Caporal Francis Pegahmagabow, héros canadien obscur de la Première guerre mondiale

Caporal Francis Pegahmagabow, héros canadien obscur de la Première guerre mondiale
Photo Credit: Radio-Canada

Cpl Francis Pegahmagabow héros canadien méconnu de la Grande Guerre

Share

Il a été l’un des soldats amérindiens des plus décorés de l’histoire militaire canadienne, mais bien peu de gens ont entendu parler de Francis Pegahmagabow.

Du moment où il s’est enrôlé en septembre 1914 et jusqu’à la fin de la Grande Guerre, le 11 novembre 1918, Francis Pegahmagabow a été au combat. Des 600 000 Canadiens qui ont servi au sein du corps expéditionnaire canadien de l’armée de l’Empire britannique, il fait partie du groupe restreint de 39 militaires canadiens à avoir reçu la médaille militaire avec deux barrettes en signe de bravoure au combat.

Dans un coin reclus, calme, du vieux cimetière de la nation amérindienne Wasauksing, sa pierre tombale militaire est là. Par contre, la légende du caporal Pegahmagabow est bien vivante depuis près de cent ans dans la réserve de Wasauksing sur la rive Est de la Baie Georgienne dans le moyen nord ontarien.

Caporal Francis Pegahmagabow
Caporal Francis Pegahmagabow © http://frontierpartisans.com/

Francis Pegahmagabow était un fier membre de la nation ojibwa Wasauksing. Il a tour à tour été musicien et pompier maritime sur les navires-laquiers des Grands Lacs.

Selon la légende qui entoure l’homme, lors d’un de ses voyages sur les Grands Lacs, un médecin traditionnel ojibwa lui aurait dit qu’un jour, il affronterait de graves dangers. Le shaman lui aurait donné une pochette de cuir qu’il devait conserver sur lui afin de rester en sécurité.

Puis, vinrent la Première Guerre mondiale et l’appel sous les drapeaux. Dès le début du conflit en Europe, le gouvernement canadien d’alors décide d’exclure les membres des Premières Nations du service militaire obligatoire. On ne sait trop comment, mais Pegahmagabow a réussi à se faire enrôler.

Il a été l’un des premiers à le faire avec le 23rd northern Pioneers overseas contingent (trad.: 23e régiment des pionniers nordiques d’outre-mer).

Très tôt, il a compris à quel point « la guerre qui devait mettre fin à toutes les guerres» pouvait être cruelle.  La guerre des tranchées, les attaques au gaz, les bombardements. Jour après jour, la réputation du jeune soldat se formait.

En tant que tireur embusqué il était d’une précision incroyable. Bien qu’il soit difficile de corroborer ces faits, il aurait tué 378 ennemis et participé à la capture de 300 soldats allemands.

Francis Pegahmagabow reçoit sa première médaille en 1916 pour avoir réussi à éviter des tirs nourris alors qu’il agissait comme estafette, transportant des messages importants d’une ligne de front à une autre.

Il reçoit la seconde lors de la terrible bataille de Passchendaele dans le pays flamand en Belgique en 1917 et une troisième quand, sous un tir nourri des lignes allemandes, il sort de sa tranchée et rapporte des munitions qui commençaient à manquer à ses confrères d’arme.280_1b

Touché une fois à la jambe, souffrant de pneumonie, il a continué quand même à combattre.

« En uniforme, il était considéré sur un pied d’égalité par les autres soldats. Il était même admiré pour son courage. Mais, à la fin de la guerre, il est redevenu Indien. Il faut se rappeler qu’en 1917, les Indiens n’étaient même pas considérés comme étant des citoyens canadiens » souligne à grands traits son biographe Adrian Hayes.

À la fin de la Grande Guerre, Francis Pegahmagabow était le militaire amérindien le plus décoré de l’histoire militaire canadienne. Il est revenu au Canada en héros … mais ce fut de courte durée.

Ses proches n’aiment pas vraiment s’étendre sur le sujet, mais ce héros de guerre canadien a connu après son retour des années de pauvreté et de persécution, les agents du ministère des Affaires indiennes d’alors contrôlant notamment sa pension d’ancien combattant et ses nombreuses tentatives pour se sortir du bourbier.

Pegahmagabow_bookFrancis Pegahmagabow et son épouse Eva ont eu six enfants. Il a été par deux fois chef de sa communauté. Il a écrit de nombreuses lettres de demandes de reconnaissances de droits au ministère, même au premier ministre; il a été à l’origine de la création des premiers mouvements de revendication de droits ancestraux autochtones au Canada.

Francis Pegahmagabow est mort à 64 ans. Ses poumons étaient tellement endommagés qu’il devait dormir assis pour qu’ils ne s’emplissent pas de liquide. Le 5 août 1952, c’est une crise cardiaque qui est venue à bout de l’homme.

En 2006, plus de 80 ans après qu’il ait quitté l’armée canadienne, la Défense nationale a fait amende honorable en érigeant un monument à sa mémoire à la base des Forces canadiennes de Borden en Ontario. La caserne du 3e groupe de patrouille des Rangers porte aujourd’hui son nom.

Share
Catégories : Autochtones, International, Politique, Société
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Cpl Francis Pegahmagabow héros canadien méconnu de la Grande Guerre
  1. Pegahmagabow n’Est pas l’autochtone le plus décoré de la 1ere guerre mondiale, un mi’kmak du quebec a lui aussi recu 3 médailles militaires durant la grande guerre. Signaler plusieurs fois mais l’article n’a jamais été changer …

  2. Avatar Marcel Lavallée dit :

    J’ai aimé connaître l’histoire de cet amérindien.