Des migrants Haïtiens à la frontière du Canada près du poste frontière Champlain, le 7 août 2017. Photo AFP

Des défenseurs de réfugiés « choqués et consternés » par ce que le Canada veut imposer aux demandeurs d’asile

Share

À la lecture attentive de dispositions budgétaires du gouvernement libéral de Justin Trudeau, des avocats et des Canadiens qui travaillent directement auprès des réfugiés se disent consternés par les changements proposés aux lois sur l’asile, les qualifiant d’attaques dévastatrices pour les droits des réfugiés au pays.

Ottawa offrira certes, d’une main, 114 millions de dollars de nouveaux fonds aux provinces et aux villes pour le logement des demandeurs d’asile, mais la nouvelle stratégie frontalière serait beaucoup plus sévère à l’égard des demandeurs d’asile en situation irrégulière.

Le gouvernement Trudeau propose ainsi d’empêcher les demandeurs d’asile de demander l’asile au Canada s’ils ont déjà présenté au moins une demande semblable dans certains autres pays, dont les États-Unis.

Cette nouvelle restriction de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés qui ajoute donc un nouveau motif de non-admissibilité à l’asile se trouve intégrée au projet de loi budgétaire omnibus de 392 pages déposé, lundi soir, aux Communes.

Éviter le « magasinage » de pays d’asile

Bill Blair Photo : CBC

Le ministre canadien de la Sécurité des frontières, Bill Blair, affirme que cette mesure vise à prévenir le « magasinage d’asile ».

« Je peux vous dire que nous avons travaillé très dur au cours des derniers mois pour réduire considérablement le nombre de personnes qui traversent nos frontières de façon irrégulière », a déclaré M. Blair aux journalistes mardi.

« Il y a une bonne façon de venir au pays pour demander l’asile et/ou immigrer dans notre pays, et nous essayons d’encourager les gens à utiliser les voies appropriées et de décourager les gens de le faire de façon irrégulière », a-t-il ajouté.

La nouvelle restriction proposée est fondée sur la croyance que le système de détermination du statut de réfugié au Canada est suffisamment semblable à celui des États-Unis si bien qu’une personne qui est rejetée là-bas est fortement susceptible de l’être ici aussi.

LISEZ AUSSI : Le programme de parrainage privé de réfugiés du Canada fête ses 40 ans

Archives

Les réfugiés face à l’incertitude

En vertu des nouvelles dispositions proposées lundi, les demandeurs d’asile jugés inadmissibles à présenter une demande au Canada ne seront pas nécessairement expulsés vers leur pays d’origine. Ils feront toujours l’objet d’un examen des risques pour leur personne afin de déterminer s’il est sécuritaire ou non de les renvoyer.

Des avocats spécialisés en droit des réfugiés affirment que cela les priverait de leur droit légal de faire entendre leur revendication de réfugié par un tribunal indépendant ou une cour, ce qui pourrait alors faire l’objet d’une contestation fondée sur la Charte canadienne des droits et libertés.

Maureen Silcoff

« Pour ce qui est de l’effet sur les réfugiés, l’effet est vraiment incommensurable, car nous donnons maintenant aux revendicateurs du statut de réfugié un processus dégradé à suivre », a dit Maureen Silcoff, présidente du comité des litiges de l’Association canadienne des avocats pour les réfugiés.

« Il est certain que de graves questions liées à la Charte pourraient être soulevées », a affirmé Janet Dench, directrice générale du Conseil canadien pour les réfugiés.

Mme Dench a mentionné qu’elle et ses membres, qui comprennent plus de 100 organisations canadiennes travaillant directement avec les réfugiés et les immigrants, étaient « en état de choc et de consternation et très déçu » par les changements proposés.

Des réfugiés syriens arrivent à Toronto en 2017. Photo : CP

Des voix s’élèvent

L’Association canadienne des avocats réfugiés croit que les droits de la personne n’ont pas leur place dans un projet de loi budgétaire et que c’est antidémocratique.

La porte-parole du NPD en matière d’immigration, Jenny Kwan, s’est fait l’écho de ces préoccupations et a qualifié les changements proposés d’irraisonnables.

Le Parti conservateur, qui a souvent exigé que le gouvernement libéral empêche les étrangers d’entrer au pays pour présenter une demande d’asile, déclare que les changements indiquent que M. Trudeau a « de fait admis qu’il n’a pas réussi à gérer notre frontière ».

LISEZ AUSSI : des excuses du Canada pour avoir repoussé des réfugiés juifs en 1939

Des passagers juifs sur le MS Saint-Louis en 1939. Ces Juifs allemands tentaient de fuir l’Holocauste. Le Canada les a refoulés. Photo : La Presse canadienne

RCI avec les informations de Teresa Wright de CBC NEWS

En complément

Compatir avec les réfugiés sans compromettre la sécurité des Canadiens – RCI 

Rétention des réfugiés à la frontière : l’approche plus humaine d’Ottawa – RCI 

Les enfants migrants et réfugiés dans le monde pourraient remplir un demi-million de salles de classe – RCI 

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, International, Politique
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Des défenseurs de réfugiés « choqués et consternés » par ce que le Canada veut imposer aux demandeurs d’asile»
  1. Avatar Pierre D Tremblay dit :

    Je suis d’accord avec le gouvernement. Vous voulez venir au Canada. Passer par les voix légal. L’association des avocats ont peur de prendre de l’argent. C’est tous des mandats de l’aide juridique. Je vous laisse deviner qui paie…