Les fortes marées de la baie de Fundy, en Nouvelle-Écosse.   PHOTO : ICI RADIO-CANADA

Lors des plus hautes marées, 1 million de mètres cubes d’eau à la seconde balaient le fond de la baie.
Photo Credit: Radio-Canada

Le monde renversant des formidables marées de la baie de Fundy

Share

Les promoteurs du monde entier de l’industrie marémotrice veulent venir s’ancrer profondément dans la baie de Fundy. Ils apportent un vent de renouveau économique dans une région du Canada le long de l’océan Atlantique où les emplois sont trop souvent saisonniers et prisonniers du secteur de la pêche.

La turbine déchictée photographié ici en 2009 avant sa mise sous l’eau.
La turbine déchictée photographié ici en 2009 avant sa mise sous l’eau. © La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Le défi technique est majeur puisque cette région du monde connaît les plus fortes marées. Les hydroliennes développées ailleurs dans le monde ne sont pas adaptées à la tâche. Dans cette baie, le niveau des mers peut changer de 12 à 21 mètres en quelques heures seulement. C’est la hauteur d’un édifice de quatre étages.

Dans cette baie en plus, avec le mouvement des marées, l’eau devient particulièrement boueuse et chargée de particules en suspension. En 2010, l’entreprise Open Hydro avait déposé dans les eaux de la baie une hydrolienne de son invention pour tester son potentiel énergétique. Au bout de quelques jours, elle a été remontée à la surface… complètement déchiquetée.

Dans ces conditions, capturer un peu de la puissance de la baie de Fundy est un exploit qui pourrait mener à l’exploitation d’autres grandes eaux mouvantes et turbulentes dans le monde.

Deux fois par jour, l’équivalent du flot de toutes les rivières du monde circule dans la baie de Fundy.
Deux fois par jour, l’équivalent du flot de toutes les rivières du monde circule dans la baie de Fundy. © Radio-Canada

Le saviez-vous?
Une légende amérindienne micmaque affirme que les marées de la baie de Fundy sont causées par une baleine géante qui agite l’eau.
– Les océanographes expliquent plus scientifiquement que la période que prend l’eau à baisser entre deux marées, d’un bout à l’autre de la baie, et le temps entre deux marées hautes (12,4 h) est similaire. Ces deux phénomènes entrent donc en résonance et amplifient la différence entre la marée haute et la marée basse pour donner un effet de rive sèche.
– De plus, comme la baie rétrécit graduellement entre son entrée et les baies étroites de Chignecto et de Minas, le volume d’eau se voit donc forcé de changer de configuration en augmentant son épaisseur pour compenser la largeur qui diminue. Source : Wikipédia

Wikipédia

Wikipédia

Dessiner et tester de nouvelles hydroliennes dans des conditions périlleuses

Il faut donc concevoir de nouveaux équipements à grands frais et cela prend du temps. Beaucoup de temps. La Nouvelle-Écosse tente depuis 10 ans avec l’aide de partenaires internationaux de développer le potentiel énergétique des marées de sa baie de Fundy.

Pour aider les entreprises, la province met à leur disposition un vaste site expérimental où elles peuvent développer et tester leurs technologies d’exploitation du potentiel énergétique des marées.

Les développeurs se tournent vers des hydroliennes non seulement plus résistantes, mais aussi plus mobiles. Il est fréquent lors de la saison des ouragans dans les Caraïbes qu’ils viennent finir leur course en se fracassant contre la côte est du Canada. L’enjeu est donc de concevoir des turbines qui peuvent être retirées à tout moment si une tempête constitue une menace.

Qu’est-ce qui cause deux fois par mois des marées encore plus grandes?

Voici les explications de Daniel Bourgault, professeur-chercheur en océanographie physique à l’Institut des sciences de la mer de Rimouski (UQAR).

Durée 1:54Écoutez

Une course marémotrice entre promoteurs en travers de pêcheurs mécontents

La compagnie Cape Force Tidal veut installer cette turbine géante de cinq étages. © Andrew Vaughan/The Canadian Press

La compagnie Cape Force Tidal veut installer cette turbine géante de cinq étages. © Andrew Vaughan/The Canadian Press

Plusieurs consortiums d’entreprises privées se font en ce moment la course dans la baie de Fundy.

Mais ils ont été avertis par le gouvernement : il n’est pas question de sacrifier l’écosystème pour y arriver.

Du reste, des pêcheurs et des citoyens de l’endroit ont réussi à bloquer certaines avancées des compagnies par des poursuites en cour.

Les pêcheurs de la baie de Fundy s’inquiètent surtout de l’impact des turbines géantes dans un écosystème très riche, où se trouvent des espèces menacées comme le requin blanc et le bar d’Amérique. « Il y a peut-être moyen d’exploiter un jour la puissance [des marées] dans le passage Minas », affirme Colin Sproul, de l’Association des pêcheurs côtiers de la baie de Fundy. « Mais certainement pas avec des dispositifs de production d’énergie marémotrice. C’est très mauvais pour l’environnement! »

Pour sa part, le gouvernement provincial affirme qu’il y a eu de nombreuses études, mais qu’il est impossible d’avoir toutes les réponses sans placer les turbines dans l’eau. Il a cependant accepté en juin dernier de mettre en place un plan de surveillance du projet. Pour sa part, le directeur général du centre de recherche provincial Fundy Ocean Research Center for Energy indique lui aussi que plus de 70 études d’impacts sur l’environnement ont été menées.

Pendant que l’Association des pêcheurs de la baie de Fundy continue ses démarches en Cour suprême provinciale pour empêcher l’installation de turbines marémotrices dans la baie, ces jours derniers, deux premières turbines de 2MW chacune étaient prêtes à être installées dans la baie. Mais leur promoteur a retardé son projet afin de rassurer les pêcheurs.

Des entreprises veulent utiliser les marées de la baie de Fundy pour produire de l’électricité.
Des entreprises veulent utiliser les marées de la baie de Fundy pour produire de l’électricité.

Les différentes initiatives qui se livrent une course sous marine dans la baie de Fundy

1- Atlantis Resources est une firme de Singapour qui compte installer une turbine à une seule pale de 1,5 mégawatt. Un modèle déjà testé en Écosse et qui sera construit au Canada. La même firme est en partenariat avec une entreprise irlandaise, DP, pour tester un autre modèle d’hydrolienne

2- Minas Energy et Siemens est une firme canadienne néo-écossaise qui fait équipe avec l’européenne Siemens, une importante firme d’ingénierie pour mettre au point une turbine de deux mégawatts qui serait suspendue d’une plateforme flottante.

3- Black Rock et Shottel est une autre firme locale qui grâce à une technologie allemande tente d’installer un cordon flottant constitué de 36 petites turbines sous-marines qui peuvent produire entre elles jusqu’à 2,5 mégawatts.

4- OpenHydro est l’entreprise provinciale qui fournit l’électricité aux Néo-Écossais. C’est le seul des quatre plus grands projets qui favorise la turbine encastrée plutôt que des turbines plus traditionnelles à hélice libre.

Découvrez :
Un joyau naturel de la baie de Fundy s’effondre
À la mi-mai cette année, quand le parc des rochers Hopewell Rocks au Nouveau-Brunswick sera de nouveau ouvert aux visiteurs pour la saison d’été, il ne sera plus le même.
Une des énormes formations rocheuses vient de s’effondrer. L’« Elephant Rock » était l’un des rochers les plus photographiés de ce parc provincial situé dans la baie de Fundy, non loin de la province de la Nouvelle-Écosse.
Lisez la suite…

Ces gigantesques monolithes surnommés les pots de fleurs font la renommée de la baie de FundyCrédit photo : Tourisme New Brunswick
Ces gigantesques monolithes surnommés les pots de fleurs font la renommée de la baie de FundyCrédit photo : Tourisme New Brunswick

Avec la contribution de Claude Bernatchez et Rebecca Martel de Radio-Canada

Sur le même thème

Turbines marémotrices dans la baie de Fundy : des pêcheurs en cour – Radio-Canada 

Un projet d’énergie marémotrice dans la baie de Fundy est retardé – Radio-Canada 

More rough water for Bay of Fundy tidal energy project – RCI

Share
Catégories : Économie, Environnement
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*