Le secrétaire à la Justice pour le district sud de New York, Preet Bharara, a annoncé, lors d'une conférence de presse lundi, des accusations contre une centaine de cybercriminels à travers le monde.

Le secrétaire à la Justice pour le district sud de New York, Preet Bharara, a annoncé, lors d'une conférence de presse lundi, des accusations contre une centaine de cybercriminels à travers le monde.
Photo Credit: Richard Drew/AP

Plusieurs Québécois seraient impliqués dans une affaire mondiale de piratage informatique

Share

Les autorités de 16 pays, dont le Canada, ont participé à une intervention mondiale contre le piratage.

Le secrétaire à la Justice pour le district sud de New York, Preet Bharara, a annoncé, lors d’une conférence de presse lundi, des accusations contre une centaine de cybercriminels à travers le monde dont 15 Québécois.

Cette affaire de poursuite judiciaire pour délit informatique se transforme aussi en première mondiale puisque la justice américaine a décidé d’inculper cinq officiers de l’armée chinoise pour « piratage informatique » et « espionnage économique ». C’est la première poursuite jamais engagée contre un autre État pour piratage.

Les autorités policières de 13 pays européens – l’Autriche, la Belgique, la Grande-Bretagne, la Croatie, le Danemark, l’Estonie, la Finlande, la France, l’Allemagne, l’Italie, la Moldavie, les Pays-Bas et la Suisse – ainsi que le Canada, les États-Unis et le Chili ont perquisitionné dans 359 propriétés et se sont emparés d’argent, d’armes à feu, de drogues et de plus de 1000 systèmes de stockage de données.

Des accusations contre au moins 97 personnes ont été portées autour de la planète.

Sur la piste des pirates canadiens et québécois

L’agent Philippe Gravel, un enquêteur de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) au Québec, dit s’attendre à ce que des accusations soient également déposées au Québec.

M. Gravel précise que des demeures ont été fouillées et des ordinateurs saisis, et que les données font toujours l’objet d’analyses.

Dans une déclaration transmise par voie de communiqué, la GRC demande aux Canadiens de s’assurer de disposer d’un logiciel antivirus, de ne jamais ouvrir des courriels inconnus et de ne pas cliquer sur des liens Internet douteux.

Le saviez-vous?

  • Au coeur de ces différentes poursuites par la justice américaine se trouve un logiciel malveillant sophistiqué, BlackShades, permettant aux cybercriminels de prendre le contrôle d’un ordinateur et de la caméra qui y est branchée.
  • Ce logiciel permet aux pirates de dérober des informations personnelles, d’intercepter des commandes tapées au clavier et de prendre le contrôle des webcams pour enregistrer les usagers à leur insu.
  • Ce logiciel peut également être utilisé pour encrypter et verrouiller des données informatiques, empêchant leurs propriétaires légitimes d’en récupérer l’accès à moins qu’ils ne versent une rançon.
  • Selon le FBI, l’outil d’accès à distance Blackshades a été vendu depuis au moins quatre ans à des milliers d’utilisateurs dans le monde.
  • L’un des créateurs du programme coopère maintenant avec le gouvernement américain.
Blackshades : le logiciel de piratage facile mène à 100 arrestations dans le monde.
Blackshades : le logiciel de piratage facile mène à 100 arrestations dans le monde. © us net

La Chine convoque l’ambassadeur américain à Pékin

Le gouvernement chinois a immédiatement réagi à l’annonce de poursuite de ses militaires généraux en convoquant l’ambassadeur américain et a dénoncé ce qu’il estime être des accusations « absurdes », s’appuyant sur des « faits fabriqués » qui mettent « en danger la coopération et la confiance mutuelle entre la Chine et les États-Unis ».

Des experts en sécurité ont lié le programme à des attaques, en 2012, contre des dissidents syriens, et des tentatives de voler des données dans une dizaine d’organisations françaises l’an dernier.

L’an dernier, la firme de sécurité Symantec a fait savoir que l’utilisation de BlackShades était en hausse, alors qu’une licence du programme se vendait seulement de 40 à 100 $.

Liens externes

Le Canada participe à une intervention mondiale contre le piratage – Radio-Canada

La justice américaine poursuit l’armée chinoise – Le Devoir

Piratage informatique: 50 perquisitions – Le Figaro 

Nos articles récents

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : International, Internet et technologies

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*