Un ours solitaire sur la banquise

Un ours solitaire sur la banquise

Conseil de l’Arctique – La Chine et l’Inde obtiennent le statut d’observateur

Share

Les états circumpolaires se sont entendus ce mercredi pour accorder à des nations éloignées du Pôle Nord le statut d’observateur lors des réunions de leur conseil diplomatique, ce qui relance les intérêts stratégiques de superpuissances en devenir telles la Chine, l’Inde et la Corée du Sud dans les recherches de ressources naturelles, minière et gazières dans l’Arctique. L’Union européenne a également reçu le statut d’observateur à ces réunions mais ce statut est tributaire des réponses que l’UE donnera à plusieurs questions préalables notamment sur son interdiction complète de l’exportation des produits du phoque du Canada. Cette décision surprend bien qu’elle ne soit pas totalement surprenante. Le Conseil de l’Arctique a toujours été reconnu pour ses positions de défense des droits des peuples indigènes du Pôle et s’est toujours élevé comme étant un protecteur des écosystèmes polaires fragiles.

L'océan arctique
L’océan arctique

La fonde accélérée des glaces polaires inquiète les environnementalistes mais cette situation provoque un regain d’intérêt marqué pour l’utilisation des routes maritimes boréales aujourd’hui de plus en plus libres de glace. Pour une première fois dans l’histoire industrielle de la planète, le réchauffement climatique rend exploitables les énormes ressources arctiques de pétrole, de gaz naturel, de minéraux et de métaux précieux. C’est ici qu’entrent en jeu des nations avides de sources d’énergie, des nations telles la Chine et l’Inde.

Selon certaines évaluations d’experts, l’Arctique contiendrait pr;ès de 13% des réserves de pétrole non encore découverte sur Terre et 30% des dépôts gaziers.

Les ministres présents au Conseil de l’Arctique suggèrent que l’inclusion les nations avides de nouvelles sources d’énergie à titre d’observateurs au Conseil de l’Arctique le confrontera à mettre en place un panel diplomatique puissant dont la raison d’existence essentielle sera d’assurer en tous points la protection de l’ensemble de la région. « Rien n’est gratuit » affirme le ministre des Affaires étrangère de Norvège, Espen Barth Eide. « En obtenant le statut d’observateur, ces nations doivent signer des documents officiels dans lesquels elles s’engagent à respecter les principes fondamentaux de l’organisation. Voilà pourquoi nous avons travaillé si fort pour en arriver là. »

En tout, six nations se sont vues octroyées le statut d’observateur au Conseil de l’Arctique : La Chine, l’Inde, l’Italie, le Japon, la Corée et Singapour. Ces états rejoignent ainsi plusieurs autres pays non polaires jouissant d’un tel statut. Les huit nations formant le panel permanent du Conseil de l’Arctique sont le Canada, les États-Unis (Alaska), la Russie, la Norvège, la Suède, la Finlande et le Danemark (Groenland, bien que ce soit une région semi-autonome et les îles Féroé) et l’Islande.

Carl Bildt, ministre des Affaires étrangères de Suède et Leona Aglukkaq, ministre de la Santé du Canada lors de la passation des pouvoirs à la présidence du Conseil de l'Arctique à Kiruna en Suède ce mercredi
Carl Bildt, ministre des Affaires étrangères de Suède et Leona Aglukkaq, ministre de la Santé du Canada lors de la passation des pouvoirs à la présidence du Conseil de l’Arctique à Kiruna en Suède ce mercredi © Charles Dharapak

La ministre représentante du Canada au Conseil de l’Arctique, Leona Aglukkag a officiellement manifesté un « inconfort courtois » suite à l’approbation des demandes de statut d’observateurs à ces nouveaux pays. « Le Conseil de l’Arctique a été créé par des gens du Nord pour des gens du Nord avant même qu’il y ait un intérêt manifeste pour l’Arctique ailleurs sur Terre » a-t-elle déclaré. Le Canada présidera le Conseil de l’Arctique pour les deux prochaines années.

Share
Catégories : Autochtones, Économie, Environnement, International, Politique
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*