Les îles Andaman-et-Nicobar encerclées en rouge. Crédit : Wiki

Qui sont les Sentinelles des îles Andaman qui ont tué le touriste américain John Chau?

Share

John Chau a été atteint par des flèches empoisonnées de membres de la tribu des Sentinelles des îles Andaman-et-Nicobar en Inde.

RCI avec l'AFP, YouTube, des images de Wiki et Reuters

L’homme de 27 ans était un habitué de voyages touristiques en Inde et avait plusieurs fois séjourné aux îles Andaman, sans véritablement avoir l’occasion de réaliser son rêve. Il souhaitait rencontrer de près la communauté des Sentinelles, mais l’État indien interdit de les approcher à moins de cinq kilomètres.

La tragédie est survenue le 16 novembre lorsque John Chau a proposé de l’argent à des pêcheurs indiens afin qu’ils l’accompagnent chez les Sentinelles.

L’AFP rapporte que le touriste, décrit sur son compte Facebook et Instagram comme un « globe-trotter, féru de voyages », avait déjà tenté en vain d’y aller tout seul, deux jours auparavant.

Redoutant la réaction des Sentinelles, les pêcheurs se sont arrêtés à bonne distance avec leur embarcation et l’Américain s’est rendu tout seul, avec un canoë, sur le territoire de ces peuples autochtones de la petite île de 47 kilomètres carrés.

Situées entre le golfe du Bengale et la mer d’Andaman, à environ 300 km au sud-ouest des côtes birmanes et à 507 kilomètres de la ville de Port Blair, les îles Andaman comptent 204 îles et seules 38 sont habitées.

C’est alors qu’il a été encerclé et son corps littéralement transpercé par plusieurs flèches empoisonnées tirées par des membres de la tribu.

Ayant vu le corps de l’étranger être traîné au sol grâce à une corde nouée autour de son cou, les pêcheurs se sont enfuis pour ne revenir que le lendemain, où ils ont fait la macabre découverte du corps de John Chau sur la plage.

Un religieux de la région de Port Blair a alerté la famille de la victime aux États-Unis. La police indienne a ensuite ouvert une enquête et procédé à l’arrestation de sept pêcheurs.

Une tribu considérée comme l’une des plus isolées du monde qui vit en autarcie

C’est le tsunami du 26 décembre 2004, qui avait tué environ 7000 personnes dans les îles Andaman-et-Nicobar, qui a révélé aux yeux du monde le peuple des Sentinelles. Cela à travers une photographie emblématique de la garde-côtière indienne prise lors du survol des îles pour savoir s’ils avaient survécu à cette catastrophe,

Les Sentinelles sont des gens refermés sur eux-mêmes, sur des îles souvent décrites comme paradisiaques, en plein cœur de l’océan indien. Hanuman rappelle le nom du dieu hindou Handuman.

Le peuple de chasseurs-cueilleurs ne compterait que 150 âmes et serait particulièrement hostile au monde moderne. C’est ce qui justifierait ses attaques meurtrières contre quiconque pose les pieds sur leur territoire.

Déjà en 2004, lors du survol mentionné plus haut, l’hélicoptère de la garde côtière indienne avait été la cible de flèches tirées par des habitants regroupés sur la plage. En 2006, deux pêcheurs indiens, dont le bateau avait dérivé pendant leur sommeil jusqu’au rivage de North Sentinel, avaient été tués par des membres de la tribu.

Un membre de la tribu des Sentinelles photographié depuis un hélicoptère.

Un homme de la tribu tente d’abattre, avec son arc, l’hélicoptère de la garde-côtière indienne survolant l’île d’Andaman-et-Nicobar. Photo : Reuters

Dans un communiqué transmis à l’AFP, l’ONG de protection des tribus autochtones Survival International a « dénoncé une tragédie qui n’aurait jamais dû se produire ».

Cette organisation, qui siège en Grande-Bretagne, a estimé qu’en raison de l’isolement ancestral du reste de l’humanité, « il n’est pas impossible que les Sentinelles viennent d’être contaminées par des agents infectieux mortels, apportés par un voyageur américain contre lequel ils n’ont pas d’immunité, avec le potentiel d’éradiquer toute la tribu ».

L’ONG pense que ses membres descendent des premières populations humaines à être parties d’Afrique (d’où leur appellation Negritos en raison de leur apparence physique semblable à celle des Noirs d’Afrique : petite taille, peau très foncée, cheveux crépus) pour se retrouver sur les îles Andaman où ils forment un monde à part, en y vivant reclus depuis plus de 60 000 ans.

Après plusieurs tentatives infructueuses du gouvernement indien de rentrer en contact avec les Sentinelles de 1970 à 1980, le pays y a officiellement renoncé dans les années 1990. Il les a laissés dans leur jungle, tout en s’assurant de temps à autre de leur condition et de leur bonne santé grâce à des observations à partir d’un bateau ancré à une distance respectable de l’île.

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

3 comments on “Qui sont les Sentinelles des îles Andaman qui ont tué le touriste américain John Chau?
  1. Carol Tremblay dit :

    Je ne crois pas cette histoire, désolé. Mais d’où viendrait cette soudaine extrême sollicitude du gouvernement indien? En général les états n’ont pas de scrupules lorsqu’il est question de contrôler leur territoire. Tout ceci sent le coup de pub pour les iles Andaman-et-Nicobar.

  2. Manon Brunette dit :

    vous n’avez pas à récupérer le corps
    il le savait qu’il ne devait pas y aller
    qu’est ce qu’il n’a pas compris ?
    et n’en faites pas un martyr

  3. COSTA dit :

    c’est nul .