Le kilogramme nouveau est arrivé (Photo: iStock)

Nouvelle définition adoptée pour le kilogramme

Share

Vous êtes-vous déjà demandé comment le monde en est arrivé au kilogramme (1000 grammes) comme unité étale de mesure de masse?

Disons d’abord qu’il fallait mettre un peu d’ordre dans les méandres épouvantables de la pléthore de systèmes de poids et mesures.

Songeons seulement au système anglais, magistral univers d’illogisme, mais tellement charmant.

Un système où tout changeait avec l’avènement d’un nouveau roi. Le pied (environ 30 cm) était celui du roi; le pouce (un douzième du pied) également. Ainsi, quand un roi mourait et qu’arrivait sur le trône son successeur et que ces deux hommes n’avaient pas la même pointure, les distances entre les villes de la douce Albion changeaient.

Même la standardisation de ce système impérial – science, efficacité, commerce et conquêtes impériales obligent –, est aussi limpide qu’une version latine à faire après plusieurs années loin des déclinaisons.

Le mille, ou mile, est divisé en 5280 pieds ou 1760 verges (oui, c’est très vrai, c’est le nom français pour « yard », ce qui a causé de nombreux quiproquos quand des Canadiens français voulaient acheter du tissu en France).

Sachez, à titre d’illustration seulement et non point à des fins d’examens, qu’il y a aussi des perches et des pôles (6 pieds ou deux verges), des lieues (3 milles) et que les mesures de volumes sont aussi disparates.

Je vous en ferai grâce, car l’objet de cet article est le kilogramme.

De plus, le Canada est passé au système métrique il y a un peu plus de 40 ans, mais, comme au sud de la frontière on utilise encore ce que certains ici appellent le système archaïque, il nous faut rester au fait des deux systèmes, l’international et l’anglais.

Origine du kilogramme   

Créé dans la foulée de la Révolution française en 1795, le millième de kilogramme, le gramme, était défini comme étant «  la masse d’un centimètre cube (1 cm x 1 cm x 1 cm) à la température de la glace fondante ».

Hum.

C’est de là qu’a découlé si j’ose dire le kilogramme (kg). On a donc décidé d’en faire un étalon métallique temporaire.

Comment de temps a-t-on mis pour accomplir cette tâche? Quatre ans!

Pourquoi? Parce que l’eau a une densité plus stable à 4 °C plutôt qu’à 0 °C

Donc, on en construit un autre qui devient officiellement « le » kilogramme, appelé alors « kilogramme des archives ».

1889 – autre changement de l’étalon kilo

Cette fois, l’étalon kilogramme est construit en alliage de platine et d’iridium pour une meilleure stabilité chimique et physique.

Celui-ci prend le nom de « grand K ».

Un prototype du kilogramme conservé au Bureau international des poids et mesures (BIPM) à Sèvres BIPM/AFP/ARCHIVES

Kilogramme des archives

C’est aux Archives nationales françaises que sont entreposés à température et pression constante le grand K et six autres identiques. On en retrouve ailleurs sur Terre qui sont comparés tous les 50 ans avec le grand K.

Et n’entre pas qui veut dans le sacro-saint territoire du grand K. Dans cette cave où il est en résidence, il est protégé par plusieurs réseaux de capteurs de caméras de surveillance, sous trois cloches de verre, chacune munie d’une serrure différente. De plus, il n’y a pas un seul détenteur des clés, mais trois, chacun une.

K74, le prototype canadien du kilogramme, à l’abri dans une chambre forte du CNRC. (Conseil national de recherches du Canada)

Les exceptions kilométriques à ce jour

C’est la seule des sept unités du système international à être encore définie à l’aide d’un artefact (toutes les autres sont définies à partir de constantes naturelles qui ne dépendent pas du lieu et sont donc reproductibles) .

C’est aussi la seule unité SI qui possède un préfixe multiplicateur (kilo).

Et, enfin, le kilogramme nouveau est arrivé

Ça y est, c’est officiel, le kilogramme nouveau, amélioré, plus précis est adopté le vendredi 16 novembre 2018 à Versailles, en France, grâce à l’accord unanime des pays participants à cette définition.

Le grand K est remplacé par une formulation scientifique, corrigeant l’étalon le moins précis à ce jour du système de mesure international (SI).

Donc, le kilogramme est défini à compter de maintenant grâce à une formule de physique quantique appelée « la constante de Planck ». (Max Planck, physicien allemand, prix Nobel de physique en 1918).

Cela dit, les 10 kilos que vous avez à perdre ne changeront pas.

C’est au niveau des industries de haute technologie que l’effet se fera sentir.

Le nouveau poids du kilo

La communauté scientifique est prête à remplacer l’étalon physique du kilogramme par une formule mathématique. Des experts du monde entier doivent approuver cette décision vendredi.

Posted by Radio-Canada Information on Wednesday, November 14, 2018

Et la constante?

Constante de Planck = 6,62607004 × 10-34 m2 kg/s

AP, AFP, CP, Radio-Canada

Plus :

Vers une définition quantique du kilogramme (pourlascience.fr)

La définition du kilogramme pourrait changer dès 2018 et devenir quantique (lefigaro.fr)

Les 40 ans du système métrique à la canadienne (RCI)

Des Canadiens en voie de révolutionner le kilogramme (Radio-Canada)

Les unités de mesure du système impérial (Wikipedia)

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*