Amanda Todd avait 15 ans quand elle s’est enlevé la vie en 2012. Elle avait auparavant publié une vidéo sur YouTube se disant victime d’intimidation. Aydin Coban, un Néerlandais fait face à diverses accusations dans cette affaire.

Amanda Todd avait 15 ans quand elle s’est enlevé la vie en 2012. Elle avait auparavant publié une vidéo sur YouTube se disant victime d’intimidation. Aydin Coban, un Néerlandais fait face à diverses accusations dans cette affaire.
Photo Credit: CBC

Cyberintimidation : la justice canadienne veut entendre un Néerlandais

Un Néerlandais pourrait être extradé vers le Canada. Aydin C. est soupçonné d’être lié au suicide de l’adolescente canadienne Amanda Todd en 2012.

Amanda Michelle Todd, une adolescente canadienne âgée de 15 ans, s’était suicidée le 10 octobre 2012 chez elle à Port Coquitlam, en Colombie-Britannique.

Avant de poser le geste fatal, la jeune fille avait posté sur YouTube une vidéo dans laquelle elle racontait son expérience en matière de chantage, de harcèlement et d’agression physique. Le court film en noir et blanc composé d’une série de post-its décrivait en quelques mots les mauvais traitements qu’elle avait subis.

Un homme, identifié par les médias néerlandais comme Aydin C. 38 ans, est soupçonné d’être lié au suicide d’Amanda Todd. Plus globalement, on pense qu’il a forcé des dizaines de jeunes filles, notamment aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Norvège et aux Etats-Unis, à réaliser des actes sexuels devant leurs webcams.

Il avait été interpellé en janvier 2014 à Tilburg, au sud des Pays-Bas. Le Canada aimerait le juger. Mardi, la justice néerlandaise doit statuer sur la demande d’extradition canadienne.

Des bougies en mémoire d’Amanda Todd
Des bougies en mémoire d’Amanda Todd. L’adolescente décédée est devenue le symbole de la lutte contre la cyber-intimidation © Catherine Marineau-Dufresne

Extorsion et sollicitation d’enfants

« Cette affaire porte sur son extradition ou non », a indiqué à l’AFP Soemisa Zeiani, chargée de communications au tribunal d’Amsterdam, soulignant que la décision des juges sera rendue « dans les deux semaines ».

En manque d’amis, Amanda en cherchait via des sites de clavardage dès l’âge de douze ans. Elle était tombée sur un prédateur qui l’avait persuadée d’abord de lui montrer ses seins via une webcam, puis avait fait du chantage pour qu’elle lui « fasse un show ». Elle avait alors refusé et il s’était vengé en affichant sa photo sur Internet.

La tactique d’Aydin C. consistait en effet à publier les anciennes vidéos de ses victimes si elles refusaient d’en tourner de nouvelles.

À quinze ans, en octobre 2012, Amanda avait finalement décidé de mettre fin à son calvaire.

Le procès d’Aydin C., actuellement détenu aux Pays-Bas pour production et diffusion de pornographie infantile, aura lieu « après l’été », a ajouté le tribunal d’Amsterdam.

Selon l’agence de presse néerlandaise ANP, Aydin C. est par ailleurs suspecté par les autorités canadiennes d’extorsion, de sollicitation d’enfants sur Internet à des fins sexuelles, de menaces ou de harcèlement.

Lire aussi :

Alerte canadienne concernant le chantage web sexuel et nos jeunes

Le Canada dit «stop» à la cyberintimidation et non à l’extorsion sexuelle sur le web

Cyberintimidateurs et malfaiteurs seront synonymes devant la loi

Le gouvernement conservateur s’attaque à la cyberintimidation

Viol et cyber intimidation en Nouvelle-Écosse – Rehtaeh Parsons – Un suicide à 17 ans

Catégories : International, Politique, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Un commentaire pour «Cyberintimidation : la justice canadienne veut entendre un Néerlandais»
1 Pings/Trackbacks pour "Cyberintimidation : la justice canadienne veut entendre un Néerlandais"