Le premier ministre Stephen Harper en visite en Nouvelle-Zélande

Le premier ministre Stephen Harper en visite en Nouvelle-Zélande
Photo Credit: PC / Adrian Wyld

Steven Harper administre une gifle diplomatique à Vladimir Pourtine au G-20

Share

La question ukrainienne et les pressions militaires russes dans cette région étaient dans toute les têtes des dirigeants qui participaient ces dernières heures en Australie au sommet annuel du G-20 ou Vladimir Poutine était invité.

Cette crise a même provoqué un échange musclé digne de la Guerre froide entre le premier ministre canadien et le dirigeant russe.

L’échange est survenu alors que Stephen Harper discutait avec un groupe d’homologues. Le président russe s’est approché et a tendu la main vers Stephen Harper, qui a fait de même en lui disant : « Je vais vous serrer la main, mais je n’ai qu’une chose à vous dire : « Vous devez quitter l’Ukraine » ».

Selon un porte-parole de la délégation russe, M. Poutine a répondu que cela était « impossible », car les forces russes « ne se trouvent pas » en Ukraine.

La gifle administrée par le Canada est survenue alors que Stephen Harper discutait avec un groupe d’homologues. Le président russe s’est approché et a tendu la main vers Stephen Harper, qui a fait de même en lui disant : « Je vais vous serrer la main, mais je n’ai qu’une chose à vous dire : Vous devez quitter l’Ukraine ».

Le président russe Vladimir Poutine se dirige vers l'aéroport de Brisbane pour quitter l'Autralie plus tôt que prévu. Un porte-parole de la délégation russe a confirmé les propos du premier ministre canadien. Il ajoute que le président Poutine aurait répondu qu'il lui était impossible de se retirer de l'Ukraine puisqu'il n'y était pas.
Le président russe Vladimir Poutine se dirige vers l’aéroport de Brisbane pour quitter l’Autralie plus tôt que prévu. Un porte-parole de la délégation russe a confirmé les propos du premier ministre canadien. Il ajoute que le président Poutine aurait répondu qu’il lui était impossible de se retirer de l’Ukraine puisqu’il n’y était pas. © Jason Reed / Reuters

Aide-mémoire

  • Le Canada a maintes fois critiqué cette année l’annexion de la Crimée par la Russie et a imposé une série de sanctions contre des dirigeants russes.

Stephen Harper ne regrette rien

Le premier ministre canadien dit ne regrette en rien son geste. Il croit important de répéter à M. Poutine que son intervention dans le conflit ukrainien est dénoncée par la communauté internationale.

Il qualifie de honteuse la réponse de son homologue qui a nié la présence russe en Ukraine alors que l’est du pays est sous le contrôle des combattants pros russes.

Si la Russie était fière de son geste, elle s’en vanterait, a dit M. Harper. Le premier ministre a toutefois tenu à minimiser l’impact de sa prise de bec avec M. Poutine sur le sommet qui s’est tenu samedi et dimanche à Brisbane.

« C’est nécessaire pour la communauté internationale de continuer à exprimer sa solidarité avec le peuple ukrainien et de dénoncer à long terme les actions du régime Poutine. »

Les chefs d'États des 20 plus grands pays économique du monde
Les chefs d’États des 20 plus grands pays économique du monde. Le Président Russe est au premier rang à gauche. © GI/Handout

Poutine boudé par la classe dirigeante au G-20

Le président américain Barack Obama s’est dit décidé à « s’opposer contre l’agression russe contre l’Ukraine, qui représente une menace pour le monde ».

De son côté, la chancelière allemande Angela Merkel a prévenu que l’Union européenne envisageait d’infliger des sanctions financières à de nouvelles personnalités russes, une menace qu’a préféré nuancer le président français François Hollande qui se dit prêt à poursuivre le processus de discussion initié début juin en Normandie avec les présidents russe et ukrainien et la chancelière Merkel.

Le premier ministre britannique David Cameron a pour sa part dit souhaiter que les relations entre la Russie et les puissances occidentales « s’améliorent ».

Le saviez-vous?

  • Vladimir Poutine, qui a décidé de quitter le sommet du G20 avant la publication du communiqué final, a estimé dimanche qu’il y avait de « bonnes chances de résolution » du conflit en Ukraine, contredisant les Occidentaux qui craignent une escalade.
  • M. Poutine n’a pas pris part dimanche au déjeuner des dirigeants du G20 et a quitté le sommet, qui se tenait à Brisbane, avant sa clôture officielle, expliquant que son vol de retour était long et qu’il souhaitait dormir.

Liens externes

G20 : Harper satisfait de son intransigeance vis-à-vis de Poutine – Radio-Canada

Stephen Harper attaque frontalement Poutine – 45eNord.ca

Tensions entre Stephen Harper et le président russe au Sommet du G20 – Huffington Post

Nos articles récents

Share
Catégories : Économie, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*