Surnommé "Stowaway ", ce chat tabby de six ans, a fait tout le trajet de la Chine à Prince George, en Colombie-Britannique, dans un conteneur de 40 pieds. Photo : CP

Voici la chatte qui a effectué un voyage maritime clandestin Chine-Canada de 8370 km en trois semaines

Share

Une chatte tigrée au pelage orange est peut-être détentrice du record du voyage clandestin le plus long à bord d’un navire-cargo. Elle a été retrouvée vivante cette semaine dans un conteneur après un voyage transocéanique entre la Chine et la Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux de la Colombie-Britannique (SPCA) affirme que la jeune chatte très amaigrie de six ans a été retrouvée dans un conteneur maritime qui a été chargé il y a près d’un mois à Shenzhen.

Le conteneur est arrivé par navire au port de Vancouver, puis a été expédié à Prince George au nord de Vancouver.

Les agents responsables du contrôle des animaux ont déclaré qu’elle ne pesait que 1,5 kg (un peu plus de trois livres) lorsqu’elle a été découverte. Un chat en bonne santé de cet âge doit normalement peser deux fois plus, soit autour de 3 kg.

La chatte, surnommée « Stowaway » (clandestine) a été retrouvée parmi du carton déchiqueté et des granules de mousse par le personnel d’une entreprise de distribution de verre pour automobiles, à Prince George, lors du retrait des palettes.

Il n’y avait autour d’elle ni nourriture ni eau, mais tout porte à croire qu’elle a survécu en léchant la condensation qui s’était formée sur les parois du conteneur.

Graphique CBC

Des soins intensifs

La SPCA de North Cariboo

La chatte, qui a probablement utilisé plusieurs de ses neuf vies lors de ce voyage entre la Chine et le Canada, a été placée en quarantaine. Elle reçoit des soins dont la SPCA estime les coûts à près de 2800 $.

Alex Schare, de la SPCA du district de North Cariboo, dit qu’il a tout de suite su que cette chatte avait une histoire incroyable et qu’elle aurait besoin de soins intensifs après des semaines de famine.

Stowaway boit des liquides et reçoit de petites quantités de nourriture pour s’assurer que son corps s’ajuste correctement au retour d’une alimentation.

Elle est placée en quarantaine stricte afin de s’assurer qu’aucune maladie n’est transmise aux humains ou aux animaux au Canada.

« Elle a également subi des analyses sanguines et recevra un vaccin antirabique et des soins dentaires lorsqu’elle sera assez forte », indique un communiqué de la SPCA.

La quarantaine ne prendra fin que dans deux semaines après l’injection du vaccin contre la rage, de sorte que le chat sera pris en charge pendant un certain temps. La SPCA de North Cariboo lance un appel aux dons pour l’aider à payer les coûts.

LISEZ AUSSI : Un parasite chez nos chats torpille la santé des bélugas dans le fleuve Saint-Laurent

Photo : Meighan Makarchuk et Istock

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de CBC News

En complément

Trop de chats au Canada ? La stérilisation massive est suggérée – RCI 

« Une journée unique, dédiée exclusivement aux chats! » – Mondou – RCI 

Le chien ou le chat : qui remporte le concours de l’intelligence et de la popularité chez nous? – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : International, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*