La criminalité est en baisse au Canada

Statistiques Nord-Sud sur la criminalité : le Canada coupé en deux

Share

Si on avait à dessiner une carte de la criminalité au Canada en y affichant les disparités régionales, il faudrait ajouter beaucoup de rouge vif généralement aux régions du nord du Canada, alors que les régions plus au sud  afficheraient des tons beaucoup moins vifs.

De fait, les Canadiens ne sont pas égaux devant le crime.Les disparités sont particulièrement spectaculaires en Saskatchewan : alors que l’on dénombrait en 2014 un peu plus de 9100 crimes par tranche de 100 000 habitants dans le sud de cette province des Prairies, la proportion grimpait à presque 55 000 crimes pour 100 000 habitants dans le nord de celle-ci.

Dans les Territoires du Nord-Ouest aussi un citoyen a plus d’une chance sur deux chaque année d’être victime d’un crime.

Voilà pourquoi il faut se méfier des grandes statistiques qui sont publiées chaque année en juillet concernant l’indice national de la criminalité. Il existe une grande exception de cette disparité nord-sud, le Québec,  les risques d’être victime d’un crime sont de moins de un sur 20 annuellement.

Écoutez

Notez les taux beaucoup plus élevés de criminalité dans les Territoires du Nord-Ouest, au Nunavut et au Yukon


Pourquoi le Canada est-il coupé en deux lorsqu’il est question de criminalité?

Dans le sud du Canada, on explique la chute du taux global de criminalité depuis 20 ans par le fait que la population vieillit. Les experts citent aussi l’effet de l’augmentation de la surveillance par caméra, les percées en matière d’empreintes ADN et la traçabilité par Internet ou par appareils mobiles qui découragent également nombre de criminels.

On avance aussi le fait que les jeunes Canadiens sont de plus en plus devant leur ordinateur et leur console de jeux. Ils ne sont pas dans la rue en train de faire des mauvais coups. Enfin, puisqu’il y a moins de crimes, les ressources policières sont plus grandes qu’il y a 20 ans pour enquêter sur les nouveaux crimes.

Dans le nord du Canada par contre, des populations plus jeunes, essentiellement autochtones, et une pauvreté très largement répandue constituent des facteurs qui contribuent aux taux très élevés de criminalité.

Les plus récentes données concernant la criminalité au Canada

Selon les plus récentes données de Statistique Canada publiées il y a une semaine, l’Indice de gravité de la criminalité a augmenté au Canada de 5 % de 2014 à 2015.

La tendance générale au crime demeure néanmoins à la baisse au Canada depuis le début des années 1990, la seule autre hausse étant survenue en 2003. En plus de recourir à plus de violence, les criminels canadiens ont commis plus de tentatives de meurtre en hausse de 22 % et 15 % plus de fraudes qu’en 2014.

L’Indice de gravité de la criminalité (IGC) mesure le volume et la gravité des crimes déclarés par la police et, pour la première fois en 12 ans, les fraudes, introductions par effraction, vols qualifiés et homicides ont été notamment plus commis en 2015 par les Canadiens.

Près de 1,9 million d’infractions au Code criminel, ce qui exclut les délits de la route, ont été commises au Canada en 2015, soit environ 70 000 de plus qu’en 2014

Précisons que 51 % de toutes les effractions étaient reliés l’an dernier à la possession de cannabis, que le gouvernement canadien entend décriminaliser l’an prochain.

Des hausses modestes ont ainsi été enregistrées en Ontario, en Colombie-Britannique et en Saskatchewan et une chute modeste au Québec. Mais c’est en Alberta où le problème de la criminalité prend un autre visage. La criminalité y est en hausse de 18 % probablement en raison de la crise économique qui y sévit et d’une épidémie de consommation d’opioïdes.!

Depuis la création de l’IGC, en 1998, c’est seulement la quatrième fois qu’une progression de l’IGC de 10 % ou plus est notée au Canada.

Pendant ce temps au Québec, l’IGC a enregistré une faible baisse de 3 %, indiquant que l’on a peut-être atteint dans cette province la fin des grandes baisses des taux de criminalité enregistrées depuis 20 ans.

Changement de l’indice de gravité des crimes au Canada entre 2014-2015
© Radio-Canada

Avec les informations de Radio-Canada et la contribution de Sandra Gagnon, Claude Bernatchez, Arnaud Decroix et Line Boily de Radio-Canada

Sur le même thème

Hausse de la criminalité au Canada, baisse au Québec – Radio-Canada 

Le taux de criminalité au Canada est en baisse depuis deux décennies – Statistique Canada 

Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Statistiques Nord-Sud sur la criminalité : le Canada coupé en deux
  1. Avatar GILLES TALBOT dit :

    Nos gouvernants refuse de publier les causes pour laquelle les populations du nord en général sont plus en problemes que le reste du Canada Autrefois le problème majeur étais l ‘alcool mais maintenant le Pot et autre stupéfiants est le problème majeurCe n’est pas récent mais de plus en plus facile a acheter Dans les village éloigné et chez des natifs la tolérassions est du aux laisser aller des responsables qui en grande partie sont les distributeurs l est plus facile d’acheter un JOINT que d’acheter de la Boisson