Des policiers canadiens examine une vidéo dans l'ouest du pays.

Des policiers canadiens examine une vidéo dans l'ouest du pays.
Photo Credit: Police d'Edmonton

Des caméras pour garder à l’oeil nos policiers

Share

Après les policiers de Toronto le printemps dernier, ce sera au tour des policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) d’accueillir dans leurs rangs des caméras corporelles dans le cadre d’un projet pilote.

Le nouveau directeur du SPVM, Philippe Pichet, affirme que l’initiative se réalisera dans les prochains mois faisant ainsi échos aux souhaits en ce sens exprimés en mai dernier par le maire de Montréal, Denis Coderre à la suite de la publication dans les médias sociaux de vidéos amateurs montrant des séquences d’arrestations policières musclées.

Le maire affirmait alors que le SPVM devait « songer sérieusement » à l’utilisation des caméras pour ses agents. Ces caméras permettraient selon des spécialistes de mieux comprendre toutes les circonstances entourant certaines interventions policières et de ne plus avoir à s’en remettre uniquement aux images trop souvent partielles et incomplètes filmées par de simples citoyens.

Selon différentes sources, les policiers montréalais auraient eux-aussi hâte d’aller de l’avant, car ils souhaitent qu’on puisse montrer aux citoyens les deux côtés de la médaille du début à la fin lors des interventions policières.

Des caméras sont installées de plus en plus sur des policiers dans certaines villes américaines.
Des caméras sont installées de plus en plus sur des policiers dans certaines villes américaines.

Un comité va maintenant décider des détails du déploiement des caméras à Montréal

En mai dernier, la police de Toronto a amorcé un projet pilote d’un an en équipant 100 de ses policiers de ces caméras corporelles. À Montréal, cinquante policiers seront équipés à leur tour de caméras corporelles dans le cadre d’un projet-pilote qui débutera au printemps.

Le projet-pilote s’étendra ensuite sur huit mois. On ignore cependant si les caméras fonctionneront ou non en continu sans possibilité d’être désactivée.

Un comité devra préciser ces normes et débattre également de certaines questions éthiques ou légales liées à l’utilisation des images en cours ou autre.

Écoutez
Des policiers d'Edmonton ont porté des caméras sur leurs uniformes pour tester leur utilité l'été dernier.
Des policiers d’Edmonton ont porté des caméras sur leurs uniformes pour tester leur utilité l’été dernier. © Police d’Edmonton

Aide-mémoire…
Selon les données issues de différents projets pilotes réalisés à travers le monde, l’installation de ces caméras sur les policiers a permis de faire baisser le taux de criminalité, une diminution de 14 % à 88 %, selon les régions.

100 policiers de Toronto sont équipés depuis le printemps dernier d'une caméra corporelle dans le cadre d'un projet pilote.
100 policiers de Toronto sont équipés depuis le printemps dernier d’une caméra corporelle dans le cadre d’un projet pilote. © Radio-Canada/Christian Noël

Et la vie privée de l’honnête citoyen dans tout ça?

L’arrivée de cette nouvelle technologie pour seconder nos policiers vient semer l’inquiétude chez certains Canadiens. Il y aurait des risques pour la vie privée d’honnêtes citoyens qui se trouveraient par hasard sur les lieux d’un crime.

Ces préoccupations ont fait surface récemment lorsque le Service de police de Calgary dans l’Ouest canadien, une grande ville d’un million d’habitants, avait confié son intention mardi d’utiliser un logiciel de reconnaissance faciale de conception américaine afin de pouvoir comparer les photos de casiers judiciaires à des photos ou des vidéos qui seraient prises sur des lieux de crime par exemple par des caméras de sécurité.

La commissaire provinciale à la vie privée s’était dite très inquiète, car cette technologie de reconnaissance faciale pose selon elle de véritables problèmes d’atteinte à la vie privée pour des personnes qui n’auraient rien à voir avec les crimes commis.

Un policier de New York équipé d'une mini-caméra
Un policier de New York équipé d’une mini-caméra © Shannon Stapleton / Reuters

Sur le même thème…

Des policiers porteront des caméras corporelles dès le printemps – Journal de Montréal

Le SPVM testera les caméras sur les agents – Journal Métro

Montréal: caméras et uniformes dans les taxis dès janvier 2016 – RCI

Travail des policiers : « il faut rappeler l’être vulnérable sous l’uniforme » – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Internet et technologies, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Des caméras pour garder à l’oeil nos policiers»
  1. Avatar Pierre Tremblay dit :

    Enfin les policiers vont pouvoir montrer la vraie version lors de leur intervention.