La mine Giant à Yellowknife dans les Territoires du Nord-Ouest

La mine Giant à Yellowknife dans les Territoires du Nord-Ouest

Mine Giant à Yellowknife – La décontamination pourra commencer

Share

Les grands projets de nettoyage de ce qui pourrait être le pire site contaminé aux substances toxiques au Canada peuvent enfin être mis en branle en tenant compte des suggestions des résidents demeurant dans le secteur proche de la mine Giant de Yellowknife (Yellowknife’s Giant Mine) dans les Territoires du Nord-Ouest.

L’été dernier, un organisme de surveillance environnementale nordique a fait savoir au gouvernement fédéral canadien qu’il n’approuvait pas complètement le plan de décontamination proposé de cette mine qui, rappelons-le, renferme des millions de tonnes de déchets contaminés à l’arsenic sur les rives du Grand lac des Esclaves (Great Slave Lake).

Le Mackenzie Valley Review Board (trad.: Conseil de révision de la vallée du Mackenzie) souligne que l’option de « surgeler » sur place l’arsenic en sous-sol serait la meilleure solution.

Par contre, le Conseil prend fait et cause pour les Premières Nations, pour les politiciens territoriaux et pour la ville de Yellowknife dans leurs réserves émises quant au projet de décontamination proposé par le gouvernement fédéral.  

On propose la création d’un organisme de contrôle ayant pour mandat de superviser l’ensemble des opérations, difficiles et dangereuses, de décontamination du site. De plus, on demande que du financement soit dégagé afin de poursuivre  les recherches pour arriver à trouver une méthode permanente pour faire face à ce terrible legs de cette ancienne mine d’or tout comme aux effets environnementaux et de santé reliés au processus de nettoyage du site.  

De plus, le Conseil de révision de la vallée du Mackenzie est en désaccord avec le gouvernement fédéral canadien quant à l’option de laisser sur place et à jamais l’arsenic gelé dans le sol. L’éternité, dit-on, c’est long.

Dans son rapport déposé en juin dernier, on pouvait lire que le public de la région n’a aucune confiance envers le gouvernement et dans son intention affirmée de gérer le site adéquatement.

Le Conseil recommande que l’arsenic ne puisse rester dans le sol au-delà d’une période de 100 ans et que le plan de contrôle environnemental du site de la mine Giant soit révisé en profondeur tous les 20 ans.

Toutes ces recommandations ont fait l’objet de consultations poussées auprès de bureaucrates du gouvernement canadien.

Le rapport les contenant doit maintenant être étudié par le ministre des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien, Bernard Valcourt.

Les consultations publiques sur la décontamination du site de la mine Giant se sont amorcées en 2008. Il s’agit de congeler sur place 237 000 tonnes d’arsenic hautement toxique et également soluble en sous-sol en utilisant 65 kilomètres de tuyaux réfrigérants qui parcourraient un réseau de chambres de stockage souterraines.

Il y a aussi plus de 13 millions de tonnes de résidus contaminés à l’arsenic en surface. On retrouve aussi sur le site de 95 hectares plusieurs structures également contaminées à l’arsenic, à l’amiante et aux dioxines.

D’ailleurs, certaines de ces structures sont en si mauvais état que le gouvernement a été forcé d’accorder des permis de démolition d’urgence.

La plus récente évaluation des coûts de ce projet font état d’une facture globale de 903 millions de dollars, pour le moment, facture à être refilée aux contribuables canadiens.

Share
Catégories : Autochtones, Économie, Environnement, Santé, Société
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*

Un commentaire pour «Mine Giant à Yellowknife – La décontamination pourra commencer»
  1. Avatar Régent Lavoie dit :

    La compagnie Nichromet vient de découvrir un excellent procédé de vitrefication de l’arsenic et aussi un procédé d’extraction de l’or sans cyanure.
    http://www.nichromet.com/fr/technology/
    Régent Lavoie
    regent.lavoie@videotron.ca