Rapporteur spécial des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, James Anaya

Rapporteur spécial des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, James Anaya
Photo Credit: PC / Sean Kilpatrick

Ce serait la faute d’Ottawa si les autochtones canadiens sont au bas de l’échelle

Share

Selon le rapporteur spécial de l’ONU, le gouvernement canadien manque d’initiative.

Après avoir visité une bonne partie du Canada durant neuf jours l’automne dernier, le rapporteur spécial de l’ONU sur les droits des peuples autochtones se déclare peu impressionné par les initiatives canadiennes à l’égard d’une plus grande justice sociale envers les autochtones du Canada.

Dans son rapport présenté lundi, James Anaya reconnaît que le Canada n’est pas inactif, mais que tous ses efforts déployés ne parviennent pas à réduire l’écart entre le bien-être des Autochtones et celui des non autochtones au Canada. Il évalue que cet écart à l’automne 2013 n’avait pas rétréci depuis sa précédente visite en 2004.

Selon James Anaya, « la manifestation la plus évidente des problèmes de droits de la personne au Canada, ce sont les conditions socio-économiques désolantes des peuples autochtones dans un pays hautement développé ».

En détail…
Le rapport du rapporteur spécial de l’ONU :

  • James Anaya se préoccupe notamment des problèmes relatifs aux revendications des Premières Nations qui demeurent « non résolus de façon persistante » selon lui.
  • Il précise aussi que les femmes autochtones demeurent sujettes aux sévices.
  • Il semble enfin y avoir au sein des peuples autochtones, de hauts niveaux de méfiance envers les gouvernements fédéral et provinciaux.
Des jeunes Amérindiens d'une communauté algonquine dans le nord du Québec.
Des jeunes Amérindiens d’une communauté algonquine dans le nord du Québec. © Claude Bouchard

Tout au bas de l’échelle sociale canadienne

Utilisant les propres chiffres du ministère des Affaires autochtones et du Développement du Nord Canada, monsieur Anaya note que sur les 100 collectivités canadiennes qui se trouvent au bas de l’échelle de l’Indice de bien-être, 96 sont identifiées comme appartenant aux Premières Nations. D’autre part, seule une Première Nation se trouve sur la liste des 100 des collectivités les plus riches.

Selon M. Anaya, il ne semble pas que le Canada ait consacré plus de ressources ces dernières années aux services sociaux pour les peuples autochtones.

Il cite un rapport du vérificateur général du Canada de 2011 qui avertissait le gouvernement canadien que son manque d’investissement adéquat empêchait l’amélioration des conditions de vie dans les réserves.

Des indiennes manifestent à Kolkata en Saskatchewan.
Des indiennes manifestent à Kolkata en Saskatchewan. © Bikas Das

Manque de consultation chronique

Le rapporteur prend note de l’accord récent annoncé au mois de février dernier de financement de 1,9 milliard de dollars additionnels pour l’éducation. Il remarque toutefois qu’il n’est pas clair à quel point les Premières Nations ont été suffisamment consultées. Une impression qui semble confirmée par le gouvernement lui-même qui a annoncé la semaine dernière qu’il se voyait forcé de mettre sa réforme de l’éducation des Premières Nations en veilleuse.

Selon le rapporteur, Ottawa devrait aussi accroître la capacité des Autochtones à s’autogouverner, les consulter davantage et s’activer pour régler ses litiges territoriaux avec les Métis en un seul bloc, plutôt qu’en causes judiciaires séparées.

Le ministre des Affaires autochtones et du Développement du Nord canadien (AADNC), Bernard Valcourt, déclare que son ministère va « étudier ce rapport avec la plus grande attention afin de déterminer quelle est la meilleure façon de suivre les recommandations ».

Écoutez notre reportage du 7 octobre 2014
L’ONU dépêche au Canada son enquêteur extraordinaire sur les Autochtones Écoutez

Aide-mémoire…

  • Le Canada fait face à une crise en ce qui concerne les questions autochtones, et ce malgré des années d’efforts pour surmonter les tensions et régler les problèmes sociaux.
  • Les disputes à propos du territoire et des ressources naturelles continuent d’alimenter les tensions et le sentiment de méfiance.
  • Parmi ces frictions, on retrouve les récentes manifestations contre l’exploration des gaz de schiste dans l’est du Nouveau-Brunswick, à laquelle s’oppose la Première Nation Elsipogtog.
  • Ces manifestations ont pris une tournure violente il y a quelques mois lorsque la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a décidé de faire respecter une injonction pour mettre fin au blocage des activités de tests sismiques par la compagnie SWN Resources.
  • Six véhicules de police ont été incendiés et 40 personnes ont été arrêtées.

Réputation internationale canadienne écorchée

En février de l’an dernier, à Genève, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies s’est réuni afin d’évaluer la performance du Canada en matière de droits Autochtones.

L’affaire a plutôt mal tourné pour les représentants canadiens, qui ont eu droit à un interrogatoire serré durant lequel les membres de l’ONU ont fait plusieurs reproches au Canada.

Des 47 États qui ont interrogé le Canada, pas moins de 35 se sont inquiétés du sort des peuples autochtones du pays.

Le directeur du Programme d'études autochtones à l'Université du Manitoba, Robert-Falcon Ouellette, est d’avis que le rapport du commissaire spécial de l’ONU dresse un portrait honnête de la situation et il souligne aussi d'importantes lacunes.

Nos récents articles

Liens externes

Autochtones et non-Autochtones : l’écart persiste – Radio-Canada

Femmes autochtones: le rapporteur de l’ONU presse le Canada d’enquêter sur les disparues – Le Devoir 

Un rapport de la GRC évoque1 000 femmes autochtones disparues ou tuées en 50 ans – Huffington Post 

Share
Catégories : Autochtones
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

4 comments on “Ce serait la faute d’Ottawa si les autochtones canadiens sont au bas de l’échelle
  1. Avatar Laurent Desbois dit :

    Ce livre a été réédité en français, suite à l’épuisement de la première édition… mais aucun éditeur dans le Canada anglais n’a jugé bon de la publier en anglais ! MDR
    La loi des indiens d’Ottawa n’est non seulement raciste, mais aussi sexiste !
    La crise d’Oka a été créé pour bifurquer l’attention des Québécois suite au rejet de l’accord du Lac Meech !
    « La crise d’Oka aurait pu durer moins longtemps si le fédéral avait fait preuve de plus d’ouverture, affirme aujourd’hui l’ancien ministre des Affaires autochtones du Québec » John Ciaccia, ex-ministre libéral.
    VOIR : « OKA: DERNIER ALIBI DU CANADA-ANGLAIS »
    Par ROBIN PHILPOT, 2000 , V.L.B. ISBN : 9782890057555 (2890057550)

    http://lesintouchables.com/afficherlivre.php?id=538&demandeCouvs=%5Btype+Function%5D&toutAfficher=%5Btype+Function%5D&greffeOmbre=%5Btype+Function%5D&greffeCurseur=%5Btype+Function%5D&decortiquerListe=%5Btype+Function%5D&toutReduireAuFormat=%5Btype+Funct
    Je me permets de vous souligner certains des titres se rapportant à ces sujets dans le livre de Philpot mentionné ci-haut :
    • Revenu moyen : « Les Indiens connaissent un meilleur sort au Québec. ».
    • Moins de ménages Indiens vivant sous le seuil de pauvreté au Québec.
    • Les Amérindiens conservent davantage leur langue au Québec qu’en Ontario.
    • Billy Diamond : « Le conseil scolaire Cri possède plus de pouvoirs qu’aucune autre commission scolaire… »
    • Conditions d’habitations dans les réserves, par rapport au chauffage central.
    • « Le plus haut taux de suicide au monde! » Au Canada oui, mais pas au Québec.
    • Conventions et négociations de nation à nation au Québec.
    • Moins d’Indiens sont incarcérés au Québec, que dans le reste du Canada.

  2. Avatar Laurier Duchesne dit :

    A trop vouloir être à part des autres, ils se ghettorisent dans leurs réserves, ils se sortent eux-mêmes des systèmes économiques canadiens. Commencez à vivre sur la même planète que les Canadiens, pis après, peut-être que vous serez capable de vous sortir de la merde dans laquelle vous vous êtes embarqué vous mêmes.

  3. Avatar Pierre Tremblay dit :

    Je me suis pas d’accord avec ce monsieur de l’ONU. Les gouvernements antérieurs ont déjà fournis des maisons à certaine communauté autochtone. Voulez-vous savoir ce qu’ils en ont fait? Brulé les portes d’armoire, rentrer leurs motoneiges à l’intérieur, etc. Il est sur que les autochtones non pas les mêmes valeur mais ce n’est pas toujours la faute des gouvernements. Comment de fois on entends dire que les gens de leur conseil de basnde s’en mette plein les poches et les autres creve!

    • Avatar Renee Hervieux dit :

      Et voilà… encore un préjugé… J’en ai plus qu’assez qu’on nous prennent pour des tatas…. la réalité est bien plus différente que ce que tu crois l’être! Et desolée de vivre sur vos terres 😉