Devant le Conseil des droits de l’Homme de l'ONU, le prince jordanien Zeid Ra’ad al-Hussein a une dernière fois dénoncé les dérives du nationalisme dans le monde.
Photo Credit: www.un.org

Attention, le nationalisme est de retour! Un haut responsable de l’ONU s’en inquiète

Share

Subrepticement, mais fermement, le nationalisme est de retour. Dans l’indifférence la plus générale. Parallèlement, la Déclaration universelle des droits de l’homme est la cible d’attaques féroces d’extrémistes, de dirigeants autoritaires, de populistes, de démagogues, de relativistes culturels, d’universitaires occidentaux et même de fonctionnaires des Nations unies! Ce constat amer est signé Zeid Ra’ad Al-Hussein. Le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme a dressé ce réquisitoire lors de sa dernière présence à une session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Zeid Ra’ad Al-Hussein s’apprête à tirer sa révérence. À la fin du mois d’août prochain, il quittera ses fonctions à la tête de l’instance onusienne chargée de promouvoir et de protéger les droits de tous les humains. Lors de sa dernière session lundi à Genève, il a mis en garde contre le retour du nationalisme. Il a interpellé les représentants des États membres, leur demandant pourquoi l’ONU restait aussi « silencieuse » face au retour du nationalisme.

Le haut-Commissaire a souligné, si tant est qu’on l’eût oublié, que d’un point de vue historique, la force la plus destructrice pour le monde a été le nationalisme, porté aux extrêmes par des chefs égoïstes et sans scrupules et amplifié par des idéologies de masse opposées aux libertés. Il a d’ailleurs rappelé que les Nations unies ont été créées précisément pour éviter le retour de ces idéologies. « La raison d’être des Nations unies était de protéger la paix, les droits, la justice et le progrès social », a-t-il dit. Les principes de fonctionnement de l’ONU sont donc clairs et la paix n’est possible qu’en promouvant le contraire du nationalisme.

Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad al Hussein
Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad al Hussein rappelle les torts subis par l’humanité à cause du nationalisme. © ? Denis Balibouse / Reuters

Le nationalisme, justification de toutes les dérives

L’administration américaine de Donald Trump, qui a choisi de séparer des enfants de leurs parents, afin dit-elle, de décourager l’immigration illégale, est vivement dénoncée par le Haut-Commissaire. Au cours des six dernières semaines, plus de 2300 enfants ont été séparés de force de leurs parents. Ce que M. Al-Hussein qualifie d’« inadmissible ». Selon lui, les politiques américaines punissent les enfants pour les actes commis par leurs parents.

Il a d’ailleurs appelé Washington « à mettre fin immédiatement à cette pratique et à ratifier enfin la Convention relative aux droits de l’enfant, afin que les droits fondamentaux de tous les enfants, quel que soit leur statut administratif, soient au centre de toutes les lois et politiques nationales ».

Cette dernière sortie de M. Zeid n’a certainement pas plu à l’administration américaine qui, mardi, a annoncé son retrait du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, une instance qui a toujours eu maille à partir avec Washington. D’ailleurs, les États-Unis l’ont boycotté pendant trois ans sous le président George W. Bush avant de le réintégrer sous Barack Obama en 2009.

Qu’importe, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a lui aussi joint sa voix aux critiques contre la politique américaine de séparation des enfants de leurs parents. Il a demandé aux États-Unis de traiter les réfugiés et les migrants avec respect et dignité, en accord avec le droit international et de préserver l’unité des familles.

 rci-illegaux
Pour contrer l’afflux des immigrants clandestins à la frontière avec le Mexique, les États-Unis ont adopté une politique de séparation des enfants et de leurs parents, critiquée un peu partout dans le monde. © Reuters/Loren Elliott

Le rejet de l’Autre

Aux États-Unis également, la politique de séparation des enfants de leurs parents est dénoncée par des citoyens ordinaires, des anciennes premières dames, l’actuelle première dame, et même la propre fille de Trump, Ivanka. Des responsables politiques s’en mêlent aussi, y compris des poids lourds du Parti républicain comme le sénateur de l’Arizona John McCain, critique habituel du président, qui lutte contre un cancer du cerveau.

La politique actuelle cruelle […] est un affront à la décence du peuple américain et aux principes et valeurs sur lesquels notre nation a été fondée. L’administration a le pouvoir d’y mettre un terme. Elle devrait le faire immédiatement. John McCain, sénateur républicain

Pour revenir à M. Al-Hussein, il s’est une fois de plus inquiété de la situation des Rohingyas au Myanmar. Selon lui, il existe des indices clairs que la minorité musulmane continue d’y faire l’objet d’attaques organisées, étendues et systématiques. Et sa conclusion est formelle : « Si le Myanmar a déclaré qu’il enquêterait sur ces allégations et punirait les responsables présumés, ses actes à ce jour ne répondent pas aux critères minimaux de crédibilité et d’impartialité. »

À propos du conflit au Yémen, le Haut-Commissaire a déploré les attaques menées par la coalition saoudienne et émiratie à Hodeïda qui pourraient faire d’énormes pertes civiles et avoir un impact désastreux sur l’aide humanitaire acheminée par le port pour soutenir des millions de personnes.

Lire aussi :

Pourquoi des milliers d’enfants de l’Amérique centrale fuient-ils leurs pays?

Le Canada se prépare à la fin du programme des « Dreamers » aux États-Unis

Share
Mots-clés : ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*