Shaina Siddiqui, présidente de l'Association des services sociaux islamiques

Shaina Siddiqui,présidente de l'Association des services sociaux islamiques
Photo Credit: Catherine Dulude/Ici Radio-Canada

Le guide « Unis contre le terrorisme » suscite la controverse

Share

Au lendemain du lancement à Winnipeg au Manitoba du manuel United against terrorism : A collaborative effort towards a secure, inclusive and just Canada, (Unis contre le terrorisme), la Gendarmerie royale du Canada (GRC) choisie de prendre du recul quant à son contenu.

Si le corps policier reconnait avoir contribué à la section intitulée « Comprendre la radicalisation et le rôle de la GRC dans l’application des lois et de la sécurité nationale » du manuel, il ajoute qu’il n’est pas imputable de toute autre matière contenue dans cette publication et qu’il n’appuie pas « le ton accusateur de certains éléments de la brochure », sans préciser lesquelles.

Publié par le Conseil national des musulmans canadiens et l’Association des services sociaux islamiques,  le manuel vise à informer les Canadiens des signes pouvant démontrer une radicalisation chez leurs enfants : un soudain comportement antisocial, un intérêt pour les sites Internet de groupes extrémistes et des opinions contre les femmes.

La présidente de l’Association des services sociaux islamiques, Shahina Siddiqui, se dit surprise par ce revirement.   Dans un communiqué des deux groupes islamiques qui ont réalisé le document, on souligne que celui-ci comporte déjà un avertissement indiquant que les partenaires comme la GRC ne cautionnent pas nécessairement les points de vue des autres groupes contributeurs.

La partie la plus controversée du guide est située à la fin. Le Conseil national des musulmans canadiens y fait des « recommandations » aux policiers afin de maintenir un lien de confiance avec la communauté. Voici quelques exemples :

  • Ne pas confondre la religiosité avec la radicalisation, et la dévotion à l’islam avec la propension à commettre des actes de violence.
  • Ne pas utiliser les termes « terroriste islamiste », « extrémiste islamique » ou « djihadiste ». Leur préférer, par exemple, « extrémiste inspiré par Al-Qaïda ».
  • Ne pas mettre tous les musulmans dans le même sac : il ne s’agit pas d’un groupe monolithique.
  • Ne pas porter d’accusation par association.

« Nos recommandations aux autorités policières sont basées sur des années d’expérience de terrain concernant les préoccupations des musulmans canadiens », a tenu à ajouter le Conseil national des musulmans canadiens dans un communiqué. « Les inquiétudes ont été recueillies dans le cadre d’un forum citoyen en 2013, auquel participaient des policiers ».

Le guide vise à lutter contre le recrutement de jeunes Canadiens par des groupes extrémistes.
Le guide vise à lutter contre le recrutement de jeunes Canadiens par des groupes extrémistes. © Catherine Dulude/Ici Radio-Canada

À quand une traduction du  guide en français ?

La version française n’est pas prévue pour le moment selon Amy Awad, la coordonnatrice aux droits de la personne au sein du Conseil national des musulmans du Canada.

Pourtant le Québec et les Canadiens francophones ne sont pas immunisés contre la radicalisation.

En février 2014 déjà,  une trentaine de Canadiens, anglophones ou francophones, combattaient en Syrie et à l’heure actuelle au moins une centaine d’autres participent à diverses activités terroristes à l’étranger, que ce soit en Afrique du Nord, en Somalie, au Yémen ou en Syrie.

Unis contre le terrorisme: guide pratique à l’usage des Canadiens

RCI avec Radio-Canada

Share
Catégories : International
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*