La chef péquiste Pauline Marois, près du pont Jacques-Cartier, mercredi

La chef péquiste Pauline Marois, près du pont Jacques-Cartier, mercredi
Photo Credit: PC / Paul Chiasson

La première ministre du Québec agrippe la Charte alors qu’elle glisse dans les sondages

Elle promet d’être dure, mais juste envers les fonctionnaires congédiés qui ne voudront pas caché leurs signes religieux.

Dans un dernier sprint électoral, la première ministre du Québec cible les francophones alors que son parti chute dans les sondages Pauline Marois a ouvert un nouveau front et débat sur l’identité québécoise au milieu de résultats de sondage montrant que son parti accuse un retard de plus en plus grand sur le Parti libéral.

Sur le controversé projet de charte de la laïcité, la chef politique a essayé de trouver un ton conciliant tout en maintenant une ligne dure, en affirmant qu’un gouvernement du Parti québécois après sa réélection lundi prochain allait essayé d’aider les futurs fonctionnaires licenciés à trouver de nouveaux emplois dans le secteur privé.

On ne sait pas combien de fonctionnaires pour le moment seraient susceptibles d’être congédiés parceque’ils refuseront d’accepter l’interdiction du port de symboles religieux comme le hijab et le turban. C’était le premier aveu clair pourtant du PQ à l’effet que des gens seront renvoyés si la charte laïque est adoptée. Mais Pauline Marois affirme que l’État sera là pour les aider à effectuer la transition vers le secteur privé…

Aide-mémoire

  • La Charte des valeurs québécoises est un projet de charte de la laïcité (loi 60) visant à établir des règles communes pour vivre dans un état laïque.
  • Le projet de loi a été déposé le 7 novembre 2013 à l’Assemblée nationale du Québec.
  • Le projet est présenté comme une réponse du gouvernement de Pauline Marois à la controverse québécoise en matière d’accommodements raisonnables envers les communautés religieuses, en particulier la communauté musulmane.
  • La charte entend prohiber le port des signes religieux ostentatoires par le personnel de l’État, rendre obligatoire le visage à découvert lorsqu’on donne ou reçoit un service de l’État et établir une politique de mise en œuvre pour les organismes de l’État.
Pauline Marois en point de presse
Pauline Marois en point de presse

Elle s’effondre dans les sondages…

Mme Marois a lancé un appel aux francophones du Québec pour qu’ils se rallient à sa formation politique au moment où un nouveau sondage Ipsos Reid révèle que les appuis du Parti québécois continuent des s’effondrer chez les électeurs francophones.

Le sondage montre son parti à égalité avec les libéraux avec un appui chez les francophones de 31 pour cent. Or, un sondage au début de la campagne indiquait un appui des francophones de 45 % pour le Parti québécois et d’à peine 23 % pour le Parti libéral.

Le vote francophone dans la province du Québec est déterminant pour obtenir le pouvoir, car ce groupe d’électeurs représente plus de 80 % de tous ceux qui sont admissibles à voter lors de la présente campagne électorale.

Dans l’ensemble, si l’on combine l’opinion des francophones et les intentions de vote des non francophones, le sondage effectué pour CTV Nouvelles indique que les libéraux se maintiennent à 37 pour cent tandis que le PQ a chuté de quatre points de pourcentage depuis une semaine pour s’établir à 28 %

Le saviez-vous?
Le Conseil des musulmans canadiens critique le projet de charte de la laïcité

  • Il affirme que le projet de loi 60 menace d’institutionnaliser la discrimination à l’endroit des musulmans du Québec.
  • Selon cette association, le projet de charte va trop loin parce que l’interdiction des signes religieux va à l’encontre de la liberté de religion.
  • Le Conseil national des musulmans préconise de remplacer l’interdiction du port des signes religieux par une obligation de faire une déclaration solennelle affirmant le devoir de réserve et de neutralité en matière religieuse.

À cinq jours du vote, entrevue de Pauline Marois – Reportage de Radio-Canada

Liens externes

Sur la piste des éléphants de Pauline Marois – Le Soleil

Pauline Marois: «Ce n’est pas une élection sur la souveraineté du Québec» – Métro Montréal 

Charte et identité: Pauline Marois se défend de cultiver la peur – LaPresse

La charte des valeurs, un débat de société

Catégories : Immigration et Réfugiés, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*