Le parrainage est un système que le Canada a créé pour permettre aux citoyens qui veulent faire un regroupement familiale soit, par mariage ou parrainer des parents ou des frères et soeurs ayant moins de 18 ans. Photo : IStock

Immigration et parrainages familiaux : le quota pour toute l’année de 27 000 demandes atteint en quelques minutes

Share

Il n’a fallu au tout nouveau système d’enregistrement des demandes de parrainage familial que 11 minutes pour recueillir 27 000 demandes en ligne de citoyens au Canada qui veulent faire venir au pays des membres de leur famille.

Cette année, pour la première fois, les dossiers étaient sélectionnés selon l’ordre d’arrivée des candidats, plutôt que par tirage au sort, comme c’était le cas dans le passé. Ce tout nouveau système en ligne du premier arrivé premier servi a donc atteint son quota pour toute l’année 2019 en quelques minutes. Cela a alimenté la colère et entraîné des accusations voulant que le nouveau système soit imparfait et injuste.

Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada qui avait ouvert, sur l’heure du midi, aux demandeurs son formulaire en ligne pour indiquer leur intérêt à parrainer un membre de leur famille dans le cadre du Programme des parents et grands-parents 2019 n’a pas eu d’autres choix que de fermer son accès au formulaire.

Un flot de plaintes de mécontentement a alors déferlé de la part de candidats frustrés. « Ce n’est pas un billet de concert que vous vendez, c’est pour unir les familles. Tout le processus est atroce », écrit Naimul Khan sur Twitter.

Le saviez-vous?
Immigration : le Canada accueillera 10 % plus d’immigrants d’ici 2021 et augmentera ainsi sa cible à 350 000 par année.
Le Canada annonçait il y a deux mois qu’il accueillerait 40 000 immigrants de plus en 2021 qu’en 2018 et que cette hausse devrait s’attaquer spécifiquement aux pénuries et aux lacunes de main-d’œuvre qualifiée sur le marché du travail.
Le nombre de 350 000 nouveaux immigrants correspondrait à un peu moins de 1 % de toute la population du pays.

Possibilités d’action en justice?

Aris Daghighian – Green and Spiegel LLP

Aris Daghighian, avocat spécialisé en droit de l’immigration à Toronto, a déclaré que son bureau est en train d’explorer ce qui semble être des problèmes de système qui ont empêché certains ordinateurs, adresses IP et demandeurs d’accéder au lien et au formulaire avant qu’il soit trop tard, même lorsque les demandeurs avaient tenté de charger le formulaire au moment prévu et avaient fréquemment mis à jour cette page.

Certains ordinateurs du personnel de son bureau ont pu accéder au formulaire et le soumettre, tandis que d’autres ne l’ont pas fait. « Ce sera toujours une course, mais il semble que certains n’ont tout simplement pas été en mesure de prendre le départ de la course », a-t-il dit.

M. Daghighian a dit que s’il y a des preuves que le processus était injuste sur le plan procédural, ses clients pourraient envisager une action en justice contre l’IRCC.

Mathieu Genest, porte-parole du ministre de l’Immigration Ahmed Hussen, a déclaré que l’analyse initiale du ministère indique qu’il n’y a eu aucun problème technique.

« Nous comprenons que ceux qui n’ont pas été en mesure de présenter une demande sont déçus. Nous pouvons confirmer que plus de 100 000 personnes ont tenté d’accéder au formulaire de demande de parrainage », dit-il.

Cayo Whyte, de Peterborough, en Ontario, a pris un jour de congé pour remplir le formulaire afin de parrainer sa mère de la Jamaïque. Il a réussi à se rendre sur le site web et à charger le formulaire. Mais le temps qu’il le remplisse, la fenêtre de demande était fermée.

Cayo Whyte est photographié avec sa mère Juliette Murray, qu’il veut parrainer pour vivre au Canada. (Cayo White)

Fini la loterie et retour aux quotas en 2019

Chaque année, le Canada reçoit plus de 300 000 personnes venues de l’étranger. Parmi elles, des immigrants qui se joignent à des membres de leur famille déjà installés au pays. En janvier 2017, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada avait mis en place un système de loterie pour les Canadiens voulant parrainer des membres de leur famille.

À l’époque, le gouvernement fédéral croyait que ce système serait plus juste, plus transparent et que l’accès à une demande serait plus rapide. Pas moins de 10 000 dossiers de parrainage pouvaient être traités annuellement, mais les familles n’avaient que 90 jours pour remplir leur demande. Un système qui, selon des experts et organismes traitant des questions sur l’immigration, favorisait les familles les mieux nanties.

Après avoir été vertement critiqué, le gouvernement de Justin Trudeau a décidé de faire marche arrière et de revenir au concept que la demande soit traitée en fonction de la date à laquelle elle a été faite.

Voyez comment fonctionne le nouveau système en ligne de réunification des familles d’Immigration Canada...

Les parrains potentiels doivent satisfaire à plusieurs exigences, notamment financières, afin d’être admissible à faire venir leurs parents ou leurs grands-parents au Canada. Photo : Radio-Canada

RCI avec CBC News et la contribution de Radio-Canada

En complément

Malgré un durcissement marqué, la majorité des Canadiens voit l’immigration d’un bon œil – RCI

Justin Trudeau prévient les électeurs de se méfier des propos alarmistes sur l’immigration pour le prochain scrutin – RCI

Immigration : le Canada délaisse sa loterie pour la réunification des familles – RCI

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, International, Internet et technologies
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*