Matthew Whitaker, a réitéré le souhait du ministère américain de la Justice de faire extrader la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, vers les États-Unis. | Saul Loeb/AFP/Getty Images

C’est officiel! Meng Wanzhou ciblée par la justice américaine qui présente au Canada une demande d’extradition

Share

La justice américaine vient de déposer 13 accusations criminelles contre le géant chinois des télécommunications Huawei, dont sa directrice financière, Meng Wanzhou, qui a été arrêtée le mois dernier au Canada à la demande des États-Unis.

Le procureur général américain par intérim, Matthew Whitaker, a annoncé des accusations criminelles contre Meng et d’autres dirigeants de Huawei. (Charlie Neibergall/Associated Press)

Lundi soir, le ministère de la Justice du Canada a confirmé que ses fonctionnaires avaient reçu une demande officielle d’extradition des États-Unis ciblant Meng Wanzhou.

Le procureur général américain par intérim, Matthew Whitaker, précise que Huawei et sa filiale Skycom Tech, basée à Hong Kong, sont accusés de fraude bancaire et de fraude par virement électronique, ainsi que de violations de l’Internationale Emergency Economic Powers Act et de complot de blanchiment d’argent. Huawei USA et sa société mère sont également accusés de complot pour entrave à la justice.

Meng en particulier fait face à des accusations de fraude bancaire, de fraude électronique et de complot en vue de commettre à la fois une fraude bancaire et une fraude électronique.

Accusations d’activités d’espionnage

(Photo : MANDEL NGAN/AFP/Getty Images)

La justice américaine a également annoncé 10 autres accusations de fraude électronique, de vol commercial et d’entrave à la justice contre deux autres cadres de Huawei qui auraient tenté de voler des secrets commerciaux.

Les États-Unis allèguent que les deux dirigeants ont tenté de voler la technologie robotique du transporteur américain T-Mobile pour tester la durabilité des téléphones intelligents.

M. Whitaker a déclaré qu’il ne s’agissait pas d’« employés voyous » agissants seuls, mais que le vol de propriété intellectuelle était une « façon de faire des affaires » encouragée par Huawei elle-même.

La balle qui se trouve dans le camp du Canada

Des responsables canadiens ont arrêté Meng Wanzhou, vice-présidente et directrice financière du géant technologique chinois Huawei au moment où elle était en transit à l’aéroport de Vancouver il y a près de deux mois.

La demande officielle d’extradition de Meng Wanzhou devrait faire l’objet d’une audience. Un juge de la Colombie-Britannique déterminera s’il y a suffisamment de preuves pour qu’elle soit extradée.

À partir de là, le ministre canadien de la Justice devra prendre la décision, en se fondant sur la Loi sur l’extradition.

Whitaker et le directeur du FBI, Christopher Wray, ont tous deux remercié les autorités canadiennes pour leur aide à ce jour dans cette affaire qui a plongé le Canada dans une dispute importante avec la Chine.

Le Canada soutient que l’affaire n’est pas motivée politiquement, mais l’arrestation de Meng a déclenché une fureur diplomatique qui a entraîné l’arrestation de Canadiens en Chine.

Huawei et la Chine réagissent

« L’entreprise nie qu’elle-même ou sa filiale ou société affiliée ait commis l’une des violations alléguées de la loi américaine énoncée dans chacun des actes d’accusation, n’a connaissance d’aucun acte répréhensible de la part de Mme Meng et estime que les tribunaux américains parviendront finalement à la même conclusion, » affirme Huawei dans un communiqué.

Wen Ku, responsable de l’information et des communications au ministère chinois de l’Industrie et des Technologies de l’information, déclare que les actes d’accusation sont « injustes et immoraux ».

Le ministère chinois des Affaires étrangères, quant à lui, a exhorté les États-Unis à mettre fin à ce qu’il a qualifié de « répression déraisonnable » des entreprises chinoises, dont Huawei, et à annuler son mandat d’arrêt contre Meng.

Selon le ministère des Affaires étrangères chinois, Washington tente de politiser cette histoire et d’utiliser « son pouvoir pour discréditer et attaquer certaines entreprises chinoises, dans une tentative d’étrangler leurs opérations, qui sont légitimes et légales ». Le Canada et les États-Unis, poursuit-il, « abusent » de leur traité d’extradition.

L’annonce de ces accusations survient au moment même où la Maison-Blanche planifie la venue d’une équipe de conseillers économiques de haut niveau qui rencontrera une délégation chinoise plus tard cette semaine pour discuter du commerce entre les deux pays.

LISEZ LA SUITE : Dans son bras de fer avec le Canada, la Chine surjoue-t-elle sa main?

RCI avec CBC, La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Trudeau et Trump discutent de Huawei, de la détention en Chine de deux Canadiens et des tarifs – RCI 

Justin Trudeau finit par propulser vers la sortie son ambassadeur en Chine – RCI 

Le limogeage de John McCallum dénoncé en Chine – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Économie, International, Internet et technologies, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*