant au moins trois enfants, pour atteindre 16,4 %.
  • Parmi les enfants vivant dans une famille monoparentale, le taux de faible revenu se situait à 30,5 % lorsque la famille ne comptait qu’un seul enfant, alors qu’il augmentait pour s’établir à 37,2 % lorsque la famille comptait deux enfants, et à 55,1 % lorsque la famille comptait trois enfants ou plus.

(Source: Statistique Canada)

Lire aussi

Pauvreté infantile à Toronto: «épidémique», selon de nouvelles données

Pauvreté infantile au Canada : que peut la nouvelle allocation familiale pour enfants?

Share
Mots-clés : ,
Publié dans : Autochtones, Économie, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*