La collision entre les deux avions a provoqué des dégâts à l'aile de l'appareil d'Air Canada. Photo : La Presse canadienne/Tim Clark

Appareil d’Air Canada percuté par un autre avion sur une piste à New York

Share

Un A320 d’Air Canada avec 142 passagers à bord qui venait d’atterrir à l’aéroport LaGuardia de New York, lundi après-midi, a été touché à l’aile par un autre avion sur une voie de circulation.

LaGuardia – Wikipédia

L’avion canadien s’était immobilisé sur une voie de circulation lorsqu’un plus petit appareil d’American Eagle, exploité par Republic Airlines, a accroché l’une de ses ailes en tentant un virage trop rapproché.

Rudy King, porte-parole de l’autorité portuaire de New York et du New Jersey, affirme que les deux avions ont pu se rendre à leur porte respective sans autre problème.

Tous ceux qui se trouvaient à bord de l’appareil d’Air Canada ont débarqué normalement et indemnes. Cependant, une femme de 38 ans à bord du vol d’American Eagle a été blessée au cou et au dos.

Souvenirs de voyage

Tim Clark, un passager d’Air Canada qui attendait à la porte d’embarquement pour un vol de retour à destination de Toronto, affirme que certains passagers ayant quitté l’avion accidenté se sont immédiatement rendus aux grandes baies vitrées pour prendre des photos des dommages.

Selon lui, les dégâts se limitaient au bout de l’aile, où l’on pouvait apercevoir une pièce fendue.

La Direction générale de l’aviation civile enquêtera sur l’accident, qui s’est produit vers 17 h 15 (HAE). L’agence précise que l’incident s’est produit entre le vol 716 d’Air Canada en provenance de Toronto et le vol 4589 de Republic Airline en provenance de Saint-Louis.

Un autre incident qui aurait pu très mal tourner

L’an dernier, un autre vol d’Air Canada a failli causer ce qui aurait pu devenir le pire accident de l’histoire de l’aviation.

Il s’était presque écrasé sur des avions alignés au sol à l’aéroport international de San Francisco. Il a plongé à seulement 18,2 mètres au-dessus du sol en survolant d’autres avions bondés de passagers en attente de décollage peu avant minuit, le 7 juillet 2017, selon le rapport final du Conseil national de la sécurité des transports des États-Unis (NTSB) publié ce mois-ci.

Graphique CBC

Le vol 759 d’Air Canada en provenance de Toronto avec à son bord 135 passagers et 5 membres d’équipage s’engageait sur cette voie secondaire lorsque son équipage a réalisé le danger. Passant à 18,2 mètres à peine au-dessus du sol, l’avion a alors repris soudainement de l’altitude en évitant de justesse une collision catastrophique avec quatre autres appareils.

Plus de 1000 personnes ont été mises en danger, selon le NTSB qui révèle que le pilote responsable du vol était éveillé depuis 19 heures consécutives et son copilote, depuis 12 heures. Aucun des deux n’avait fait de sieste pendant le vol et les deux respectaient pourtant les règles de Transport Canada.

RCI avec La Presse canadienne, CBC et la contribution de Radio-Canada

En complément

La fatigue des pilotes d’Air Canada montrée du doigt – RCI 

Atterrissage sur le ventre d’un Airbus 320 d’Air Canada 350 m avant la piste – RCI 

Regardez l’atterrissage en catastrophe du vol 8481 d’Air Canada – RCI 

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Économie, International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*