Homa Hoodfar

Homa Hoodfar
Photo Credit: PC / Amanda Ghahremani

Des universitaires montréalais exigent la libération de la professeure canadienne Homa Hoodfar en Iran

Share

Homa Hoodfar, qui a enseigné à l’Université Concordia, est détenue à la prison Evin à Téhéran depuis le 6 juin. Et de récentes informations laissent croire que sa santé s’est détériorée.

Conférence de presse du regroupement Free Homa Hoodfa from Iran.
Conférence de presse du regroupement Free Homa Hoodfa from Iran. © Charles Contant

Un groupe d’universitaires s’est donc mobilisé mercredi à Montréal pour demander aux gouvernements d’agir pour que la professeure canado-iranienne retrouve sa liberté.

Ces professeurs de l’Université Concordia affirment que quelque 5000 universitaires dans le monde ont signé une pétition en appui à Mme Hoodfar et que certains d’entre eux s’étaient également rassemblés devant l’ambassade iranienne à Dublin mercredi.

Kimberley Manning, de l’Institut Simone de Beauvoir à Concordia, a déclaré en conférence de presse, mercredi, qu’il s’agit du premier d’une série de gestes visant à accroître la pression sur l’Iran.

Mme Hoodfar est soupçonnée par les autorités iraniennes de propagande antigouvernementale et d’avoir collaboré avec un regroupement hostile à l’État, des accusations forgées de toutes pièces, selon sa famille et ceux qui l’appuient.

La dame de 65 ans, qui détient une triple nationalité, canadienne, irlandaise et iranienne, était en Iran pour y poursuivre ses recherches sur le rôle public des femmes alors qu’avaient lieu, le 26 février, des élections qui ont permis l’arrivée de plusieurs élues au parlement.

L’anthropologue irano-canadienne Homa HoodfarCrédit photo : facebook.com/freehomahoodfar
L’anthropologue irano-canadienne Homa HoodfarCrédit photo : facebook.com/freehomahoodfar

Aide-mémoire…
Homa Hoodfar, une professeure d’anthropologie à la retraite est née en Iran, mais réside à Montréal depuis 30 ans.
Elle est connue pour ses recherches sur les femmes musulmanes dans différentes régions du monde.
Sa famille affirme qu’elle s’est rendue en Iran en février dernier pour voir sa famille et faire des recherches universitaires.
En mars, les agents des services de contre-espionnage des Gardiens de la révolution islamique l’avaient déjà interceptée, saisissant son ordinateur personnel, son téléphone portable et son passeport et l’avertissant qu’elle ne pourrait pas quitter le pays pour rentrer au Canada.
Mme Hoodfar avait été libérée quelques jours plus tard sous caution, puis arrêtée de nouveau le 6 juin.
Homa Hoodfar serait détenue à la prison d’Evin, où sont incarcérés plusieurs prisonniers politiques iraniens. C’est également dans cette prison qu’a été torturée à mort, en 2003, la photojournaliste canadienne Zahra Kazemi.

Des manifestants au Québec en juin demandent sa libération. © Facebook Free Homa Hoodfar

Le gouvernement canadien dit suivre l’affaire

Au ministère canadien des Affaires étrangères, on affirme être « activement engagés dans cette affaire ». Mais on reconnaît du même souffle que l’absence d’ambassade en Iran, fermée par le précédent gouvernement conservateur, complique les choses.

« [Faute d’avoir] notre propre représentation diplomatique, nous travaillons étroitement avec notre puissance protectrice [l’Italie] afin d’examiner chaque option. Les défis posés par l’absence d’une présence diplomatique ne peuvent pas être sous-estimés. Rien ne remplace la représentation directe lorsqu’il est question de protéger et de plaider pour nos Canadiens à l’étranger », écrit le porte-parole Michael O’Shaughnessy.

Découvrez :
Des défenseurs des droits de l’homme se mobilisent pour Homa Hoodfar
Des militants canadiens ont fait une grève de la faim symbolique pendant 48 h à Montréal au cours d’une fin de semaine en soutien aux prisonniers d’opinion en Iran, dont la Canado-Iranienne Homa Hoodfar.
Lisez la suite…

Le député québécois Amir Khadir (en chemise bleu) et d’autres militants pour les droits de l’homme lors de leur grève de la faim à MontréalCrédit photo : Amir Khadir/twitter
Le député québécois Amir Khadir (en bleu) et d’autres militants pour les droits de l’homme lors de leur grève de la faim à MontréalCrédit photo : Amir Khadir/twitter

RCI avec La Presse Canadienne

Sur le même thème

Des universitaires réclament la libération d’Homa Hoodfar – Le Devoir 

Que se passe-t-il avec Homa Hoodfar, emprisonnée en Iran? – RCI 

Une spécialiste du rôle des femmes dans les sociétés musulmanes, emprisonnée en Iran – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*