Aaron Wudrick, directeur de la Fédération canadienne des contribuables, lors de la remise des prix Teddy de 2019 à Ottawa ce mercredi 13 mars 2019. (Adrian Wyld/Presse canadienne)

Fédération canadienne des contribuables : 21e édition du gala annuel des prix pour le gaspillage gouvernemental

Share

La très sérieuse Fédération canadienne des contribuables (FCC), organisme à but non lucratif, non partisan, de défense des citoyens, fait la promotion depuis des années d’une réduction substantielle des impôts et taxe de toutes sortes au pays, tout en exigeant une plus grande rigueur dans les cas de gaspillage de fonds publics.

Bon, on y trouve des allégeances résolument de droite : un compteur de la dette fédérale en constante croissance et la part chiffrée de chacun; des pétitions diverses où l’on vous invite à appuyer par exemple l’abolition de la taxe sur le carbone; de cesser de payer pour les dépenses d’ex-gouverneurs généraux ou encore de refuser la mise en place d’une taxe sur les boissons gazeuses sucrées.

Cela dit, malgré cet ordre du jour résolument libertarien, la Fédération canadienne des contribuables tire à boulets rouges sur les dépenses excessives et sur les abus de pouvoir qu’elle découvre au coeur des diverses administrations publiques, à l’échelle fédérale tout comme aux divers paliers provinciaux, et s’offre un gala annuel où l’on souligne avec faste et humour cinglant les « Teddies » de l’année précédente. Ces, disons, errances administratives.

(Facebook)

Pourquoi Teddy?

Teddy, comme diminutif d’Edward, pour Edward « Teddy » Weatherhill, un ancien fonctionnaire fédéral remercié de ses fonctions après des années d’abus de facturation de frais de réception.

Donc, les prix Teddy soulignent « le pire du pire du gaspillage »  gouvernemental.

Le grand gagnant : le premier ministre Justin Trudeau

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, à Amritsar en Inde. Photo prise lors de son voyage de février 2018 (Sean Kilpatrick/Canadian Press)

Pour son voyage abracadabrant en Inde avec sa famille, le prix de l’année est décerné au premier ministre canadien, Justin Trudeau. Sa virée aurait coûté la modique somme de 1,6 million de dollars pour huit journées, dont seulement une demie journée « officielle ».

C’est sans compter que dans la délégation accompagnant le premier ministre, on retrouvait un chef de renom de Vancouver qui devait préparer un menu d’inspiration indienne à être servi lors d’un dîner officiel au Haut Commissariat canadien en Inde.

Coût de cette portion du voyage : 17 000 $.

Un doublé en Colombie-Britannique 

Double victoire en Colombie-Britannique, l’une pour le greffier de la législature à Victoria, Craig James, l’autre pour le sergent d’armes Gary Lenz.

On leur reproche des voyages à Hong Kong et en Grande-Bretagne, voyages dont la nécessité est au mieux discutable.

De plus, la Fédération canadienne des contribuables leur reproche les dépenses suivantes : 3200 $ pour une fendeuse à bois et 10 000 $ pour une remorque.

Ces deux accessoires seraient utiles, alléguaient-ils, advenant un tremblement de terre. Il faudrait alors couper des poutres détachées du plafond et qui se seraient abattues sur les fauteuils – occupés ou non – de l’assemblée.

Une montre de 700 $ achetée à l’aéroport de Hong Kong et remboursée à M. James. À souligner qu’il la portait à son poignet lors d’une conférence de presse où il clamait son innocence.

Il y a aussi un millier de dollars en excursion d’observation de baleines, excursion écrite comme « exercice de sensibilisation aux tsunamis » et quelques milliers de dollars en billets de matchs d’une équipe américaine de baseball, « exercice d’évacuation de masse », évidemment.

En voici une savoureuse

(Facebook)

On a remis un prix Teddy au Conseil des parcs et des services récréatifs du Grand Vancouver (Vancouver Board of Parks and Recreation).

L’organisme municipal invitait les citoyens à « envoyer des courriels » à 25 arbres identifiés dans deux parcs de la ville.

D’août à décembre, cinq personnes ont répondu à ces messages au nom des arbres. Coût de l’opération 50 000 $.

Prix exceptionnel pour l’oeuvre d’une vie  

L’ex-gouverneure générale Adrienne Clarkson, ici lors des funérailles de l’ex-ministre Jim Flaherty en 2014, affirme qu’elle n’a jamais cessé de servir le pays depuis sa retraite. (Photo : La Presse canadienne/Nathan Denette)

L’ancienne gouverneure générale Adrienne Clarkson reçoit cette reconnaissance parce qu’elle a été nommée pour un Teddy en 2004 pour ses voyages à coûts très élevés lorsqu’elle était en poste.

Rappelons qu’un gouverneur général peut continuer à réclamer des frais, même après la fin d’un mandat pour assurer la transition, répondre à des courriels et des demandes d’allocutions publiques, des frais de voyages, etc.

Cela dit, avec des réclamations totales d’un peu plus de 1 million de dollars depuis 2005, année de la fin de son mandat, la FCC trouve que la pilule passe mal.

D’autres gagnants :

Services partagés Canada : fumigation d’un bureau en deux occasions après avoir renvoyé les employés à la maison. La raison : présence d’une araignée inoffensive. Coût : 18 000 $.

Affaires mondiales Canada : des verres de cristal pour quelque 127 000 $ et 86 coussins à 25 000 $.

Gouvernement de l’Ontario : une subvention de plus de 34 millions de dollars à l’entreprise Aliments Maple Leaf en aide à la construction d’une nouvelle usine de transformation du poulet. Pendant ce temps, on annonçait la fermeture de deux usines de cette bannière et la perte potentielle de 300 emplois.

L’entreprise ontarienne Maple Leaf construira une méga usine de transformation de la volaille à London qui deviendra une des installations les plus modernes de l’industrie. (Photo: CBC/ Colin Butler)

Jacques Chagnon, ex-président de l’Assemblée nationale du Québec :  homard, voyages, réunions bien arrosées à 1000 $.

Jacques Chagnon, photo prise alors qu’il était président de l’Assemblée nationale du Québec. (Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot)

Ville de Vulcan en Alberta : avec un nom pareil, il n’y a qu’un pas à faire pour se retrouver dans le monde imaginaire et futuriste de Star Trek. Mais, de là à dépenser 4000 $ pour des uniformes des membres d’équipage du vaisseau spatial Entreprise pour les conseillers municipaux…

(Facebook)

 Enfin, triste histoire

 La municipalité rurale de Clayton en Saskatchewan pour les 340 000 $ investis dans la construction d’un pont qui s’est effondré le jour de son ouverture.

Fédération canadienne des contribuables, Facebook, RCI

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*