La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, affirme que le Canada défendra tous les Canadiens qui risquent la peine de mort dans le monde. (Adrian Wyld/Presse canadienne)

Le Canada demande à la Chine d’épargner la vie du condamné à mort Robert Schellenberg

Share

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, confirme qu’elle a officiellement demandé mardi à l’ambassadeur chinois au Canada de transmettre à Pékin une demande de clémence dans le cas de Robert Schellenberg. Ce dernier qui fait face à la peine de mort pour avoir transporté illégalement 222 kilogrammes de méthamphétamines.

« La position du Canada à l’égard de la peine de mort est cohérente et de très longue date. « Comme les Canadiens le savent, la peine de mort n’existe pas au Canada. Nous croyons que c’est inhumain et inapproprié. Et partout où la peine de mort est envisagée à l’égard d’un Canadien, nous nous élevons contre elle », a-t-elle dit.

Rappelons que lorsque l’ex-premier ministre canadien Stephen Harper avait demandé la clémence de la Chine dans une lettre personnelle adressée au président chinois Xi Jinping demandant la clémence pour un autre Canadien en 2015, reconnu coupable de contrebande de drogue, il avait été exécuté dès le lendemain.

Aide-mémoire...

Robert Schellenberg. Photo: AP

Lundi, un tribunal chinois a condamné Robert Schellenberg à mort dans ce qui semble être un nouveau chapitre dans l’escalade des tensions diplomatiques entre le Canada et la Chine depuis l’arrestation en décembre à Vancouver de Meng Wanzhou, directrice financière du géant technologique chinois Huawei, à la suite d’une demande d’extradition présentée par les États-Unis.
Peu après l’arrestation de Mme Meng, la Chine avait arrêté les Canadiens Michael Kovrig, un diplomate en congé qui travaille pour une ONG en Chine, et Michael Spavor, un consultant en affaires qui organise des voyages en Corée du Nord.

Michael Spavor et Michael Kovrig ont été arrêtés en Chine. (Associated Press / International Crisis Group / Presse canadienne)

Escalade de la crise entre le Canada et la Chine

Le premier ministre Justin Trudeau. (LA PRESSE CANADIENNE/Justin Tang)

Lorsque les journalistes lui ont demandé si le premier ministre Justin Trudeau ne devrait pas communiquer directement avec le président chinois Xi Jinping, Chrystia Freeland a répondu qu’il y avait beaucoup de discussions entre les fonctionnaires des deux gouvernements à l’heure actuelle.

« J’ai moi-même parlé deux fois à l’ambassadeur de Chine, et il a de nombreux contacts ici. Nous sommes également en contact avec le gouvernement chinois en Chine à plusieurs niveaux, et il est très important de poursuivre ce dialogue », a-t-elle précisé.

Mme Freeland s’est dite fière qu’à la demande du premier ministre Trudeau, un groupe important et croissant de pays alliés se range aux côtés du Canada dans ce conflit, notamment l’Allemagne, la France, les Pays-Bas, l’UE, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, l’Estonie, la Lituanie et la Lettonie.

La Chine dans tous ses états

Cet appel du Canada aux appuis internationaux a provoqué l’ire de Pékin, mardi, dans une attaque cinglante de l’ambassadeur chinois à Ottawa, qui y voit de « l’égoïsme occidental » et de « la suprématie blanche ».


La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying (Photo : AP)

Mardi toujours, lors de sa conférence de presse quotidienne, Hua Chunying a estimé que M. Trudeau devrait « respecter la primauté du droit et la souveraineté judiciaire de la Chine, corriger ses erreurs et mettre un terme à ses remarques irresponsables ».

Les organisations de défense des droits de la personne ont estimé que les réactions du ministère chinois des Affaires étrangères soulèvent de sérieuses questions sur une probable ingérence du politique dans le système judiciaire. Les médias chinois ont notamment commencé à faire connaître le cas du Canadien Robert Schellenberg, emprisonné depuis 2014, qu’après que le Canada eut arrêté Mme Meng en décembre dernier.

LISEZ LA SUITE... Condamnation à mort d’un Canadien en Chine : un acte politique?

La décision soudaine de la Chine d’exécuter ce trafiquant de drogue canadien choque le monde entier. Source : scmp

RCI avec CBC News et la contribution de Radio-Canada

En complément

Trudeau dénonce une condamnation à mort « arbitraire » en Chine – Radio-Canada 

Regard sur la peine de mort en Chine et ailleurs – Radio-Canada 

Le ton monte entre Pékin et Ottawa après la condamnation d’un Canadien – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans : International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*