Des parents se plaignent d’être laissés à eux-mêmes pour subvenir aux besoins de leurs enfants qu’ils ont décidé de ne pas placer en famille d’accueil. Crédit : Radio-Canada

Pas assez handicapés pour recevoir toute l’aide dont ils ont besoin de la part de l’État?

Share

L’organisme Parent jusqu’au bout lance, en partenariat avec L’Étoile Pacho (Réseau d’entraide pour parents d’enfants handicapés), la campagne intitulée « Équité pour tous les enfants handicapés ».

Une analyse du soutien aux familles révèle une injustice

L’examen du soutien financier versé par l’État aux familles naturelles d’enfants handicapés et aux familles d’accueil révèle une réelle disparité.

  • Les familles naturelles (parents) reçoivent en moyenne 25 632 $ annuellement pour subvenir aux besoins spéciaux de leur enfant handicapé à la maison.
  • Les familles d’accueil, quant à elles, reçoivent en moyenne 44 264 $, soit 70 % de plus que les familles naturelles.
  • Alors que le montant versé aux familles d’accueil varie selon les limitations de l’enfant, le Supplément pour enfant handicapé nécessitant des soins exceptionnels (SEHNSE) n’est accessible que pour 1634 des 36 000 enfants vivant avec un handicap au Québec.

À partir des constats de cette étude que vient de rendre publique la société comptable, Raymond Chabot Grant Thornton, les organismes représentant les parents d’enfants handicapés en viennent à la conclusion qu’ils sont victimes d’une grande injustice quant au soutien qui leur est accordé en comparaison avec celui accordé aux familles d’accueil.

Anouk Lanouette Turgeon, coresponsable de Parents jusqu’au bout, en compagnie de sa fille trisomique. Crédit :
Frédérick Truchon-Gagnon

Une situation que dénonce l’ONG Parent jusqu’au bout, par la voix de sa coresponsable Anouk Lanouette Turgeon. Selon Mme Turgeon, l’écart significatif de 18 632 $ (en moyenne) pénalise de façon importante les parents qui peinent, dans bien des cas, à payer les médicaments, les soins d’hygiène et les nombreux soins médicaux spécialisés requis par leur enfant handicapé.

Écoutez

Un jeune handicapé en fauteuil roulant Crédit Photo : iStock

Rétablir l’équité : une solution par l’application des mêmes niveaux d’évaluation

Voici la principale suggestion de Parents jusqu’au bout pour mettre un terme à la précarité financière des parents qui ne souhaitent pas placer leurs enfants dans des familles d’accueil :

Appliquer aux familles naturelles les mêmes niveaux d’évaluation des enfants handicapés, allant de 1 à 6, mis en place par le gouvernement du Québec, afin de déterminer les montants alloués aux familles d’accueil.

Il s’agit en fait d’utiliser la même grille d’évaluation pour tous les enfants handicapés, sans tenir compte de leur famille de résidence.

Il faut souligner que l’écart réel est encore plus important pour les familles qui n’ont pas droit au SEHNSE, créé par le gouvernement provincial en 2016.

Cette situation est reliée au fait que l’État ne prévoit pas de niveaux intermédiaires. Alors que plus de 50 familles ont eu à présenter une demande dans le cadre de ce programme, chacune des demandes s’est soldée par un refus du gouvernement avec pour motif le fait que le handicap des enfants n’était pas assez sévère. C’est ainsi que seulement 1634 enfants handicapés sur un total de 36 000 au Québec y ont accès.

Share
Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : Politique, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Pas assez handicapés pour recevoir toute l’aide dont ils ont besoin de la part de l’État?»
  1. Michèle Daoust dit :

    Et lorsque nos enfants handicapés deviennent adultes beaucoup de services sont coupés ou carrément inexistants. Sans compter l’énergie que les parents n’ont plus pour en débattre.
    Michèle Daoust