Les consommateurs devront se montrer encore plus vigilants lorsqu'ils examineront les produits alimentaires sur les étagères des épicerie. Il vous faudra éviter les portions et les contenus de certains emballages qui pourraient être réduits par les détaillants pour tenter de dissimuler les hausses de prix.

Les consommateurs devront se montrer encore plus vigilants lorsqu'ils examineront les produits alimentaires sur les étagères des épicerie. Il vous faudra éviter les portions et les contenus de certains emballages qui pourraient être réduits par les détaillants pour tenter de dissimuler les hausses de prix.

Inflation : un autre bond du prix des aliments en 2015 au Canada

Share

Plusieurs éléments convergent pour provoquer un autre bon substantiel dans le prix des aliments au Canada notamment celui de la viande.

C’est la cinquième prévision annuelle du genre d’une équipe d’universitaires ontariens qui généralement visent juste.

Le prix de la nourriture augmenterait ainsi de 0,3 % à 2,4 % l’an prochain, selon ce rapport annuel sur les prix de la nourriture préparé par l’Université de Guelph dans la province de l’Ontario.

Le prix du grain devrait demeurer stable et celui de plusieurs denrées, comme les œufs et les produits laitiers, pourrait même diminuer. Quant aux prix de la viande, du poisson, des fruits de mer et des légumes, ils devraient connaître des augmentations de 3 % à 5 %.

Les augmentations les plus élevées se produiront dans le secteur de viande qui a déjà été heurté cette année par des hausses quelque peu déconcertantes pour certains produits.

Facteurs économiques et climatiques à la source des augmentations du prix de nos aliments

L’augmentation des coûts d’abattage dans le secteur de la viande explique une partie de ces augmentations, mais aussi le combat des maladies qui ont touché notamment l’industrie porcine.

En dépit de l’amélioration des rendements de l’agriculture, l’augmentation des protéines animales à travers le monde augmente aussi très rapidement entraînant à son tour une partie de la hausse des prix.

Le recul du dollar canadien fait aussi augmenter le prix des produits importés, tout comme la hausse du prix du carburant, qui se répercute sur les coûts de transport.

Écoutez

Le prix de la viande a augmenté de 12,4 %, cette année, pendant que celui du poisson grimpait de 5,9 %. Les prix de ces denrées devraient encore augmenter l'année prochaine. Le prix du bacon a bondi de 25 % pendant que celui du jambon et des côtelettes de porc ont bondi de 18 %.
Le prix de la viande a augmenté de 12,4 %, cette année, pendant que celui du poisson grimpait de 5,9 %. Les prix de ces denrées devraient encore augmenter l’année prochaine. Le prix du bacon a bondi de 25 % pendant que celui du jambon et des côtelettes de porc ont bondi de 18 %.

L’augmentation des prix va aussi forcer les Canadiens à faire des choix dans les légumes

Les sécheresses qui sévissent en Californie, où les Canadiens s’approvisionnent en légumes durant les mois hivernaux, entraîneront aussi en 2015 le prix des légumes à la hausse. Près de la moitié de la nourriture des Canadiens est importée, selon le rapport de l’Université.

La baisse de la valeur du dollar canadien aura également un impact inflationniste sur le prix des fruits et légumes importés.

Les prévisions de l’équipe de l’Université de Guelf se sont avérées majoritairement exactes en 2014 avec quelques surprises sur les prix de la viande qui ont augmenté plus rapidement que prévu.

Le panier d’épicerie est beaucoup plus cher au Québec !

Les dépenses pour l’épicerie semblent avoir un impact de plus en plus considérable sur le budget des Canadiens. Mais il y a des écarts de prix très importants entre les 10 provinces canadiennes.

En avril dernier, la moyenne provinciale de dépense alimentaire la plus basse est observée en Ontario, avec 379 $ par mois, tandis que le Québec s’affiche au haut de la liste, avec 448 $ par mois.
L’Ontario, voisine du Québec, est une province où la compétition entre les grandes surfaces est féroce depuis plusieurs années.

En Colombie-Britannique, la moyenne était de 415 $, contre 440 $ pour l’Alberta, 401 $ pour la Saskatchewan et le Manitoba, et 420 $ pour les provinces de l’Atlantique.

Mise en contexte mondiale…
Le phénomène de la hausse des prix des aliments est planétaire!

  • Plus tôt cette année, l’ONU et la Banque mondiale sonnaient l’alarme, car les prix des principaux aliments de base ont augmenté de 4 % dans le monde, entre les mois de janvier et avril.
  • Nous allons au-devant d’une période de prix alimentaires élevés et volatils, qui va nécessiter de la part des gouvernements des mesures beaucoup plus énergiques que celles qui ont été prises jusqu’à présent.
  • En juin dernier, l’indice mensuel des prix des produits alimentaires de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) baissait pour le troisième mois consécutif, mais de bien peu — soit de 1,8 % — et les prix demeurent historiquement élevés.
    La sécurité alimentaire est un problème mondial selon l'ONU.
    La sécurité alimentaire est un problème mondial selon l’ONU.

Plus de détails

Le prix du panier d’épicerie continuera d’augmenter en 2015 – Radio-Canada

Payez-vous plus cher qu’avant?

Nos articles récents

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*