Les élèves d’un cours de francisation de l’organisme PROMIS, à Montréal

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante appelle à revoir certains critères de sélection des immigrants qui s'installent au Québec
Photo Credit: Radio-Canada/Hugo Lavoie

De quels immigrants le Québec a-t-il vraiment besoin?

Share

Une immigration en phase avec la marché de l’emploi, des critères linguistiques souples, une plus grande ouverture aux immigrants non qualifiés et temporaires. Voilà quelques unes des demandes des PME qui appellent à une révision du mode de sélection des immigrants au Québec.

Le 7 mars 2016, le Québec rendait publique sa politique en matière d’immigration, de participation et d’inclusion. À travers le document intitulé Ensemble, nous sommes le Québec, le gouvernement disait vouloir mobiliser toutes les parties impliquées de près ou de loin dans l’accueil et l’insertion professionnelle des immigrants : milieu des affaires, opérateurs  socioéconomiques, agences gouvernementales et publiques, population générale, etc.

Les PME ont été consultées lors de l’élaboration de cette politique. Il n’empêche, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) plaide pour « un meilleur arrimage entre l’immigration et les postes disponibles sur le marché du travail». Mardi devant la Commission des relations avec les citoyens à l’Assemblée nationale, la FCEI a réaffirmé sa demande.

Martine Hébert, est la vice-présidente principale et porte-parole de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante.

Écoutez
La ministre Kathleen Weil
Kathleen Weil,ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion a présenté la nouvelle politique québécoise de l’immigration en mars 2016 © Radio-Canada

On peut faire plus et mieux en matière d’immigration

Le gouvernement du Québec a élaboré sa politique d’immigration avec, en tête, l’idée que l’immigration réponde aux besoins de la société d’accueil tout en permettant au nouvel arrivant de réaliser ses ambitions.

Québec souhaite également que les démarches des candidats à l’immigration soient traitées avec plus de célérité, que le passage du statut d’immigrant temporaire à celui de permanent soit facilité.

En outre, le gouvernement de Philippe Couillard veut consolider les liens de confiance et de solidarité entre les différents groupes de populations qui forment la mosaïque québécoise.

La FCEI est d’accord avec toutes ces mesures. Mais elle veut aller plus loin notamment en matière de qualification des candidats à l’immigration. Pour la FCEI, il y a au sein des PME québécoises, des besoins pour une main-d’œuvre immigrante non qualifiée.

Travailleurs saisonniers immigrants
La FCEI souhaite que des travailleurs de statut temporaire pussent facilement accéder à celui de permanent.

Autre point sur lequel les PME se démarquent: les exigences linguistiques, plus précisément, la connaissance du français, la langue officielle du Québec. La FCEI est d’avis que la maitrise de la langue française est importante. Mais ce critère, comme préalable à l’immigration, doit être relativisé puisque « une langue, ça s’apprend », pour reprendre les mots de Martine Hébert.

En somme, pour la FCEI, compte tenu des nombreuses possibilités actuelles en matière de francisation, le Québec ne peut se permettre d’ignorer a priori certaines sources d’immigration simplement pour des raisons linguistiques. La Belle Province se priverait ainsi d’une main-d’œuvre qui lui serait fort utile et d’un précieux apport à la société.

Lire aussi

La langue française prend trop de place en immigration au Québec selon le Conseil québécois du patronat

Éducation: La réussite des élèves issus de l’immigration au Québec

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’immigration et l’intégration au Québec

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, Politique, Société
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

5 comments on “De quels immigrants le Québec a-t-il vraiment besoin?
  1. Avatar L'aabid dit :

    Je suis un algérien de 48 ans marié, j’ai 2 enfant,je travail comme gardien à l’Université et je voudrais me lancé dans le domaine agriculture ou canada

  2. salut je suis congolais du nord kivu je veux imigrer au canada

  3. Avatar GILLES TALBOT dit :

    Ont a l’obligation d’exiger, avant de les recevoir, une connaissance des lois mœurs et habitudes et les obligations qui s’imposent pour être bien reçu. Nos dirigeants semble avoir oublier ses petits DÉTAILLES .Ont est a peine reçu Canadien et ont conteste ci ,ont ne ce plies pas a leurs habitudes qu’ils devais laisser derriere eux .Je ne suis pas contre l’immigration sous nos conditions .Ce que semble avoir oublier nos Élues

  4. Bonjour, Je suis Yassin du Maroc à moi 28 ans, titulaire d’un diplôme en electromécanique Je veux immigrer au Canada

    • Avatar Ripaux alain dit :

      Bonjour,

      Je pense que le Québec et le Canada ont surtout besoin d’immigrants francophones venant des pays suivants : France, Belgique, Suisse, Maghreb, Haiti, Antilles, Réunion, Maurice, Liban, Afrique francophone.
      Je reste à votre disposition pour toutes précisions.
      Bien cordialement.

      Alain Ripaux
      Auteur, éditeur et conférencier
      alain.ripaux@laposte.net