La tour du CN à Toronto vue en travers du smog. Le Parti progressiste-conservateur a promis que le retrait de la bourse du carbone ne coûterait rien aux contribuables ontariens. Photo : Radio-Canada/Ramna Shahzad/CBC

Trudeau précise aux consommateurs l’impact de la taxe sur le carbone qui sera imposée à certaines provinces

Share

Mardi, le premier ministre Justin Trudeau était à Toronto en compagnie de la ministre fédérale de l’Environnement et du Changement climatique pour y dévoiler les détails de l’impact de la nouvelle législation sur la taxe carbone.

Le gouvernement libéral fédéral imposera une taxe sur les carburants dans les provinces qui n’ont pas de plan adéquat de tarification des émissions, mais il accordera des remises annuelles aux familles canadiennes pour compenser la plupart des coûts supplémentaires de ce plan de lutte contre les changements climatiques.

Ottawa prélèvera une taxe de 20 $ la tonne d’émissions de gaz à effet de serre à compter de 2019, qui augmentera de 10 $ chaque année pour atteindre 50 $ la tonne d’ici 2022.

Selon les documents d’information fournis par le gouvernement, une taxe sur le carbone de 20 $ la tonne entraînera une augmentation d’environ 4,42 ¢ le litre pour l’essence, 3,91 ¢ le mètre cube pour le gaz naturel et 3,10 ¢ le litre pour le propane.

Les consommateurs ne paieront pas la taxe directement au gouvernement provincial, mais plutôt à Ottawa, qui prélèvera la taxe sur le carburant et sur les entreprises de production et de distribution – par exemple un fournisseur de gaz naturel comme Enbridge – qui répercuteront ces coûts sur les clients.

Justin Trudeau en conférence de presse à Toronto – Photo CBC

Justin Trudeau veut reprendre l’initiative politique sur le climat

Un prix national sur le carbone sera également imposé aux provinces de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick, de la Saskatchewan et du Manitoba, qui ont manifesté leur opposition à tout régime de taxe carbone.

Il s’agit ici pour le gouvernement central de reprendre l’initiative et d’imposer un plan d’action aux provinces qui n’ont pas fait des préparatifs en ce sens ou qui auraient rejeté le principe même d’une taxe carbone sur leur territoire.

L’an dernier, à pareille date, seule la Saskatchewan avait signifié son refus de se faire imposer cette taxe. Depuis, le Nouveau-Brunswick, l’Ontario et le Manitoba se sont ralliés.

Ce qui était initialement prévu comme un plan de secours au cas où quelques provinces ne parviendraient pas à concevoir leurs propres plans de tarification du carbone est maintenant devenu le principal mécanisme de tarification du carbone pour près de la moitié de la population canadienne.

Environ 47 % des Canadiens vivent dans des provinces ou régions qui ont déclaré leur rejet d’une telle taxe sur leurs territoires.

Une élection sur fond de politiques sur le climat?

Alors que Parti conservateur fédéral d’Andrew Scheer s’oppose lui aussi à une taxe sur le carbone, et promet de l’abolir s’il est élu, les libéraux de Justin Trudeau comptent mener la bataille jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’à la prochaine campagne électorale fédérale.

De quels côtés pencheront les électeurs canadiens? Cette dispute entre le gouvernement central et certaines provinces est-elle de nature à changer le cours de la politique au pays? Écoutez pour le savoir…

À la tête de la plus importance province canadienne, le premier ministre conservateur de l’Ontario, Doug Ford, élu le printemps dernier, apparaît maintenant comme le principal chef de ce mouvement de contestation.

Des images copies carbone du mouvement anti-carbone mené par Doug Ford

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, et le chef du Parti conservateur uni de l’Alberta, Jason Kenney, lors d’un rassemblement contre la taxe carbone à Calgary. Photo : La Presse canadienne/Jeff McIntosh

Les premiers ministres de la Saskatchewan et de l’Ontario, Scott Moe et Doug Ford, s’engageaient encore davantage contre la taxe nationale sur le carbone dans une allocution commune à Saskatoon. Photo : Radio-Canada/Omayra Issa

Voyez pourquoi l’Ontario a réduit en cendre sa propre « bourse du carbone »

Affiche publicitaire d’un rassemblement auquel prendront part le premier ministre ontarien Doug Ford et et le chef du Parti conservateur uni de l’Alberta, Jason Kenney, avec le slogan : « Éliminez la taxe carbone ». Photo : unitedconservative.ca

RCI avec CBC, La Presse canadienne et la contribution de Jean-François Poudrier, Charlotte Dumoulin, Doris Labrie, Madeleine Blais-Morin et Michel Désaultels de Radio-Canada

En complément

Taxe carbone : front commun des conservateurs albertains et ontariens – Radio-Canada 

La taxe carbone est la solution au changement climatique, selon les lauréats du prix Nobel d’économie – Radio-Canada 

Taxe carbone : nuisance ou avantage économique? – Radio-Canada 

Share
Catégories : Non classé
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*