Photo : Meighan Makarchuk et Istock

Un parasite chez nos chats torpille la santé des bélugas dans le fleuve Saint-Laurent

Share

Une recherche canadienne publiée dans le magazine scientifique Diseases of Aquatic Organisms soutient que les bélugas du fleuve Saint-Laurent, qui font déjà face à de nombreuses menaces pour leur survie, doivent en plus affronter un parasite que l’on retrouve uniquement chez les chats.

Toxoplasma gondii – Wikipédia

Selon cette recherche, l’augmentation de la population féline au Canada accentue les risques de transmission du parasite Toxoplasma gondii aux bélugas.

Stéphane Lair, professeur à la faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, et l’un des auteurs de l’étude, indique que sur 34 carcasses de bélugas examinées de 2009 à 2012, 44 % contenaient le fameux parasite à l’origine de la toxoplasmose.

Les animaux marins sont depuis longtemps en contact avec le Toxoplasma gondii, mais la croissance de la population de chats domestiques semble avoir une incidence sur sa transmission aux bélugas en voie de disparition, selon M. Lair.

On ne dénombrait plus en 2016 que 880 bélugas dans le fleuve Saint-Laurent
– Les bélugas dans l’estuaire du fleuve Saint-Laurent sont dorénavant classés « en voie de disparition » en vertu de la Loi sur les espèces en péril du gouvernement canadien.
– Le sort des bélugas au Canada se joue en ce moment dans l’estuaire du fleuve Saint-Laurent, mais aussi au cœur de la grande mer intérieure du pays qu’est la baie d’Hudson, où le béluga vit en nombre près de 70 fois supérieur.

Avec sa peau d’un blanc très pur, et son front proéminent et bombé, le béluga est facilement reconnaissable. Béluga signifie en russe « celui qui est blanc ». Cependant, seuls les adultes bélugas sont blancs. Les nouveau-nés sont bruns ou gris foncé et pâlissent pour devenir totalement blancs entre six et huit ans. Source : Gouvernement du Canada. Crédit photo : Shutterstock

Une maladie contagieuse aussi pour l’homme

La toxoplasmose est une maladie de plus en plus répandue qui touche un grand nombre de mammifères marins. Et les seuls hôtes définitifs du parasite sont les félins sauvages ou domestiques.

Les chercheurs ne croient pas que le parasite soit fatal pour les baleines, mais il pourrait tout de même les affaiblir. « La présence d’un pourcentage élevé d’animaux avec ce parasite peut nous laisser croire que le parasite a un impact sur la survie des bélugas, explique M. Lair. Ça ne veut pas nécessairement dire que les animaux sont morts de cette infection, mais ça veut dire qu’il y avait présence du parasite, au niveau soit de leur coeur ou de leur cerveau. »

La toxoplasmose est aussi transmise à l’homme par les chats, ou par l’ingestion de viande mal cuite. C’est une maladie bénigne pour la plupart des êtres humains, mais elle peut parfois causer certains symptômes semblables à ceux de la grippe. Chez les humains, l’infection peut entraîner la cécité et des fausses couches et peut tuer des personnes dont le système immunitaire est affaibli, comme les personnes atteintes du sida.

Comment protéger les bélugas

Stéphane Lair – UdM

Selon le professeur Stéphane Lair, les propriétaires de chats pourraient réduire la présence du parasite chez les mammifères marins en s’assurant de ne plus jeter les excréments de leur animal dans les égouts.

Il serait aussi préférable selon lui de garder son chat à l’intérieur, puisque le félin entre en contact avec le parasite en mangeant des rongeurs qu’il chasse à l’extérieur.

Rappelons que les chats domestiques au Canada ayant accès à l’extérieur ont une durée de vie plus courte en général, soit près de 10 ans.

Les chats d’intérieur atteignent pour leur part une durée de vie en moyenne de 15 ans.

Bélugas : découvrez comment les bruits dans l’estuaire du Saint-Laurent nuisent à leur survie...

Un jeune béluga et sa mère, le 12 août 2008. (Crédit photo : THE CANADIAN PRESS/Darryl Dyck)

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

« Béguin » pour les bélugas du Canada – RCI 

Sale temps pour les bébés bélugas du fleuve Saint-Laurent – RCI 

Ce jeune a tué un béluga : la belle prise de l’Inuit de 16 ans enflamme la toile – RCI 

Share
Catégories : Environnement, Internet et technologies, Santé
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*