La Direction de la protection de la jeunesse de Montréal (DPJ) tire la sonnette d'alarme à la suite de la chute draconienne du nombre de familles d'accueil pour les 0-5 ans au cours des dernières années. (Photo: iStock)

Familles d’accueil : des besoins criants pour les 0-5 ans sur l’île de Montréal

Share

Choisir de devenir famille d’accueil, c’est une décision qui ne se prend pas à la légère.

Cela dit, la grande majorité de ceux et celles qui ont plongé parle d’une expérience de profonde humanité. 

C’est une affaire de don : don de temps, d’espoir, d’attention, de tendresse, d’amour, de stabilité, de paix d’esprit et de l’âme… La liste pourrait s’étirer longtemps.

Famille d’accueil comme dans famille tout court

Comme tous les enfants, ceux-ci ont les mêmes besoins, les mêmes aspirations.

Pour la famille d’accueil, il devient un membre à part entière de la famille. Il lui faut être prête à accepter de collaborer avec ses parents naturels et, ultimement, de le voir retourner vers eux. 

(iStock)

Pénurie annoncée de familles d’accueil

Déjà en 2013, la Direction de la protection de la jeunesse de Montréal (DPJ) rendait public son besoin criant de familles d’accueil. La DPJ soulignait alors qu’elle avait perdu les services de 120 familles d’accueil entre 2008 et 2013.

Nous sommes en 2019 et le portrait de la situation est toujours aussi sombre, surtout en ce qui a trait aux enfants de 0 à 5 ans.

Aujourd’hui, des plus de 900 familles – dans le langage de la DPJ, on dit « ressources » – répertoriées en 2011, il n’en reste que 300!

Pourquoi cette baisse?

« Parmi ces couples qui ont cessé d’être familles d’accueil, il y a des couples qui ont vécu des maladies, le décès d’un des membres du couple, des retraites, des séparations. Donc, à travers le temps, il y a vraiment eu une baisse significative de familles d’accueil. »

Nathalie Bibeau, directrice adjointe des programmes jeunesse du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, en entrevue à La Presse canadienne

Quels sont les besoins immédiats?

(iStock)

Toujours pour les 0-5 ans, les besoins criants et immédiats sont évalués à 20 familles.

Faible objectif?

De fait, une vingtaine de familles quand on souligne le départ de 600 ressources semble n’être qu’une solution ponctuelle. Cela dit, pour la DPJ, ce n’est pas le cas et c’est même ambitieux.

« Par année, on réussit de façon globale à recruter 10, 12 nouvelles familles. Mais nous, on en aurait vraiment besoin d’une vingtaine que pour recevoir des enfants 0-5 ans. Pour des plus grands, qui vont déjà  à l’école, c’est déjà moins demandant ».

Nathalie Bibeau, directrice adjointe des programmes jeunesse du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

Rappel, c’est un véritable engagement

Un enfant placé en foyer d’accueil arrive avec son bagage d’expériences, de traumatismes, de mauvais traitements et de violence. Ils ont donc des besoins autres, parfois des suivis médicaux plus fréquents et du temps pour recréer des liens.

Devenir famille d’accueil ne se mesure pas à l’aune de l’état civil – marié ou union de fait – ni même de la religion, pratiquée ou non, ou même de l’orientation sexuelle.

« On cherche des gens qui ont de l’ouverture, de la souplesse, de la patience, de la constance. Ça prend des gens solides. Il faut une bonne capacité d’adaptation aux différentes situations. Il faut être prêt à collaborer avec des intervenants, parce que ces enfants-là sont aussi suivis par des personnes autorisées par la directrice de la protection de la jeunesse. »

Nathalie Bibeau, directrice adjointe des programmes jeunesse du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

Rien que pour Montréal, il y a quelque 1100 enfants de 0 à 18 ans en famille d’accueil.

Sachez aussi que le processus de sélection pour devenir famille d’accueil est très rigoureux.

PC, DPJ, FFARIQ, YouTube, Facebook

Plus :

Devenir famille d’accueil plus facile à dire qu’à faire (Radio-Canada)

Devenir famille d’accueil (Dossier familial)

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*