Au large des côtes américaines, une importante nappe de pétrole s’est échappée en avril 2010.

Cette image d’une nappe de pétrole qui s’est échappée en avril 2010 au large des côtes américaines est une illustration de ce qu’est une marée noire
Photo Credit: AFP / USCG/Elizabeth Bordelon

Marée noire dans l’Atlantique après la fuite de 200 mètres cubes de pétrole de la plateforme White Rose à Terre-Neuve

Share

La plateforme White Rose de la compagnie Husky Energy a laissé s’échapper une quantité importante de pétrole, ce qui a été à l’origine de la marée noire observée depuis la fin de semaine dans l’Atlantique, au sud-est de Saint-Jean.

Suspension temporaire des activités

Pour des raisons de sécurité, l’agence chargée de l’exploitation pétrolière en mer au large de Terre-Neuve-et-Labrador a pris la décision d’interrompre, pour une durée indéterminée, toutes les activités sur les plateformes, le temps d’évaluer la gravité de la situation ainsi que l’étendue des dégâts.

Selon les premières estimations, ce sont environ 250 mètres cubes de pétrole qui se sont déversés dans l’océan. Pour le moment, il est difficile de savoir si des vies animales ont été atteintes ou sont menacées.

Des informations en provenance des autorités locales se veulent plutôt rassurantes à ce sujet, puisqu’elles ne font mention d’aucune présence animale dans les environs ou dans la trajectoire de la marée noire.

Exploitée par BP dans les eaux du golfe du Mexique, la plateforme pétrolière Deepwater Horizon explosait il y a un an.

Un précédent en 2004

Ce n’est pas la première fois que Terre-Neuve-et-Labrador doit faire face à un déversement de pétrole.

En 2004, 170 000 litres de pétrole brut s’étaient échappés de la plateforme Terra Nova de la compagnie Petro-Canada, à 350 km de Saint-Jean, pour se répandre dans l’océan.

Ce déversement, attribué à un mauvais fonctionnement mécanique, est considéré comme le plus grand de l’histoire au Canada. Il avait suscité les mêmes actions que celles prises aujourd’hui, à savoir l’interruption de toutes les activités de pompage de pétrole, dans le but d’évaluer la situation et de procéder au nettoyage.

Contrairement au cas présent, où les autorités ne prévoient pas que le pétrole atteigne les côtes, en raison des forts vents et des vagues de cinq à six mètres, le déversement de 2004 avait entraîné la propagation de la marée noire à plus de 5 km de la plateforme.

En 2010, Terre-Neuve avait été aussi menacée par la gigantesque marée noire survenue dans le golfe du Mexique, après le déversement de 780 millions de litres de pétrole brut en trois mois, de la plateforme de la compagnie Deepwater Horizon.

Après cette menace, le Commissaire à l’environnement et au développement durable du Canada, Scott Vaughan, avait mené en 2013 une enquête sur les répercussions d’un déversement de pétrole en haute mer au large des côtes de Terre-Neuve-et-Labrador ou de la Nouvelle-Écosse.

Son rapport avait clairement démontré que si un déversement pétrolier ou gazier majeur venait à se produire au large de ces deux côtes, qui multiplient les projets dans ces deux secteurs, les répercussions seraient « dévastatrices ».

Le rapport tirait la sonnette d’alarme sur la mauvaise préparation du Canada pour faire face à la situation.

C’est pourquoi le commissaire avait invité aussi bien le gouvernement fédéral que les offices des hydrocarbures extracôtières de l’Atlantique à envisager des mesures concrètes pour intervenir efficacement en pareille circonstance.

RCI avec des informations de la Presse canadienne et Radio-Canada


Lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Environnement, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*