Il existe plus de 850 espèces d'abeilles au Canada, dont 42 sont des bourdons. Photo : iStock

Des chercheurs canadiens alarmés par les « impacts en cascade » de la disparition imminente des bourdons

Share

Les bourdons seraient en voie de disparition imminente au Canada selon des chercheurs. Ils rapportent que leur zone d’occupation a diminué d’environ 70 %. Pire encore, leur abondance dans les zones qu’ils occupent a diminué pour sa part de 89 % en 100 ans.

Un bourdon en plein vol Photo : iStock

À la lumière de diverses données, l’équipe de chercheurs de l’Université York en Ontario, qui comprend un scientifique de l’Université voisine du Vermont aux États-Unis, affirme que les bourdons seraient en voie de disparition imminente au Canada.

Cette classification de disparition imminente est considérée comme étant la plus élevée avant que ne se produise une extinction définitive.

L’étude classe le risque d’extinction du bourdon américain à un niveau en fait plus élevé que la dernière évaluation d’un comité consultatif fédéral, selon laquelle l’espèce faisait l’objet d’une préoccupation spéciale en matière d’extinction, plutôt que d’un risque imminent.

La disparition imminente des bourdons au Canada pourrait avoir des effets néfastes sur plusieurs écosystèmes, prévient l’équipe de chercheurs. Les bourdons sont des pollinisateurs importants pour la culture, notamment les pommes, les tomates, les bleuets et les légumineuses, ainsi que les arbres, les arbustes et les fleurs sauvages.

Des impacts énormes sur l’agriculture canadienne et québécoise…

Un bourdon butine. Photo: Associated Press / Robert F. Bukaty

Aucune protection et aucun plan de sauvetage

Selon Sheila Colla, professeure adjointe et spécialiste des abeilles et des espèces menacées à la Faculté des études environnementales de l’Université York, « cette espèce est menacée d’extinction et elle n’est actuellement protégée d’aucune façon malgré son déclin draconien ».

Elle étudie les bourdons dans le sud de l’Ontario depuis le milieu des années 2000.

« Il s’agit d’un déclin vraiment dramatique que nous avons remarqué. Nous avons examiné les données historiques sur une période de 100 ans et les avons comparées à celles des 10 dernières années. Et nous avons constaté une diminution de près de 89 % de l’abondance par rapport aux autres abeilles… C’est vraiment préoccupant » précise son collègue, le professeur Laurence Packer.

Le professeur Laurence Packer de l’Université York étudie les boudons. Photo : CBC/John Grierson

Les causes de ce déclin dramatique seraient multiples

Parmi les raisons de la mort des bourdons, les scientifiques citent des causes aussi variées que le réchauffement climatique, la perte d’habitats naturels due au développement de l’agriculture et des maladies transmises par des bourdons élevés dans les serres commerciales. Mais le plus grand coupable serait l’utilisation de certains pesticides appelés néonicotinoïdes.

Un nouveau rapport du ministère de l’Environnement du Québec révélait il y a quelques semaines une « augmentation significative » de la présence de pesticides, comme le glyphosate et les néonicotinoïdes, dans les rivières de la province.

« Nous avons aussi des problèmes avec les maladies des espèces non indigènes qui transmettent des maladies ou qui concurrencent les bourdons. Nous sommes préoccupés par les changements climatiques… Toutes ces choses pourraient avoir un impact sur les abeilles », explique le professeur Packer.

Les conclusions des chercheurs de l’Université York sont détaillées dans une nouvelle étude publiée dans le Journal of Insect Conservation, le 17 avril dernier.

Il existe plus de 850 espèces d’abeilles au Canada, dont 42 sont des bourdons. (John Grierson/CBC)

RCI avec les informations de Desmond Brown de CBC News,  La Presse canadienne et la contribution de Thomas Gerbet, Charles Lévesque, Claude Bernatchez et Alain Gravel de Radio-Canada

En complément

Les bourdons seraient en voie de disparition imminente au Canada – Radio-Canada 

Adopter une ruche pour sauver les abeilles – Radio-Canada 

Comment l’agriculture industrielle menace les abeilles – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Économie, Environnement, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*