L'usage du téléphone en classe, un frein à l'apprentissage, selon le ministère ontarien de l'Éducation. Crédit: Istock

Bannir les téléphones cellulaires des salles de classe : suivre ou non l’exemple ontarien?

Share

L’Ontario a pris la décision d’interdire l’utilisation des téléphones mobiles dans les salles de classe partout dans la province à la prochaine rentrée scolaire.

RCI avec La Presse canadienne, CBC, Radio-Canada et le Journal de Montréal

Inciter à plus de concentration en classe

La décision du ministère de l’Éducation de l’Ontario est motivée par une plus grande volonté de susciter l’intérêt des élèves pour les cours et l’apprentissage. Ces derniers ont montré une tendance générale à se laisser distraire par leur téléphone intelligent, ce qui compromet le renforcement de leurs capacités, notamment en écriture, en lecture et en mathématiques, déplore la ministre de l’Éducation Lisa Thompson.

Elle a fait part de la mesure en annonçant de nouvelles mises au point dans ce dossier bientôt.

« L’automne dernier, nous avons lancé la plus importante consultation sur l’éducation de l’histoire de l’Ontario. Au cours de cette consultation, nous avons appris que 97 % des répondants étaient en faveur d’une certaine forme d’interdiction des téléphones cellulaires », a relevé la ministre de l’Éducation de l’Ontario.

Les cellulaires ne seraient autorisés que s’ils sont absolument nécessaires, pour une utilisation dans les salles de classe à des fins éducatives, médicinales et de santé, a précisé Mme Thompson.

Des expériences auprès de plusieurs jeunes Canadiens révèlent que beaucoup d’élèves utilisent leurs téléphones en classe malgré l’interdiction. Crédit : iStock.

Bannir ou prescrire une utilisation responsable?

Plusieurs recherches corroborent l’idée selon laquelle l’usage du téléphone cellulaire dans les salles de classe par les élèves influence négativement leur apprentissage. Au Canada comme ailleurs dans le monde, les travaux des chercheurs ont abouti à cette même conclusion.

En 2015, des chercheurs de la London school of Economics and Political Science ont établi le lien entre les mauvaises notes des élèves et l’usage du téléphone mobile. Deux ans plus tard, une étude de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies en éducation de l’Université de Montréal, auprès de 4390 jeunes du secondaire, ont montré un certain côté « obscur  de l’omniprésence des téléphones intelligents dans les salles de classe ».
Cette étude souligne qu’en plus d’être distraits, les élèves commettent beaucoup de fautes de français dans les textos envoyés. D’un autre côté, l’interdiction ne semble pas avoir un caractère contraignant pour ceux qui continueraient à consulter discrètement leur téléphone en classe.
« Même si on dit, ah oui, je ne vais pas aller sur mon téléphone, tout de suite, quand tu vas recevoir une notification de quelqu’un qui te parle, tu vas être trop tenté. Tu vas finir sur ton téléphone à ne pas travailler », confie Juliet Downey, élève de 10e année, à l’école François-Buote de Charlottetown.Elle a ainsi admis que le cellulaire peut nuire à la concentration, à la suite de la décision d’une école de Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard, de resserrer ses règles entourant l’utilisation du cellulaire en classe.

Le Conseil scolaire du District de Toronto, qui a pris cette même décision de proscrire l’usage du cellulaire en salle de classe, est revenu quatre ans plus tard sur cette interdiction, après le constat de l’inefficacité de cette démarche.

Certains chercheurs privilégient la « conscientisation » des élèves et leur éducation à une utilisation plus responsable de cet outil de plus en plus attrayant dans un monde connecté.

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Internet et technologies, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*