Aéroport de Saint-Hubert.

Aéroport de Saint-Hubert.
Photo Credit: Radio-Canada

Comment atterrir au Canada sans voir de douanier

Share

Dans un reportage exclusif, Radio-Canada montre comment faire pour éviter les files d’attente aux douanes dans certains de nos aéroports et contourner les contrôles douaniers si vous arrivez des États-Unis ou de destinations outre-mer.

Les chiffres obtenus par Radio-Canada en vertu de la Loi sur l’accès à l’information démontrent que dans la grande majorité des cas, dans les petits aéroports, aucun agent des services frontaliers n’est présent pour vérifier qui descend de l’avion et ce qui est transporté.

L’enquête révèle ainsi que l’an dernier, 85 % des passagers en provenance de l’étranger qui ont atterri à l’aéroport Saint-Hubert situé à quelques kilomètres du centre-ville de Montréal n’ont pas croisé de douanier. Cette moyenne est la même dans 207 autres aéroports du Canada.

Aide-mémoire
Lorsqu’il était dans l’opposition, l’actuel ministre canadien de la Sécurité publique, Ralph Goodale, avait dénoncé des « failles de sécurité quotidiennes » dans les petits aéroports.
Mais aujourd’hui, ni son bureau ni l’Agence des services frontaliers du Canada n’ont encore répondu aux questions de Radio-Canada dans ce dossier.

Le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale
Le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale © PC/Justin Tang

Quand le pilote devient votre douanier

De petits avions stationnés à l’aéroport de Mascouche
De petits avions stationnés à l’aéroport de Mascouche au Québec. © Vincent Champagne

Les pilotes d’avions privés de moins de 14 passagers et ceux des avions nolisés par des entreprises de moins de 39 passagers ont la possibilité au Canada de dédouaner eux-mêmes leurs passagers par téléphone ou encore par fax dans les deux heures ou moins avant l’atterrissage. Une mesure mise en place pour limiter les coûts…

Les pilotes fournissent ainsi les noms, dates de naissance, citoyennetés et adresses de tous leurs passagers. Ils doivent aussi préciser la nature des marchandises à bord.

Si les services douaniers ont un doute sur un passager ou une marchandise, ils peuvent dépêcher un de leurs agents sur les lieux de l’atterrissage, si on a le personnel suffisant pour le faire bien sûr.

Or des douaniers se plaignent de ne pas avoir l’effectif ni le temps de se rendre pour effectuer une vérification dans nos petits aéroports. À l’aéroport de Saint-Hubert, ce sont généralement des agents frontaliers basés au port de Montréal, de l’autre côté du grand fleuve Saint-Laurent, qui doivent se déplacer. Une exigence difficile, on l’imagine, aux heures de pointe.

En 2012-2013, à l’échelle du Canada, 26 887 passagers déclarés par téléphone ont été renvoyés à l’examen secondaire, mais cet examen n’a eu lieu que pour 61 % d’entre eux.

Découvrez :
Les services aéroportuaires devraient-ils pouvoir forcer les serrures de vos bagages?
Le gouvernement canadien étudie la possibilité d’autoriser les employés de la sécurité dans les aéroports à briser le verrou ou le sceau des bagages enregistrés sans essayer d’en avertir au préalable leurs propriétaires, comme la loi l’exige en ce moment.
Lisez la suite…

Aux États-Unis, la fouille des bagages se fait en l’absence des passagers, qui découvrent souvent que leur valise a été fouillée seulement une fois rendus à destination.Crédit photo : PC / AP Photo/Gero Breloer
Aux États-Unis, la fouille des bagages se fait en l’absence des passagers, qui découvrent souvent que leur valise a été fouillée seulement une fois rendus à destination.Crédit photo : PC / AP Photo/Gero Breloer

 

RCI avec Thomas Gerbet de Radio-Canada

Sur le même thème

Petits aéroports : comment entrer au Canada sans rencontrer de douanier – Radio-Canada 

« Laissez vos armes à la maison », ordonnent nos douaniers aux touristes américains – RCI 

La reconnaissance faciale, bientôt à la frontière canadienne? – RCI 

Share
Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*