Septembre: mois de célébration du poulet au Canada

Septembre: mois de célébration du poulet au Canada
Photo Credit: Dominic Brassard

Les Canadiens célèbrent le poulet!

Share

Au moins 2800 familles de producteurs canadiens de poulet invitent leurs compatriotes à se joindre à elles tout au long de ce mois de septembre pour célébrer en communion le poulet. C’est l’occasion de souligner l’importance de cette protéine aussi bien pour la consommation que pour l’économie du pays. C’est aussi une occasion pour nous intéresser aux conditions dans lesquelles les poulets sont élevés dans le pays aujourd’hui.

Cette célébration sera une grande première au Canada pour cette protéine qui est très prisée pour son goût délicieux et dont les prix sont dans l’ensemble abordables pour les familles.

Le marché est généralement bien ravitaillé dans la mesure où l’élevage se fait tout au long de l’année dans l’ensemble des provinces et territoires.

La production est orientée suivant le système de l’offre et les producteurs organisent régulièrement des séances de concertation afin de déterminer quelles sont les quantités à produire, ce qui permet d’adapter cette production à la demande du marché et d’éviter tout gaspillage.

Un élevage de poulets
Un élevage de poulets © L’épicerie

 

Une contribution non négligeable à l’économie

Selon l’association qui regroupe tous les producteurs à l’échelle du pays, le poulet est un « bon choix pour le Canada ».

Son apport à l’économie nationale est observable aussi bien dans les zones rurales qu’en milieu urbain.

Ce secteur est porteur d’emplois en agriculture, dans le domaine de la transformation, dans le transport et la vente au détail, entre autres.

  • 2800 familles de producteurs
  • 145 transformateurs dans le secteur
  • 78 200 emplois tout le long de la chaîne d’approvisionnement
Le Poulet est aussi porteur d'emploi en restauration
Le Poulet est aussi porteur d’emploi en restauration © Radio-Canada / Colombe Fortin

L’autre avantage de la filière découle du fait qu’elle génère des revenus importants pour le pays et représente une force de stabilisation en zone rurale où les possibilités d’un réinvestissement dans les communautés sont nombreuses :

  • contribue à hauteur de 5,9 milliards de dollars au PIB du Canada;
  • verse 2 milliards de dollars en taxes et en investissements dans les communautés rurales.

L’usage des antibiotiques dans l’élevage : la hantise du consommateur

Les producteurs canadiens assurent que leur poulet est composé de protéines maigres et de gras sains, qu’il est délicieux et élevé dans de bonnes conditions, conformément à leur programme national de soins aux animaux.

Les Canadiens accordent une très grande importance aux aliments qu’ils consomment, au fait de connaître la provenance de leur nourriture et de savoir que ce qu’ils servent à leurs familles et amis est de qualité supérieure, et nos producteurs et leurs familles ne font pas exception Dave Janzen, président des Producteurs de poulet du Canada

Malgré cette assurance, la question de l’utilisation des antibiotiques à des fins préventives dans leurs fermes comme dans l’élevage de différents autres animaux de consommation reste une source d’inquiétude pour le consommateur.

L’utilisation des antibiotiques dans les élevages est fortement décriée par l'OMS depuis 2013 à cause des problèmes de santé qu'elle engendre chez l'homme
L’utilisation des antibiotiques dans les élevages est fortement décriée par l’OMS depuis 2013 à cause des problèmes de santé qu’elle engendre chez l’homme © iStock

Le problème étant la forte résistance au traitement qu’induisent ces antibiotiques chez l’homme, lorsque certaines des bactéries naturellement présentes chez ces animaux lui sont transmises au moment de la consommation.

C’est le cas de certaines infections de la gorge, des infections urinaires et de l’E. coli. Certaines de ces infections ont entraîné le décès de près de 50 000 personnes pour la seule année 2014, notamment en Europe et aux États-Unis.

Au Canada en 2011, des analyses avaient mis en lumière la présence de près de 100 bactéries dans 66 cuisses de poulet sur la centaine achetée dans des épiceries à Vancouver, Toronto et Montréal.

De cette centaine de bactéries, plus de la moitié était résistante aux antibiotiques.

Certains antibiotiques comme la Gentamicine ont été retirés de certaines fermes du pays, mais les consommateurs souhaitent que les fermiers aillent plus loin, dans le but de préserver leur santé.

À lire aussi

Le poulet canadien est-il plein d’antibiotiques?

Une pétition pour du poulet dans le Nord

Share
Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*