Matrice de code binaire. Big Brother annoncé pour 1984 a mis 30 ans à surmonter quelques barrières technologiques, mais il est maintenant bien installé dans tous les lieux de travail, auto, et chambres à coucher des Canadiens.

Matrice de code binaire. Big Brother annoncé pour 1984 a mis 30 ans à surmonter quelques barrières technologiques, mais il est maintenant bien installé dans tous les lieux de travail, auto, et chambres à coucher des Canadiens.
Photo Credit: iStockphoto

2014 : l’année du Big Data au Canada au service de Big Brother

Share

Plus rien n’est privé. Il n’y a plus rien de sacré.

Plusieurs incidents rendus publics ces dernières semaines confirment la perte au Canada de nos vies privées

Notre mise à nue collective sans pudeur et sans excuse se poursuit au pays grâce au Big Data qui agit très souvent comme le puissant bras droit du fameux Big Brother.

Il y a longtemps que la véritable question pour les Canadiens n’est plus : comment puis-je faire faire un croque en jambes aux nouvelles technologies de communication qui menace ma vie privée.

En vérité, la vie privée des Canadiens cède son espace vital aux forces de l’espionnage commercial et celui des nations.

ÉCOUTEZ NOTRE REPORTAGE

Écoutez

Les bons et les méchants sont passés de la menace au mode exécution 

Un document qui devait rester ultra-secret et obtenu par le réseau anglais de Radio-Canada (CBC) révélait en janvier dernier qu’une agence de surveillance électronique canadienne a utilisé illégalement le système WiFi d’un grand aéroport canadien afin de lire les informations se trouvant dans les appareils mobiles des voyageurs.

De nombreux Canadiens ont ainsi traversé le terminal de cet aéroport, dont on ignore pour le moment l’identité exacte, alors que les signaux de leurs téléphones intelligents, de leurs portables et de leurs tablettes étaient scrutés à leur insu.

Reportage de Radio-Canada du 30 janvier 2014

Images sexuelles et privées capturée sur Yahoo

Plus récemment, on apprenait que 1,8 million d’utilisateurs du chat Yahoo ont été espionnés à travers le monde par une initiative gouvernementale américaine grâce à leur propre caméra d’ordinateur.

Et, parmi les images interceptées figurent « une quantité substantielle de communications sexuelles », indiquent les documents.

Aide-mémoire

L’affaire Yahoo… 

  • L’organisme de surveillance britannique des télécommunications britanniques, le GCHQ, avec l’aide de l’Agence de sécurité nationale des États-Unis, a intercepté les images de webcam de millions d’utilisateurs d’Internet selon des documents secrets obtenus par Edward Snowden.
  • En six mois seulement, c’est un 1,8 million d’utilisateurs du chat Yahoo qui ont été espionnés à travers le monde.
  • Le programme de surveillance baptisée « Optic Nerve » a débuté en 2008 et était toujours actif en 2012, selon une note interne du CGHQ.
  • Le programme servait à tester la reconnaissance faciale et à identifier de nouvelles cibles d’intérêt.
  • Une image était enregistrée toutes les cinq minutes. Une façon notamment de simplifier le stockage des données.

Liens externes

Agence du revenu: près de 3000 atteintes à la vie privée en 10 mois – LeDroit

Les jeunes Canadiens et la vie privée en ligne – Infobourg

Le Commissariat canadien à la vie privée – Gouvernement du Canada

Le Canada aide les USA à espionner grâce aux connections wi-fi – Nouvelliste

Ces lanceurs d'alerte, traîtres ou héros?
Share
Catégories : Économie, International, Internet et technologies, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*